1er MAI

1er Mai 2015 - Vive l'internationale

Dimanche 19 avril 2015

Vive l'internationale - Episode 16 par Le Monde Du Travail

1er Mai 2015

Revendiquez ! Solidarité syndicale internationale

Bienvenue dans le monde du travail
Episode 16: Vive l'internationale

Producteur: Force Ouvrière http://www.force-ouvriere.fr
Conception, réalisation: Pierre Wolf/SFJ
Direction artistique, illustrations et animation 2D : Julie Huguen, studiotricot.com
Conception sonore et mixage: Cyrille Louwerier
Musique: Brice Cavallero

1er mai 2015 affiche

1ER MAI 2012: JEAN-CLAUDE MAILLY À TUNIS

PRESSE - COMMUNICATION


A l’invitation de l’UGTT (Union Générale Tunisienne du Travail) Jean-Claude Mailly, secrétaire général de la Confédération Générale du Travail Force Ouvrière conduisait une délégation Force Ouvrière à Tunis le 1er mai dernier. Il participait à une manifestation qui était suivie d’un meeting avec prise de parole.


1er Mai 2012: Jean-Claude Mailly à Tunis [1] par Force-Ouvriere


1er Mai 2012: Jean-Claude Mailly à Tunis [2] par Force-Ouvriere

Le VRAI 1er MAI !

fo-sante-org.jpgDES CONDITIONS DE TRAVAIL AUX RISQUES PSYCHOSOCIAUX A L'HOPITAL

Par fo-sante.org

Pour de meilleures conditions de travail !

La fête du travail présente avant tout un caractère commémoratif, rappelant à tous, les événements de mai 1886, alors que la pression syndicale permit aux travailleurs américains d’obtenir la journée des huit heures.

Quelques années plus tard, ce fut une «journée internationale des travailleurs» ou «Fête des travailleurs»À l’origine de cette journée, qui est tout sauf une fête, fût-ce du travail, c’est donc la lutte pour la journée de huit heures. C’est pour l’amélioration des conditions de travail que ce jour est célébré presque partout dans le monde.

 

1er mai 1886 à Haymarket

Au cours du IVe congrès de l’American Fédération of Labor, en 1884, les principaux syndicats ouvriers des États-Unis s’étaient donnés deux ans pour imposer aux patrons une limitation de la journée de travail à huit heures. Ils avaient choisi de débuter leur action un 1er mai parce que beaucoup d’entreprises américaines entamaient ce jour-là leur année comptable. Les travailleurs à l’époque bossent entre 12 et 16 heures par jour.

«À partir d’aujourd’hui nul ouvrier ne doit travailler plus de huit heures par jour ! Huit heures de travail ! Huit heures de repos ! Huit heures d’éducation !»

Le 1er mai 1886, une grande manifestation fut organisée dans la ville pour réclamer la journée de huit heures. Deux jours plus tard, la police tua deux grévistes. Le lendemain, en représailles, une grenade artisanale fut lancée sur la police lors d’un rassemblement. Les tirs et rixes qui s’ensuivirent causèrent la mort de huit policiers et d’un nombre indéterminé d’ouvriers. Huit anarchistes furent arrêtés, jugés, et quatre exécutés. Le scandale d’un procès inique eut un retentissement mondial.

Une commémoration pour FO :

 Les trajets qu’empruntent traditionnellement les cortèges FO du 1er mai conduisent les manifestants au Mur des Fédérés du cimetière du Père Lachaise, à Paris ou devant le monument des Canuts, à Lyon. Quelle que soit la conjoncture syndicale, c’est une tradition que Force Ouvrière maintient pour rappeler le souvenir de tous ceux qui sont tombés, martyrs de la cause ouvrière, pour qu’aujourd’hui tous les salariés aient le droit de manifester, de revendiquer, de prendre du repos après le travail.

Martyrs de Chicago jugés sans preuve après le massacre de Haymarket, communards exécutés sommairement, achevés sur leurs lits d’ambulance pendant la Semaine sanglante en mai 1871, mais aussi grévistes de Fourmies et leurs familles, fusillés par la troupe le 1er mai 1891. À ce long cortège d’ouvriers assassinés répondent les rassemblements et manifestations syndicales chaque 1er mai.

complément historique :

  • L’internationale est le chant symbole des luttes sociales à travers le monde, dont les paroles furent écrites par Eugène Pottier, en  juin 1871,  en pleine répression de la communne de Paris. Elle fut détournée de 1918 à 1944 comme hymne national de l’URSS. Elle est chantée à tous les congrès FO, car cela reste le symbole des luttes sociales.
  • Le drapeau rouge évoque depuis 19871 le sang versé par les ouvriers. Il n’a ni faucille, ni marteau.
  • Le mot camarade, se dit d’une personne avec laquelle l’on partage un ou plusieurs centres d’intérêt. Il est utilisé par les syndicalistes comme une poignée de main entre gens de mêmes conditions.
  • Le 1er mai : doit aussi rester un symbole des luttes sociales.

extraits d’histoire

Mercredi 25 avril 2012, à 12h15 sur BFM, Jean-Claude Mailly était l’invité d'Hedwige Chevrillon.

PRESSE - COMMUNICATION

JEAN-CLAUDE MAILLY SUR BFM




Jean-Claude Mailly sur BFM par Force Ouvriere

LES RISQUES DE COUPURES DU SECTEUR DES TÉLÉCOMS


crise-a-l-autre-imag.jpg Suite au courrier du 3 avril de Jean-Claude Mailly, secrétaire général de la CGT-Force Ouvrière, la confédération et les fédérations FO concernées ont rencontré le Président de l’ARCEP (Autorité de régulation des communications électriques et des postes) le 23 avril.

Concernant l’impact de la 4ème licence de la téléphonie mobile, Force Ouvrière a réitéré ses craintes de dumping social avec des conséquences rapides sur les salariés en termes de rémunérations, de destructions d’emplois (30.000 à 60.000 emplois directs ou indirects menacés dans toute la filière!), de conditions de travail, de garanties collectives et d’une manière plus générale sur l’avenir de cette branche d’activité.

Les conséquences sont multiples:

- sur les salariés, souvent précarisés, de la filière (en particulier au niveau des sous-traitants);

- par une baisse des investissements et de l’innovation dans la filière;

- en matière de protection du consommateur.

Pour Force Ouvrière, la puissance publique doit immédiatement rétablir un cadre réglementé permettant d’empêcher la destruction d’emploi et que ces dérives ne se mettent en place.

De plus, un diagnostic de l’emploi, du financement et des pratiques dans la filière doit être réalisé avec tous les acteurs, par exemple au sein du Comité stratégique de filière industrielle «service et technologies de l’information et de la communication». Cela doit permettre de cadrer tous les opérateurs et de leur faire prendre des engagements sur les emplois et sur l’investissement pour la pérennisation et le développement de la filière.

Force Ouvrière a demandé à l’ARCEP, administration de l’Etat, de relayer cette demande. Sur ce sujet, Force Ouvrière poursuivra ses échanges et revendications avec le prochain gouvernement.

ÉDITORIAL DE JEAN-CLAUDE MAILLY DATÉ DU MERCREDI 18 AVRIL 2012

L'Éditorial de Jean-Claude Mailly

DE RETOUR DU MAROC

Répondant à l’invitation de nos camarades marocains de l’UMT, j’ai mené une délégation Force Ouvrière pendant trois jours à Casablanca et Tanger. Ce fut l’occasion d’approfondir nos relations de fraternité et de solidarité avec cette confédération historique du Maroc.

Nombre de dossiers ont fait l’objet d’échanges croisés: les retraites et les systèmes de protection sociale collective, le droit de grève, la représentativité syndicale, les investissements français au Maroc, la situation syndicale internationale, le renforcement de la coopération UMT – FO en ont fait partie.

Sur le dossier retraites, où une «réforme» est annoncée au Maroc, il faut notamment souligner que le gouvernement marocain utilise les mêmes arguments que ceux qu’utilise le gouvernement français, il n’y aurait ainsi que trois paramètres envisageables: travailler plus longtemps, augmenter les cotisations ou baisser les prestations. Il faut par ailleurs souligner que pendant très longtemps l’État marocain ne payait pas pour les fonctionnaires la part patronale des cotisations*, ce qui place la caisse dans une situation financière critique.

Dans le privé, trop d’entreprises ne déclarent pas leurs salariés, ce qui ne leur procurera aucun droit à la retraite. Sur cette question des retraites les échanges entre nos deux organisations se poursuivront.

Nous avons également, s’agissant des marins marocains bloqués depuis plusieurs mois dans le port de Sète, du fait des propriétaires marocains des bateaux, agi de concert, ce qui a notamment permis la saisie des trois ferrys concernés.

À Tanger, la délégation Force Ouvrière, rejointe par des camarades FO-Renault, a visité la nouvelle usine Renault qui vient de s’ouvrir pour fournir des véhicules Dacia, dits low cost.

La majorité des véhicules produits sera exportée vers différents pays dont la France, ce qui constitue une forme de délocalisation. Nos camarades de Renault s’inquiètent, à juste titre, des conséquences à terme sur l’emploi en France et exigent sur les sites pouvant être concernés des garanties sur la construction de nouveaux modèles.

Ultramoderne, l’usine de Tanger compte actuellement 2 400 salariés et devra à terme en compter 6.000. Sous-traitants compris, cela représentera 30.000 salariés.

Nous avons fortement plaidé, en ce qui nous concerne, pour une implantation syndicale rapide et des élections devraient être organisées prochainement.

La meilleure défense des travailleurs ce sont leurs actions collectives dans le syndicat pour leurs salaires, leurs conditions de travail et de formation, leurs protections sociales.

L’actuel boom économique du Maroc doit s’accompagner d’une élévation de la condition sociale des salariés marocains, c’est ce pour quoi militent nos camarades de l’UMT. La solidarité internationale, elle non plus, ne doit pas être un calicot mais une réalité.

Le 1er Mai prochain, jour de revendication et de solidarité internationale, je répondrai à l’invitation de nos camarades tunisiens de l’UGTT pour participer à leur meeting et leur manifestation.

*Contrairement à la France où la pension est obligatoirement budgétée.
 

«LE TEMPS DU POLITIQUE N’EST PAS LE TEMPS DU SYNDICAT»

Indépendance


Comité confédéral national

«Conformément à son principe et sa pratique de liberté et d’indépendance syndicales, FO ne donnera aucune consigne de vote, directe ou indirecte», a d’emblée indiqué Jean-Claude Mailly à l’ouverture du Comité confédéral national, soulignant: «Le temps du politique n’est pas le temps syndical.» Un positionnement qui vaut tant pour les élections présidentielles que législatives.

Pour la confédération FO, a précisé le Secrétaire général, le rôle d’un syndicat n’est pas d’appeler à voter contre tel candidat, mais d’appeler, par exemple, à voter contre le traité européen instaurant le Mécanisme européen de stabilité (MES), ce que la confédération FO est la seule à avoir fait dans un courrier aux parlementaires le 14 février dernier.

UN 1er MAI REVENDICATIF ET INTERNATIONALISTE

Jean-Claude Mailly a également rappelé qu’accepter de rencontrer des candidats ne signifie pas, comme l’ont écrit certains journalistes, faire partie du «réseau» d’untel ou d’untel. Mais qu’il s’agit au contraire d’exposer ses revendications. Dans ce contexte de fébrilité généralisée où les véritables problèmes et revendications sont relégués au second plan et où certaines organisations syndicales se laissent aller à des «attitudes partisanes», les responsables FO ont d’autant plus rejeté l’idée d’un 1er Mai fourre-tout qu’il se situera entre les deux tours de l’élection présidentielle. Ils ont préféré un 1er Mai Force Ouvrière «en défense de l’indépendance syndicale, des revendications et de l’internationalisme ouvrier». Jean-Claude Mailly se rendra d’ailleurs en Tunisie à l’invitation de l’UGTT (Union générale des travailleurs tunisiens).

FO Hebdo - Mars 2012
 

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster