Communiqué de la FNAS-FO

Communiqué de la FNAS-FO

Déclaration FO relative au projet d’Engagement de Développement de l’Emploi et des Compétences

« Petite enfance »

Communiques fnas fo 14 novembre 2014Force Ouvrière a pris connaissance du projet d’accord-cadre national d’Engagement de Développement de l’Emploi et des Compétences relatif à la petite enfance pour les années 2014/2017.

Le constat exposé dans les motifs de ce projet rappelle fort justement que les besoins d’accueil pour les enfants de moins de 3 ans restent importants. La création envisagée de 275 000 solutions d’accueil pour 2017 démontre s’il en est besoin combien les besoins d’accueil manquent déjà cruellement.

Si Force Ouvrière prend acte de l’« ambition forte » de ce projet, elle s’insurge contre la décision du gouvernement, au nom de son pacte de responsabilité, de s’attaquer au financement de la branche famille de la Sécurité Sociale. Elle seule peut garantir les moyens nécessaires aux créations de places et d’emplois indispensables aux « enjeux quantitatifs » liés à la fois aux besoins de recrutement pour couvrir les futurs postes qui pourraient être créés, mais aussi, en prévision des nombreux départs en retraite à venir, dans le secteur privé à but non lucratif auquel nous sommes attachés.

Par ailleurs, Force Ouvrière, attachée à l’Ecole Publique, Laïque et Républicaine, fait le constat que l’Education Nationale, concernée pourtant par la création potentielle de 75 000 places d’accueil, est présentée dans ce projet comme un simple « prescripteur ». Pour Force Ouvrière, le développement de l’accueil en école maternelle des enfants de moins de trois ans doit redevenir une priorité nationale. Cela doit passer aussi par la création d’emplois publics statutaires.

Force Ouvrière, sinon, s’étonne du contenu de ce projet qui dit pourtant vouloir qualifier les salariés dans une optique d’améliorer la qualité de l’accueil et de développement des évolutions de carrière des professionnels.

D’un côté, il est proposé de favoriser la fonction « ressources humaines » des « employeurs potentiels » pour leur permettre « de faire face aux enjeux de recrutement et de gestion des ressources humaines du secteur ». Cela ne répond en rien aux besoins de qualification des salariés.

De l’autre, pour les seuls salariés « fragilisés dans leurs emplois », il est proposé l’acquisition de « compétences », le développement d’une « culture commune » et l’amélioration de la qualité de travail.

Pour Force Ouvrière, au lieu de prévoir des actions proposant « de renforcer les connaissances des professionnels sur les besoins des enfants en éveil selon leurs âges ; d’améliorer les compétences nécessaires à l’accueil de publics spécifiques : enfants porteurs de handicap, enfants issus de famille en parcours d’insertion et d’améliorer le repérage de certaines situations à risque maltraitance, discriminations, handicap », il est urgent de mettre en oeuvre un plan de financement national de formations qualifiantes débouchant sur des Diplômes Nationaux (Educateurs de Jeunes Enfants, auxiliaires de puériculture...), diplômes d’État qualifiants reconnus dans les différentes Conventions Collectives Nationales de Travail du secteur de la petite enfance.

Pour toutes ces raisons, Force Ouvrière émet un avis défavorable à cet EDEC « petite enfance ».

Ban 1

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster