Blog

AFOC

Mercredi 15 novembre 2017

Bilan des contrôles techniques des véhicules automobiles

Bilan automobile

En 2016, les contrôles techniques ont porté sur 12 fonctions, comprenant 141 points de contrôle pouvant conduire à 459 défauts dont 203 sont soumis à l’obligation de contre-visite ou entraînant un report de la visite. Pour l’ensemble des véhicules, 24 794 958 contrôles techniques ont été réalisés dans les 6 274 installations de contrôle agréées.

Ces résultats traduisent une augmentation de 1,37 % du nombre de visites techniques périodiques par rapport à 2015. Concernant les véhicules particuliers, le pourcentage de visites techniques périodiques ne présentant aucun des défauts élémentaires de la nomenclature était en diminution par rapport à 2015 (13,53 % en 2016 alors qu’il était de 14,19 % en 2015).

En ce qui concerne les défauts soumis à l’obligation de contre-visite, pour les véhicules particuliers et les véhicules utilitaires légers, sur 20 044 100 visites techniques périodiques, 3 618 067 soit 18,05 % ont été déclarées non-conformes (17,66 % en 2015).

Pour chacune des fonctions, les principaux défauts motivant la prescription d’une contre-visite concernent pour l’ensemble des véhicules contrôlés en 2016 :

- La fonction liaison au sol pour 9,17 % des visites techniques périodiques (dont : 5,74 % pour une usure importante et/ou une différence importante d’usure sur l’essieu du pneumatique, 3,35 % pour un jeu important ou anormal de la rotule et/ou de l’articulation du demi-train avant, 1,72 % pour une déformation ou coupure profonde des pneumatiques, 0,83 % pour un défaut d’étanchéité des amortisseurs).

- La fonction éclairage, signalisation pour 8,58 % des visites techniques périodiques (dont : 3,68 % pour un réglage trop haut et/ou un faisceau non-conforme du feu de croisement, 2,57 % pour une anomalie de fonctionnement du feu stop, 2,38 % pour une anomalie de fonctionnement du feu de position, 1,40 % pour un réglage anormalement bas du feu de croisement).

- La fonction freinage pour 4,95 % des visites techniques périodiques (dont : 2,19 % pour un déséquilibre important du frein de service, 1,44 % pour une efficacité globale insuffisante du frein de stationnement, 1,04 % pour une détérioration importante du flexible de frein, 0,69 % pour une détérioration importante de la plaquette de frein).

Associations FO
consommateurs

 http://www.force-ouvriere.fr

L'Éditorial de Jean-Claude Mailly du mercredi 15 novembre 2017

Mercredi 15 novembre 2017

L'Éditorial de Jean-Claude Mailly

 

99316558jeanclaudemailly jpg 1

J-C Mailly

« Dans l’action le 16 novembre, par des manifestations et des grèves »

Jc mailly novembre 2017

Les décrets relatifs aux ordonnances commencent à être connus. Concernant la fusion des IRP – que non seulement nous ne demandions pas mais que nous condamnons –, elle se traduit par une diminution du nombre de délégués, un volume horaire de délégation globalement maintenu et la suppression du CHSCT, ce qui est plus que problématique, le CHSCT étant la structure la plus crainte de nombre d’employeurs.

Dans toutes les entreprises où nous sommes présents, il va falloir négocier sur le droit syndical et militer pour obtenir plus de délégués que ne le prévoit le décret, ainsi que la présence de représentants syndicaux de proximité.

Rappelons également la mise en œuvre de la mutualisation des heures et la possibilité de négocier plus de douze ans ou trois mandats pour la durée de ceux-ci.

Autant nous avons pu obtenir certaines choses (dont le maintien de la branche) et pu en bloqué d’autres, autant de nombreuses dispositions de ces ordonnances – comme nous l’avons toujours dit – sont inacceptables.

Raison pour laquelle, sur mandat de notre Comité confédéral national, nous serons dans l’action le 16 novembre, par des manifestations et des grèves.

Pour ma part, je défilerai avec nos camarades des Bouches-du-Rhône à Marseille.

Edito mailly novembre 2017 


Les rendez-vous de la retraite du 20 au 25 novembre 2017

Lundi 13 novembre 2017

Les rendez-vous de la retraite du 20 au 25 novembre 2017

Interesser par sa retraite

Déployée dans une centaine de villes françaises, la seconde édition des « Rendez-vous de la retraite » est organisée par l’Agirc-Arrco du lundi 20 au samedi 25 novembre 2017. Elle offre à chacun des actifs, quelle que soit sa situation, l’opportunité de faire le point avec un conseiller et d’être guidé dans ses choix.

Les « Rendez-vous de la retraite » édition 2017 proposent gratuitement :

  • Des consultations personnalisées sans rendez-vous, dans une centaine de centres d’information (CICAS).
  • Des conférences pratiques ouvertes à tous dans plusieurs grandes villes de France et retransmises sur le site rdv-retraite.agirc-arrco.fr pour faire le point sur la retraite et rompre avec les idées reçues.
  • Un accès en ligne et en continu à une équipe d’experts retraite depuis le site lesexpertsretraite.agirc-arrco.fr, les réseaux sociaux et l’application Smart’ Retraite.

Voir en ligne : Consultez le site internet dédié aux rendez-vous de la retraite

Lettre FO
Retraites n°136



Le dérèglement climatique - Episode 41-B ST

Dimanche 12 novembre 2017

Le dérèglement climatique 

Episode 41-B ST

Bienvenue dans le monde du travail Episode 41-B ST:
Le dérèglement climatique Producteur: Force Ouvrière http://www.force-ouvriere.fr
Conception, réalisation: Pierre Wolf/SFJ Direction artistique,
illustrations et animation 2D : Julie Huguen, studiotricot.com
Conception sonore et mixage: Cyrille Louwerier Musique: Brice Cavallero

 

Europe

Mercredi 8 novembre 2017

L’Union européenne s’apprête à se doter d’un socle européen de droits sociaux

Socle sociale

Les principes de ce socle seront proclamés lors du sommet européen du 17 novembre à Göteborg.

Cette proposition de socle est une initiative importante qui devrait s’inscrire dans l’objectif de construction d’une Europe plus sociale et plus juste mais elle pose encore beaucoup de questions tant l’UE s’est surtout distinguée par les reculs sociaux ces dernières années.

La proclamation est une étape mais en tant que telle il ne s’agit que d’une déclaration d’intention : les principes et droits inscrits dans le socle devront être traduits en actions et engagements concrets. Dans la négative, le socle risque de n’avoir que très peu de retombées positives pour les travailleurs.

FO revendique un plan d’action pour la mise en œuvre de chacun des principes et droits qui constituent le socle. Ce plan doit inclure des initiatives législatives afin d’établir de nouveaux droits aux travailleurs mais aussi pour renforcer et faire appliquer les droits existants. C’est le sens de la manifestation organisée aujourd’hui à Bruxelles par la Confédération européenne des syndicats sous la bannière Social Rights First. FO portera cette revendication auprès de la ministre en charge des affaires européennes lors d’une rencontre avec Jean-Claude Mailly qui aura lieu vendredi 10 novembre.

FO soutient plusieurs priorités dans cette initiative qui permet de remettre l’Europe sociale au cœur du débat européen : l’inclusion d’un ensemble de droits sociaux applicables à tous en Europe dans la proposition de socle avec une portée plus contraignante, incluant l’inscription de droits nouveaux et des objectifs concrets et tangibles pour les travailleurs, la consolidation de l’acquis social européen et une meilleure application et la réaffirmation du principe de convergence vers le haut.

Voir en ligne : Une meilleure Europe pour les travailleurs : un Socle des droits sociaux plus solide

L'Éditorial de Jean-Claude Mailly du mercredi 8 novembre 2017

Mercredi 8 novembre 2017

L'Éditorial de Jean-Claude Mailly

 

99316558jeanclaudemailly jpg 1

J-C Mailly

« Un syndicalisme libre et indépendant, alliant idéal et pratique, négociation et action »

Dans nombre de pays, en Europe et hors Europe, se déroule ce que l’on pourrait appeler une crise de la représentation politique.

Elle est notamment perceptible à l’occasion d’élections politiques où les pronostics ne sont pas confirmés, où certains grand partis prennent l’eau, où des mouvements dits « populistes » font des percées. La France n’y échappe pas, on a pu le mesurer à l’occasion des élections présidentielles et législatives.

Parmi les causes à l’origine de cette situation figurent incontestablement une augmentation des inégalités et précarités, un sentiment croissant et largement partagé d’injustice, qui plus est depuis la crise financière de 2007.

En quelque sorte il s’agit de répondre à la question : comment retrouver un projet, une vision, un sens à moyen et long termes ? Comment pouvoir espérer, autrement dit, un monde meilleur, collectivement et individuellement ?

Dans ce contexte, notre syndicalisme doit rester lui-même, libre et indépendant, alliant idéal et pratique, négociation et action.

Quand, ces derniers temps, un responsable politique appelle à la jonction des forces politiques associatives et syndicales de résistance, c’est certes son droit mais ce n’est pas compatible avec nos valeurs et notre pratique.

Un syndicat s’adresse aux travailleurs, quels qu’ils soient, en activité ou non.

Un parti politique s’adresse aux citoyens, d’où une vision de l’intérêt général.

Historiquement, en France, ce débat a été tranché en 1906 avec la Charte d’Amiens, Et il n’y a pas de raisons, selon nous, de ressusciter Jules Guesde.

Force Ouvrière continuera à négocier, concerter et agir, quand nécessaire, comme nous le ferons le 16 novembre.

Communiqué de FO

Mercredi 8 novembre 2017

Communiqué de FO

Un congé paternité en partie obligatoire et plus long

La balle est dans le camp du gouvernement

Conges paternite

Une pétition vient d’être lancée par le mensuel Causette concernant le congé de paternité. Cette pétition souhaite que le congé de paternité soit en partie obligatoire et plus long. Elle recueille déjà plus de 34 000 signatures.

Force Ouvrière se félicite de cette initiative qui vient renforcer sa revendication pour que le congé de paternité et d’accueil de l’enfant soit pour partie obligatoire (11 jours) et allongé à 1 mois minimum.

Pour FO, une action en ce sens permettrait de contribuer à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes en :

  • évitant que les responsabilités familiales concernent exclusivement les mères au détriment de leur vie professionnelle ;
  • rendant le droit à une vie familiale plus concret pour les pères.

Force Ouvrière profite donc de cette mobilisation pour rappeler sa revendication auprès du Secrétariat d’État à l’égalité entre les femmes et les hommes. Selon ce dernier, la grande cause nationale du quinquennat nécessite l’engagement de tous, sur tout le territoire…

FO fait sa part, la balle est dans le camp du gouvernement.

Par Anne Baltazar

Voir en ligne : Pétition : Pour un congé paternité digne de ce nom

 

L’UCR-FO appelle aux manifestations du 16 novembre 2017

Samedi 4 novembre 2017

L’UCR-FO appelle aux manifestations du 16 novembre 2017

Communique 7

Les retraités se sont mobilisés par dizaines de milliers le 28 septembre contre :

  • La hausse brutale de la CSG de 1,7 point appliquée à 60% des retraités qui entraînera une nouvelle baisse de leur pouvoir d’achat et déstabilisera le financement de la Sécurité sociale ;
  • L’annonce d’un nouveau gel des pensions pour 2018 ;
  • La baisse de l’APL qui s’ajoute aux ponctions fiscales de ces dernières années.

Ils n’ont pas été entendus et leurs demandes de rendez-vous au président de la République sont toujours ignorées.

L’UCR-FO considère que ces attaques font partie d’une remise en cause de l’ensemble des droits et garanties obtenues par les salariés depuis 1945.

L’UCR-FO salue l’appel lancé par les organisations syndicales, FO, CGT, Solidaires, FSU, UNEF, UNL, FIDL, à une journée de grève et de manifestations Le 16 novembre 2017, contre la mécanique néolibérale des ordonnances Macron.

Elle appelle tous les retraités à se joindre à la mobilisation et aux manifestations organisées dans les départements.

 

Voix De Presse

Samedi 4 novembre 2017

PRESSE - COMMUNICATION

Voixdepresse

Voix de presse

L’Université va-t-elle perdre ses facultés démocratiques ?

Le premier ministre et la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, ayant présenté, le 30 octobre, le « plan Étudiants », prévu pour en 2018, la presse l’a studieusement examiné. Sélection d’aperçus.

Facultes

Le Monde
Le gouvernement a beau s’en défendre, pour les uns, la réforme de l’entrée à l’université instaure une sélection qui ne dit pas son nom. Pour les autres, au contraire, elle garantit que le bachelier aura le dernier mot dans son choix d’orientation. Sauf, quand la filière est surchargée, ce qui est bien sûr de la science-fiction. En ce cas, les universités pourront placer les lycéens sur liste d’attente lorsque la filière est surchargée. Il ne sera pas possible de refuser un étudiant en licence à partir du moment où les capacités d’accueil seront suffisantes, mais, quand elles seront atteintes, cela se fera en fonction de la motivation et des aptitudes, a précisé Mme Vidal, ministre de l’enseignement très supérieur, ancienne présidente de l’Université de Nice. Déjà, le ton monte dans plusieurs organisations syndicales, qui appellent à la mobilisation le 16 novembre contre la sélection à l’entrée de l’université. Désormais, les universités vont pouvoir dire non à un candidat, dit Lilâ Le Bas, la présidente du syndicat étudiant UNEF.

La Montagne
À l’Université Clermont Auvergne, le président ne cache pas sa joie devant l’arrivée de ce nouveau mode de sélection, pardon, de ces « attendus » : nous n’avons jamais usé du tirage au sort mais il n’est pas exclu qu’à l’avenir nous ayons recours aux attendus, car nos capacités d’accueil et nos moyens sont ce qu’ils sont, et la démographie étudiante aussi. En quatre ans, Clermont est tout de même passé de 30 à 35 000 étudiants, (+ 16,6 %) un nombre qui devrait encore progresser jusqu’au milieu des années 2020. Et comme ailleurs, les filières Staps, psychologie, droit et médecine sont les plus demandées, alors que nous avons de la place en mathématiques, en chimie ou en physique : des filières qui offrent des débouchés professionnels. Futurs juristes devenez chimistes...

Nord Éclair
D’ailleurs, sans perdre de temps, La nouvelle plateforme permettant de formuler ses choix sera ouverte le 18 janvier. Les lycéens devront faire moins de 10 vœux (contre jusqu’à 24 jusqu’à présent sur APB), sans les classer. Chaque vœu devra être motivé. Pour certaines formations, les bacheliers postuleront d’office dans plusieurs universités à la fois, par exemple pour une formation informatique à Bordeaux et non plus formation informatique dans une université précise. Faites un vœu, l’Université reconnaîtra les siens.

Les Échos
Si le mot sélection a été évité, la ministre de l’Enseignement supérieur a quand même évoqué une adéquation qui y ressemble : si malgré les places supplémentaires créées en 2018 ou encore les dispositifs de vœux thématiques groupés, la demande est supérieure à l’offre, les candidats seront retenus sur la base de la meilleure adéquation entre leur projet, leur motivation, leur parcours, et les attentes de la formation demandée. L’adéquation va être salée.

Par  Michel Pourcelot

 

L'Éditorial de Jean-Claude Mailly du mercredi 1er novembre 2017

Mercredi 1er novembre 2017

L'Éditorial de Jean-Claude Mailly

 

99316558jeanclaudemailly jpg 1

J-C Mailly

« Une journée de manifestations et de grèves »

Conformément à la résolution du Comité confédéral national de fin septembre, le Bureau confédéral a proposé une journée de mobilisation interprofessionnelle –le 16 novembre 2017– aux autres organisations syndicales de salariés, de lycéens et d’étudiants.

Un texte d’appel de plusieurs syndicats a été mis au point et adopté (« Mobilisation interprofessionnelle le 16 novembre 2017 »).

Il fait référence aux nombreuses dispositions inacceptables des ordonnances, à la question salariale et à la CSG, aux risques qui pèsent en matière de formation professionnelle ou d’Assurance chômage, aux atteintes au service public et à la protection sociale, ainsi qu’aux remises en cause des droits des jeunes, notamment pour l’entrée dans l’enseignement supérieur.

Quant aux modalités de cette journée, il s’agira de manifestations et de grèves.

Est-il besoin de le préciser ? Le Bureau confédéral respecte à la lettre le mandat donné par le CCN dans sa résolution précitée.

Il s’agit maintenant de réussir cette journée.

Parallèlement, les concertations/négociations se mettent en place sur l’apprentissage, la formation professionnelle et l’Assurance chômage. Force Ouvrière y participera en faisant valoir – ce que nous avons commencé à faire– nos positions et lignes rouges.

Edito jc mailly 

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster