ANI

JEAN-CLAUDE MAILLY SUR EUROPE 1

Journée d'action du 9 avril contre la transposition de l’ANI du 11 janvier 2013

JEAN-CLAUDE MAILLY SUR EUROPE 1

Le secrétaire général de Force Ouvrière, Jean-Claude Mailly, explique son opposition à la loi de sécurisation de l'emploi.



Mailly : "moins de droits qu’auparavant" par Europe1fr
Europe1fr

Éditorial de Jean-Claude Mailly, Secrétaire général de Force Ouvrière, daté du mercredi 10 avril 2013

L'Éditorial de Jean-Claude Mailly

«FAITES CE QUE JE DIS, MAIS NE DITES PAS CE QUE JE FAIS»

Les députés ont commencé à débattre de la transposition de l’ANI en loi. Des modifications ou rectifications sont apportées mais le cœur du texte demeure, à savoir la flexibilité exigée et obtenue par le patronat. Raison pour laquelle nous demandons le retrait du projet, revendication que nous porterons lors des manifestations et rassemblements du 9 avril.

Comme nous ne cessons de l’expliquer, on ne peut pas analyser ce texte en dehors du contexte général de la politique économique menée aux niveaux européen et national, à savoir l’austérité, dont il est une des expressions.

Une autre expression de cette austérité est la restriction des dépenses publiques et son impact sur les usagers. Sont en cause ici le changement de sigle de la RGPP devenue MAP, la poursuite de la diminution de la présence de l’État dans les départements avec la RéATE 2 et l’acte 3 de la décentralisation, qui risque de se traduire par une balkanisation du territoire républicain.

Les 6,5 milliards d’économies sur les collectivités territoriales, les 5 milliards d’économies nouvelles sur les dépenses de l’État sont loin d’égaler en montant les 50 milliards d’euros annuels affichés ces derniers jours en matière de fraude fiscale.

En quelque sorte, les grandes entreprises et les plus aisés échappent à l’impôt et ce sont les classes moyennes et défavorisées qui trinquent.

À part cela, certains ont même l’outrecuidance de considérer qu’il n’y a plus de classes sociales!

Ce sont les mêmes qui appellent à la rigueur et à l’austérité et qui font tout pour y échapper en protégeant leurs avoirs. Faites ce que je dis mais ne dites pas ce que je fais, telle semble être leur devise. C’est la même chose quand un ministre s’attaque à la fraude fiscale en s’y étant adonné auparavant.

Ce n’est pas une question d’individu mais une question de système. Tout cela ne fait que renforcer nos revendications et convictions pour combattre l’austérité en France et en Europe. Sortir de l’économie sacrificielle pour l’économie de progrès: tel est l’objectif que nous ne lâcherons pas. De la même manière, nous continuerons, conformément à nos principes et résolutions de congrès, à défendre la République et ses valeurs. Et de ce point de vue, l’échec du référendum en Alsace est un rayon de soleil: on peut être Alsacien et républicain, c’est ce que démontre ce résultat; la république des territoires ne doit pas se substituer au territoire républicain.
FO Hebdo - Avril 2013

FO DEMANDE LE RETRAIT DU PROJET DE LOI

Transposition de l’ANI du 11 JANVIER 2013

FO DEMANDE LE RETRAIT DU PROJET DE LOI

Le projet de loi dit de «sécurisation de l’emploi» est actuellement discuté au Parlement avec des délais très serrés.
Par rapport au texte de l’Accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013, des rectifications ont été apportées au projet de loi mais le fond demeure, à savoir, pour l’essentiel:

la flexibilité réclamée depuis longtemps par le patronat:

- instauration des accords de maintien dans l’emploi avec baisse possible des salaires et abandon de l’obligation de faire des Plans de sauvegarde de l’emploi (PSE);
- raccourcissement des délais de procédures pour les PSE;
- mobilité interne forcée.

STOP À L’AUSTÉRITE ÉCONOMIQUE
ET SOCIALE REFUS DE LA FLEXIBILITÉ

NON À L’ACCOMPAGNEMENT DE LA POLITIQUE D’AUSTÉRITÉ
STOP À L’ACCENTUATION DE LA FLEXIBILITÉ
NON À LA RÉGRESSION SOCIALE


En participant aux actions et aux rassemblements le 9 avril 2013 vous marquerez votre refus de la flexibilité et exigerez de vraies garanties sociales avec un vrai travail, un vrai salaire.




C’est pourquoi, tout en poursuivant son action auprès des parlementaires, la confédération appelle les syndicats et militants FO à mobiliser dans le cadre des rassemblements et actions qui auront lieu le mardi 9 avril 2013, comme d’ores et déjà annoncés.

01 - Ain: Bourg-en-Bresse. 03 - Allier: Montluçon; Moulins; Vichy. 04 - Alpes de Haute Provence: Digne-les-Bains. 05 - Hautes-Alpes: Gap. 09 - Ariège: Pamiers. 11 - Aude: Carcassonne; Narbonne. 12 - Aveyron: Rodez; Decazeville; Millau; Villefranche. 15 - Cantal: Aurillac. 17 - Charente-Maritime: La Rochelle. 18 - Cher: Bourges. 22 - Côtes d’Armor: Saint-Brieuc; Guingamp; Lannion; Dinan. 24 - Dordogne: Perigueux; Bergerac. 25 - Doubs: Besançon. 28 - Eure-et-Loir: Chartres. 30 - Gard: Nîmes.32 - Gers: Auch. 33 - Gironde: Bordeaux. 36 - Indre : Châteauroux. 37 - Indre-et-Loire : Tours. 38 - Isère: Grenoble. 54 - Meurthe et Moselle: Nancy; Longwy. 57 - Moselle: Metz. 61 -Orne: Alençon; Flers. 62 - Pas-de-Calais: Lens. 65 - Hautes-Pyrénées: Tarbes. 66 - Pyrénées Orientales: Perpignan. 79 - Deux-Sèvres: Niort; Thouars. 81 - Tarn: Albi; Castres. 83 - Var: Toulon; Draguignan. 84 - Vaucluse: Avignon. 87 - Haute-Vienne: Limoges. 90 - Territoire de Belfort: Belfort. 75 Seine: Paris.

Pour tous renseignements sur votre département, contactez votre Union départementale FO

9-avril-2013-ani.jpg

 

FO DEMANDE LE RETRAIT DU PROJET DE LOI

Transposition de l’ANI du 11 JANVIER 2013

FO DEMANDE LE RETRAIT DU PROJET DE LOI

Le projet de loi dit de «sécurisation de l’emploi» est actuellement discuté au Parlement avec des délais très serrés.
Par rapport au texte de l’Accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013, des rectifications ont été apportées au projet de loi mais le fond demeure, à savoir, pour l’essentiel:

la flexibilité réclamée depuis longtemps par le patronat:

- instauration des accords de maintien dans l’emploi avec baisse possible des salaires et abandon de l’obligation de faire des Plans de sauvegarde de l’emploi (PSE);
- raccourcissement des délais de procédures pour les PSE;
- mobilité interne forcée.

STOP À L’AUSTÉRITE ÉCONOMIQUE
ET SOCIALE REFUS DE LA FLEXIBILITÉ

NON À L’ACCOMPAGNEMENT DE LA POLITIQUE D’AUSTÉRITÉ
STOP À L’ACCENTUATION DE LA FLEXIBILITÉ
NON À LA RÉGRESSION SOCIALE


En participant aux actions et aux rassemblements le 9 avril 2013 vous marquerez votre refus de la flexibilité et exigerez de vraies garanties sociales avec un vrai travail, un vrai salaire
 
 

http://www.force-ouvriere.fr

Éditorial de Jean-Claude Mailly, Secrétaire général de Force Ouvrière, daté du mercredi 13 mars 2013

L'Éditorial de Jean-Claude Mailly

L’ANI, RENAULT, LES VESSIES ET LES LANTERNES

Le 5 mars, sur tout le territoire, des militant(e)s Force Ouvrière ont répondu aux appels à manifester contre l’accord du 11 janvier et sa transposition législative et je les remercie.

Nous avons à cette occasion rappelé les raisons de notre opposition, à savoir les multiples mesures de flexibilité décrochées par le patronat et des avancées aléatoires ou inexactes pour les salariés.

Nous ne dirons jamais assez qu’on ne crée pas de l’emploi en licenciant plus facilement et qu’il est urgent de réorienter la politique économique suivie sur le plan national et européen.

Nos camarades de Renault ont décidé de signer l’accord en cours de discussion dans l’entreprise. D’aucuns ont voulu y voir une contradiction avec notre position sur l’accord du 11 janvier. Il n’en est rien. Ce type d’accord (Renault) n’est pas nouveau. De tels accords ont déjà eu lieu, par exemple à PSA, Sevelnord, Osram ou Air France, pour ne citer que ceux-là. Ils se situent tous dans le cadre des dispositions actuelles du Code du travail, à savoir notamment que si plus de dix salariés le refusent, l’entreprise est tenue de faire un PSE. C’est cette obligation qui disparaît dans l’ANI. Par ailleurs, aucune baisse de salaire n’est prévue chez Renault, ce que permettrait l’ANI* –les accords d’intéressement seront revus à la hausse et le gel des salaires ne concernera que 2013.

En matière de durée du travail, l’accord prévoit les 35 heures hebdomadaires (certains sites étant actuellement à moins de 35 heures).

Enfin, les camarades ont obtenu qu’il n’y ait aucune mobilité forcée (ce que l’ANI permettrait) et surtout que Renault s’engage à monter le volume de production en France des 500 000 véhicules actuels par an à au moins 710.000. Ce dernier point est important car Renault est une entreprise qui a beaucoup délocalisé et accroître le volume de production en France est essentiel. Les diminutions d’effectifs se feront par non-remplacement intégral des départs en retraite et un mécanisme de création anticipée d’activité (non prévu par l’ANI!).

On est donc dans deux démarches différentes et ce n’est pas parce que le 6 mars est le lendemain du 5 que l’accord Renault se coule dans l’ANI, ce qui est d’ailleurs juridiquement impossible.

Il faut par ailleurs rappeler que l’ANI prévoit, outre les accords dits de maintien de l’emploi, d’autres dispositions plus que contestables telles que les nouvelles procédures pour les PSE, les accords majoritaires, les mobilités internes forcées, le CDI intérimaire, le CDI intermittent. Rappelons aussi que certains points présentés comme des avancées sont aléatoires (par exemple, les droits rechargeables pour les chômeurs), inefficaces (surcotisation de certains CDD et exonération de cotisations patronales).

Rappelons encore que sur certains points (complémentaire santé, nature du licenciement en cas de refus de mobilité, plancher pour les baisses des salaires), le projet de loi n’a pas précisé l’ANI mais a dû le rectifier. Ce qui ne le rend pas plus acceptable pour autant.

Notons enfin que la réduction de cinq ans à deux ans des délais de prescription en matière de salaire n’est pas acceptable, alors que les délais sont de trois ans pour les impôts ou cinq ans pour les loyers!

Personne ne nous fera donc prendre des vessies pour des lanternes. L’indépendance c’est aussi la liberté de comportement.

* Sur ce point, le projet de loi indique d’ailleurs qu’il ne sera pas possible de baisser les salaires sous 1,2 SMIC!


FO Hebdo - Mars 2012

CARTE DES MANIFESTATIONS ET RASSEMBLEMENTS FO

ORGANISATION

CARTE DES MANIFESTATIONS ET RASSEMBLEMENTS FO

Le 5 mars prochain, veille de la présentation du projet de loi en Conseil des ministres. Un appel commun à des rassemblements, manifestations et arrêts de travail, spécifiquement contre cet ANI et sa transposition, a été lancé le 8 février par les deux grandes confédérations non signataires, la CGT et Force Ouvrière.




Afficher 5 mars 2013: Manifestations et rassemblements FO sur une carte plus grande

Les services du MEDDE classés … … dans la catégorie des espèces nuisibles.

medde.jpg

Les services du MEDDE classés …

… dans la catégorie des espèces nuisibles.

Plusieurs sénateurs considèrent que les services de l’État et les établissements publics se contentent de s'occuper des « papillons et des libellules ».
S'occuper de la nature et de la biodiversité serait-il devenu honteux ?
Il s'agit - au contraire !- d'une mission de service public inscrite dans une vision de moyen et long terme indispensable !
Par ailleurs, la vision caricaturale de certains parlementaires sur l'action des DREAL, des DDT, de l'ONCFS et de l'ONEMA est non seulement fausse mais aussi insultante vis à vis des agents, confrontés à la complexité des problématiques et à la pression de lobbys « court-termistes ».
Alors qu'un projet de loi sera déposé sur la biodiversité, nous alertons solennellement la Ministre afin qu'elle défende ses services et ses agents.

Leur principal défaut, selon ces parlementaires ?


Faire appliquer … les lois (qu'ils votent) !!!

Madame la Ministre, comptez-vous défendre :
1. vos services ?
2. vos agents ?
Ou :
fermer les premiers...
...et externaliser les seconds ?

Pour notre part, à FORCE OUVRIERE
                    NOUS NE LAISSERONS PAS FAIRE !!!


Après la RGPP de l'ère Sarkozy, la Modernisation de l'Action Publique est à combattre pour préserver les services, les agents et s'opposer à un « ANI »* construit sur le dos de la Fonction publique de l’État.

(*) ANI : accord sur la compétitivité du 11 janvier 2013

CARTE DES MANIFESTATIONS ET RASSEMBLEMENTS FO

ORGANISATION du 5 mars 2013

CARTE DES MANIFESTATIONS ET RASSEMBLEMENTS FO

Le 5 mars prochain, veille de la présentation du projet de loi en Conseil des ministres. Un appel commun à des rassemblements, manifestations et arrêts de travail, spécifiquement contre cet ANI et sa transposition, a été lancé le 8 février par les deux grandes confédérations non signataires, la CGT et Force Ouvrière.
 


 

Agrandir Cliquer ici !

word.png

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster