Communiqués

Communiqué de FO

Mardi 11 juillet 2017

Santé dégradée des femmes précaires

Pour FO, les politiques menées ces dernières années ont une part de responsabilité !

Selon un rapport récent du Haut Conseil à l’égalité (HCE) intitulé La santé et l’accès aux soins : Une urgence pour les femmes en situation de précarité, les femmes en situation de précarité (occupant des emplois à temps partiel, non qualifiés, avec des contrats instables, une pression temporelle…) sont fortement touchées par les maladies professionnelles, les accidents de travail et de trajet.

En outre, elles sont surreprésentées parmi les victimes de maladies cardio-vasculaires.

Le rapport précise que les causes des inégalités sociales de santé sont multifactorielles : elles comprennent les conditions de travail des femmes précaires (cumul d’horaires atypiques ou décalés…) et le manque de moyens financiers, qui a directement des conséquences sur l’alimentation, et qui constitue la première cause de renoncement aux soins.

Cela confirme l’analyse Force Ouvrière, selon laquelle les politiques publiques doivent favoriser l’égalité professionnelle pensée dans le cadre d’une émancipation des salarié.e.s et non limitées à des mesures compatibles à des logiques d’austérité.

C’est-à-dire tout le contraire des politiques publiques menées ces dernières années.

En effet, alors même que les femmes occupent les deux tiers des postes d’ouvrières/ouvriers et d’employé.e.s non qualifié.e.s, les politiques menées ont accru la flexibilité et la précarité au travail.

Pour FO, il y a urgence, il est temps de faire marche arrière !

C’est pourquoi Force Ouvrière revendique l’augmentation du Smic pour atteindre progressivement 80% du salaire médian, l’augmentation du point d’indice des fonctionnaires, l’alignement des majorations des heures complémentaires pour les temps partiels sur celles des heures supplémentaires pour les temps complets, une meilleure articulation vie professionnelle/vie privée et des moyens supplémentaires (financiers et humains) aux Direccte afin qu’elles puissent véritablement exercer leurs contrôles, l’inspection du travail ayant vu ses effectifs réduits de 20% en 10 ans !

Par  Anne Baltazar

Communiqué de FO

Lundi 10 juillet 2017

Évolution du dossier pénibilité

Penebilite 2

Depuis longtemps Force Ouvrière explique que l’évolution du dossier pénibilité devait permettre d’allier l’efficacité pour les salariés à la simplicité pour les entreprises.

Le dispositif prévu par le gouvernement comporte trois insuffisances notoires :

► Il ne met pas assez l’accent sur la prévention, ne retenant pour les 4 critères traités différemment qu’une sortie anticipée de 2 ans à 60 ans, ce qui était encore, il y a peu, l’âge de départ en retraite ;

► La suppression de la (petite) cotisation patronale apparait comme une mesquinerie et il va falloir veiller à ce que les employeurs assument clairement leur responsabilité dans la branche AT/MP ;

► Il convient d’associer étroitement les caisses de Sécurité sociale (CARSAT) qui disposent des personnels formés et spécialisés en matière de prévention.

 

Communiqué de la Fédération FO des Finances

Communiqué de la Fédération FO des Finances

Rapport de la Cour des Comptes 

Marre du « Bercy bashing » !

Cour des comptes 3

«  Cour des comptes Paris entrée  » par TouNTravail personnel. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons.

L’audit de la Cour des comptes publié hier a, comme à son habitude, dressé un tableau apocalyptique de la situation des finances publiques en France.

Passons sur les motivations politiques qui ont amené le gouvernement à demander cet audit.

Pour étayer sa démonstration, elle juge que la rationalisation de la réforme territoriale n’a pas été assez loin et cite en exemple les réseaux déconcentrés de la DGFiP et de la Douane.

Déjà, la question se pose de la légitimité de la Cour des comptes à s’intéresser à une réorganisation des services de l’État, sortant une nouvelle fois de ses prérogatives.

Mais pour revenir à la question posée, faut-il encore publier des données actualisées et intégrer des décisions en cours d’exécution.

Elle cite en exemple le maintien de 34 recettes régionales et 54 centres de viticulture et cidriculture de la Douane.

Informons ces hauts fonctionnaires, que ces chiffres ne sont plus d’actualités !

Une réforme d’ampleur inégalée a cours depuis plusieurs années à la DGDDI, qui s’achèvera au plus tard en 2020, ramènera à 10 le nombre de recettes régionales en métropole. Quant au réseau douanier en général et de la viticulture en particulier, son resserrement est également en cours.

Cette réforme se passe d’ailleurs dans des conditions difficiles tant pour les agents concernés que pour la bonne exécution des missions.

De même, elle critique le réseau DGFiP, trop dense à son goût, avec ses « encore » 4 765 implantations et ce malgré la suppression de « 3,6% » d’entre elles ces cinq dernières années.

Là encore, chiffre erronée puisque ce ne sont pas moins de 600 implantations qui ont disparu, soit plus de 11% du réseau, et tout particulièrement en milieu rural et périurbain. N’oublions pas non plus les 8 000 emplois supprimés dans la période.

Ces suppressions de service public participent largement au sentiment d’abandon des citoyens concernés, avec les conséquences économiques et politiques que l’on a vu ces derniers mois.

FO Finances dénonce ce Bercy bashing permanent, et au vu de ces exemples, peut mettre en doute la sincérité de ce rapport.

Il ne peut être une base de discussion sérieuse avec les ministres, dans la perspective du débat sur les orientations budgétaires, qui devront s’ouvrir dans les prochaines semaines avec les fédérations.

A moins qu’elle ne soit qu’un alibi pour justifier de nouvelles mesures d’austérité, comme tend à le prouver l’annonce précipitée du gel de la valeur du point d’indice des fonctionnaires.

 

Finances

Secrétaire général
Philippe GRASSET
46, rue des Petites Écuries
75010 PARIS

 

Communiqué de FO

Jeudi 15 juin 2017

Communiqué de FO

Déclaration de la Commission exécutive confédérale du 15 juin 2017

JPEG - 1014.1 ko
Comité confédéral national FO des 6 et 7 avril 2017 à Paris. Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

En 2016, FO a combattu la loi travail, sur la méthode et sur le fond, en demandant son retrait puis son abrogation.

En 2017, FO reste fidèle à ses positions et à son comportement de syndicat réformiste militant, libre et indépendant.

Face aux ordonnances annoncées et à la concertation entamée, FO, dans l’attente de textes précis de la part du gouvernement, rappelle aux pouvoirs publics ses analyses, ses revendications et ses lignes rouges, fondées sur la liberté de négociation, la liberté syndicale et le respect des principes républicains.

Il appartient au gouvernement et au président de la République de savoir s’ils en tiennent compte.

Si tel n’était pas le cas, FO n’hésiterait pas, comme l’a décidé le dernier CCN, à mobiliser contre ce qu’elle considèrerait comme une loi travail XXL.

 

Communiqué de l’UCR-FO

Mardi 23 mai 2017

Communiqué de l’UCR-FO

Gouvernement d’Édouard Philippe

Qui s’occupera des retraités et des personnes âgées ?

L’UCR-FO a beau scruter la liste des membres du nouveau gouvernement, elle n’a pu trouver à qui a été confié le dossier des retraités et des personnes âgées.

S’agissant d’un groupe de citoyens de 16 millions de membres, la question n’est pas négligeable !

Ceci d’autant plus que la lettre du candidat à la présidence de la République Emmanuel Macron évoquait la perspective d’une hausse de 1,7% de la contribution sociale généralisée qui toucherait 60% des retraités, perspective immédiatement rejetée par ceux-ci alors qu’ils n’ont bénéficié d’aucune revalorisation de leurs retraites dans les quatre dernières années.

Un interlocuteur compétent serait vivement souhaité.

 

Philippe Pihet

Secrétaire confédéral - Secteur retraites

 





Communiqué de FO

Mardi 23 mai 2017

 Manchester 

Message de soutien de la confédération Force Ouvrière

Le Royaume-Uni est blessé à nouveau après l’attaque survenue à Manchester dans la soirée du 22 mai. La confédération Force Ouvrière est une nouvelle fois choquée et révoltée par cette nouvelle tragédie qui touche, au cœur, l’Europe entière et plus particulièrement le peuple britannique.

La confédération Force Ouvrière adresse toute sa solidarité et son amitié, par le TUC, à l’Angleterre et au Royaume-Uni meurtris par un tel évènement et exprime toute sa sympathie et ses condoléances aux familles touchées par cet attentat.

Elle participe ainsi à la solidarité européenne qui continue à s’exprimer et qui continuera dans le futur, en dépit des divisions que certains tentent de provoquer, et veut encore saluer la mobilisation en France, comme en Angleterre, des services publics et de leurs agents, et plus particulièrement des services d’urgence, qui œuvrent sans cesse dans l’intérêt de tous.

Communiqué de FO

Jeudi 27 avril 2017

Communiqué de FO

Les derniers chiffres des demandeurs d’emploi du quinquennat ne sont pas bons !

Pole emploi 7Les chiffres du nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en mars 2017 viennent d’être publiés : ils confirment la tendance de l’année passée, pas d’inversion de la courbe du chômage. Au total, pour toute la France, DROM incluses et toutes catégories confondues, on recense 6,567 millions de personnes inscrites.

Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A (tenus de rechercher un emploi et sans activité) augmente de 1.3% sur un mois ce qui représente 3.508.100 personnes.

Concernant les plus précaires, à savoir les demandeurs d’emploi en activité réduite catégorie B (- 78h travaillées par mois) et catégorie C (+ 78h travaillées par mois) leur nombre diminue sensiblement ce mois-ci, toutefois, le nombre de demandeurs d’emploi dans ces catégories a augmenté de 4.2% sur une année !

On note une stagnation sur un mois de la part des demandeurs d’emploi inscrits de longue durée (plus d’un an) s’établissant à 2.410.500 personnes.

Relevons une légère amélioration sur un mois de 1.1%, et de 5.2% sur un an du chômage chez les jeunes de moins de 25 ans.

C’est pour toutes ces raisons que FORCE OUVRIERE est signataire de la convention d’Assurance Chômage du 14 avril 2017, car elle permet ainsi de mieux sécuriser les trajectoires professionnelles des demandeurs d’emploi les plus précaires et de renforcer leurs formations dans un objectif de retour rapide à un emploi durable et de qualité, c’est-à-dire le CDI.

Michel Beaugas

Secrétaire confédéral - Secteur Emploi - Chômage - Formation

Communiqué de FO

1er Mai 2017

POUR LE PROGRES SOCIAL, CONTRE LE RACISME, LA XENOPHOBIE ET L’ANTISEMITISME

Le 1er mai, journée de solidarité internationale et d’expression des revendications, aura cette année une dimension particulière dans le contexte du second tour des élections présidentielles et des législatives à venir.

Pour FORCE OUVRIERE, opposée génétiquement au racisme, à la xénophobie et à l’antisémitisme, les principes républicains de liberté, d’égalité, de fraternité, de laïcité ainsi que la démocratie sont des valeurs incontournables.

Comme FORCE OUVRIERE ne cesse de l’affirmer, la crise étant le terreau sur lequel prospère les idées d’extrême droite, il est urgent de mettre fin aux politiques d’austérité suicidaires socialement, économiquement et démocratiquement.

Les revendications seront donc au cœur de ce 1er mai : augmentation des salaires, sauvegarde de la protection sociale collective et du service public républicain, développement d’un emploi stable avec un vrai travail, un vrai salaire, un vrai contrat, préservation de la liberté syndicale et de la liberté de négociation, ce qui implique d’abroger la loi travail pour respecter la hiérarchie des normes.

A Paris, le secrétaire général de FORCE OUVRIERE sera présent à la manifestation qui partira de la République à 14 h 30

Par  Jean-Claude Mailly

 

 

 

1er Mai 2017

Affiche FO

Cliquer ici pour télécharger!

Format pdf

Affiche 1er mai 2017

Communiqué de FO Energie et Mines

Lundi 3 avril 2017

Communiqué de FO Energie et Mines

« Forfait jour » et « Organisation du travail » 

Conditions de travail : un avis de recherche est lancé

« Forfait jour » et « Organisation du travail » : les deux accords signés en 2016 devaient, d’après la direction, améliorer les conditions de travail.
Un an plus tard, FO Energie et Mines fait le constat d’un échec sans précédent.

Forfait Jours, alerte aux Risque Psychosociaux !

Contrairement aux « éléments de langage » diffusés par la Direction ou certains syndicats signataires, la grande majorité des Cadres qui ont opté pour le forfait jour n’ont pas été « emballés » par l’accord. Ils ont simplement considéré que ne pas signer, c’était prendre un risque fort sur ses Rémunération de la performance contractualisée des cadres (RPCC), et qu’ils n’auraient de toute façon pas le choix au prochain changement de poste. Pour eux, il valait donc mieux prendre les 2 niveaux de rémunération (NR) prévus par « l’accord ».

Un an plus tard, le bilan est sombre : la mise en œuvre de l’accord entraine une augmentation de la productivité supportée par les agents, une dégradation de la qualité de vie au travail et de l’autonomie des cadres.

De plus, la Direction rattrape les 2 NR « supplémentaires » accordés aux cadres signataires en faisant fondre les effectifs et les quotas d’avancements.

Les Organisations Syndicales signataires de l’accord forfait jours ont beau protester et réclamer une réunion du comité national de pilotage, c’est trop tard !

Les cadres commencent à se rendre compte que la confiance qu’ils ont accordée aux Directions est bafouée.

FO Énergie et Mines alerte la Direction sur la dégradation des conditions de travail et l’augmentation des Risques Psychosociaux liés à ce dispositif.

FO Énergie et Mines tire la sonnette d’alarme !

Il faut le dire clairement : la Direction porte toute la responsabilité de l’augmentation des contraintes et de l’absence de plan de prévention des risques.

Organisation du Travail, la deuxième couche !

Dans la foulée du forfait jour, un autre Accord a vu le jour, encore une fois entériné par les deux mêmes organisations syndicales…

Le titre de cet accord : « Améliorer le fonctionnement et les conditions de travail des équipes au quotidien, pour plus de qualité de vie au travail et de performance des organisations ».

Lors de cette négociation, il nous est apparu inévitable de parler d’effectif pour traiter du fonctionnement : refus catégorique de la Direction !

Comment traiter de l’amélioration du fonctionnement sans aborder la question des effectifs ?

Que dire de l’amélioration des conditions de travail ?

L’augmentation de la « performance des organisations » est le seul élément qui compte vraiment pour la Direction !

Améliorer les conditions de travail en supprimant des emplois, cherchez l’erreur !

Comment ? En augmentant la pression pour faire plus avec moins d’agents.

Et en tentant de faire croire à tous, que la solution a été trouvée de façon collective (ceux qui ont déjà vécu la mise en place du « Lean management » voient bien de quoi il s’agit).

Qu’on ne s’y trompe pas : FO n’est évidemment pas opposée à l’augmentation de la performance. Mais cette augmentation, pour s’inscrire dans la durée, ne peut se faire qu’avec les agents, en leur accordant des contreparties réelles.

Faire contre les agents, c’est l’assurance d’aller dans le mur à moyen terme.

Car il faut le rappeler, la principale richesse d’EDF, c’est son personnel.

Face à l’orientation de l’entreprise, et à l’attitude déloyale des Directions, les représentants FO Énergie et Mines accompagneront les agents afin de faire respecter leur droit.

 

Énergie et Mines

Secrétaire général
Vincent HERNANDEZ
60, rue Vergniaud
75640 PARIS Cedex 13

Communiqués

Vendredi 31 mars 2017

Communiqués

Force Ouvrière maintient sa représentativité

Representativite foLes calculs de représentativité syndicale dans le secteur privé montrent une stabilisation des résultats de Force Ouvrière avec une amélioration du nombre total de suffrages exprimés.

Force Ouvrière reste ainsi nettement la 3ème Confédération dans le secteur privé, encore plus nettement au niveau général en intégrant les résultats de la Fonction Publique.

C’est une reconnaissance et un encouragement pour le syndicalisme libre et indépendant. Par ailleurs Force Ouvrière rappelle aux pouvoirs publics que conformément aux décisions de l’OIT elle demande le rétablissement de la libre désignation du délégué syndical.

Elle appelle les salariés à rejoindre les valeurs sûres de la liberté et de l’indépendance syndicales en adhérant et en votant pour Force Ouvrière, qui plus est dans ces périodes de troubles sociaux, économiques et démocratiques.

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster