avenir du service public républicain

Éditorial de Jean-Claude Mailly, Secrétaire général de Force Ouvrière, daté du mercredi 13 février 2013

L'Éditorial de Jean-Claude Mailly

APRÈS LE CCN, RÉUSSIR LE 5 MARS

Le Comité confédéral national de Force Ouvrière s’est réuni la semaine dernière à Paris. Rappelons qu’il regroupe les représentants de toutes les unions départementales et territoriales, ceux des fédérations professionnelles, les membres de la Commission exécutive et du Bureau confédéral. C’est en quelque sorte le parlement de Force Ouvrière.

Toutes les questions d’actualité économique et sociale y ont été abordées, tant sur le plan national qu’européen et international.

Pouvoir d’achat, avenir du service public républicain, protection sociale collective, stratégie industrielle, emploi et chômage sont quelques-uns des thèmes traités dans la résolution adoptée.

L’accord national interprofessionnel «compétitivité - sécurisation» du 11 janvier 2013 a été une des questions au centre des débats.

Unanimement, le CCN a appuyé la décision du Bureau confédéral de ne pas signer cet accord, dangereux pour les droits sociaux, individuels et collectifs des salariés et plus qu’aléatoire pour les prétendus droits nouveaux. Comme l’explique le professeur Antoine Lyon-Caen, c’est la divergence entre le syndicalisme des droits sociaux et le syndicalisme du droit social.

Informations auprès des salariés, interventions auprès du gouvernement et des parlementaires sont en cours. Mais il faut aussi montrer publiquement notre désaccord, notre opposition à cet accord et à sa transposition en loi.

Ce sera le cas le 5 mars prochain, veille de la présentation du projet de loi en Conseil des ministres. Un appel commun à des rassemblements, manifestations et arrêts de travail, spécifiquement contre cet ANI et sa transposition, a été lancé le 8 février par les deux grandes confédérations non signataires, la CGT et Force Ouvrière. Vous le trouverez dans ce journal.

En agissant ainsi, nous disons ce que nous faisons et faisons ce que nous disons. Oui à l’action commune quand les revendications et les modalités d’action sont jugées efficaces.

Déjà l’avant-projet de loi rectifie quelques points, preuve que cet accord est mauvais et dangereux. Mais il reste beaucoup de points nocifs, dont toute la partie flexibilité qui sécurise les employeurs et fragilise les salariés.

Réussir le 5 mars, dans le respect de notre conception du syndicalisme libre et indépendant, tel est maintenant l’objectif.



Houcine Abassi
Secrétaire général de l’UGTT


Paris, jeudi 7 février 2013

Chers camarades,

Au nom de la Confédération Force Ouvrière et de ses membres, je vous apporte tout notre soutien, solidarité et sentiments fraternels suite aux événements dramatiques qui se sont produits hier en Tunisie.

Force Ouvrière condamne l’assassinat perpétré contre Chokri Belaïd et dénonce le climat de violence et d’impunité qui s’est développé ces derniers mois en Tunisie, sur fond de crise sociale et politique. Force Ouvrière appelle à respecter l’espoir et le processus de démocratie et de justice sociale proclamé en masse depuis le mouvement de révolution de 2011.

En toute solidarité,

Jean-Claude Mailly
Secrétaire général de Force Ouvrière

FO Hebdo - Février 2013

ÉDITORIAL DE JEAN-CLAUDE MAILLY DATÉ DU JEUDI 24 MAI 2012

L'Éditorial de Jean-Claude Mailly

JUGER SUR LES ACTES ET LES DÉCISIONS


Le gouvernement s’est mis en place la semaine dernière. Des premiers contacts ont eu lieu au téléphone ou de visu, pendant le pont dit de l’Ascension.

Les dossiers économiques et sociaux sont nombreux: salaires, retraites, emploi et chômage, avenir du service public républicain, fiscalité, stratégie industrielle en font notamment partie.

Dans les jours à venir, les contacts se développeront, à la fois dans le cadre des consultations indispensables, mais aussi pour préparer la conférence de juillet. Nous avons, dans la composition du gouvernement, souligné – ce qui était une demande – l’existence d’un ministère de l’Industrie (dénommé ministère du Redressement productif), plein et entier et déconnecté de la tutelle de Bercy. Nous ne rappellerons jamais assez que l’État doit retrouver une réelle stratégie industrielle; a priori cette configuration devrait le permettre.

Une part importante de la politique économique et sociale dépendra également des choix qui seront faits au niveau européen. Cela vaut pour la France comme pour les autres pays. Nous ne rappellerons jamais assez qu’une renégociation des traités est indispensable.

Dans les jours et semaines à venir, Force Ouvrière présentera son cahier revendicatif et, comme il sied à une organisation libre et indépendante, nous jugerons sur les actes et décisions. De ce point de vue, le premier décret sur les retraites sera significatif.

La semaine dernière, nous avons également accueilli, avec la FNEC, à FO le syndicat Indépendance et Direction, syndicat des chefs d’établissement, deuxième aux dernières élections dans cette catégorie de personnels.

La liberté et l’indépendance de FO, notre volonté de ne pas oublier le catégoriel, ont été des éléments de choix déterminants.

Bienvenue donc à FO aux chefs d’établissements et proviseurs.

http://www.force-ouvriere.fr/

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster