CHAUFFAGE

DE QUEL BOIS SE CHAUFFE-T-ON?

DE QUEL BOIS SE CHAUFFE-T-ON?

Le bois de chauffage a le vent en poupe et les bûches se vendent comme des petits pains. Les foyers chauffés au bois se comptent par millions: 7,4 exactement, soit, depuis 1999, une augmentation de 25%. La bonne vieille cheminée ne représente plus que 17% d’utilisateurs par rapport à 1999. Aujourd’hui, place aux installations de chauffage au bois, dont les fameux inserts, des cheminées d’intérieur très design. Leur performance énergétique est incomparable, 80% contre 10% pour un foyer ouvert, mais une mauvaise installation ou un manque d’entretien (ramonage notamment) peuvent s’avérer très dangereux, certains inserts et autres foyers fermés montant jusqu’à 600% contre 150% pour un âtre classique, qui, lui, peut projeter des particules enflammées en cas d’utilisation de châtaignier ou d’acacia.

Ces chauffages au bois sont réputés économiques, mais, alors que les Français se saignent pour ne pas avoir froid, à raison de 1.087 euros par an en moyenne, premier poste énergétique des ménages, ils ne se trouvent pas chez les plus démunis: 78% de leurs utilisateurs appartiennent aux «catégories socioprofessionnelles aisées, âgées de 50 ans et plus, habitant en zone rurale ou périurbaine, propriétaires de leur logement», selon une étude de l’Ademe, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, publiée en octobre dernier. Selon cette dernière, le chauffage au bois se révèle aussi comme le plus écologique, car renouvelable, et pourtant il dégage un polluant redoutable: les particules fines. En février dernier, Air Rhône-Alpes enregistrait un air de très mauvaise qualité, respiré par 5,4 millions de personnes du bassin lyonnais. Principal responsable, à plus de 70%, de cet épisode de particules fines: non pas le diesel mais le chauffage au bois, qui à être trop promu pourrait sentir le sapin.
Associations FO
consommateurs

http://www.force-ouvriere.fr

ÉCONOMIES DE CHAUFFAGE: NE PAS BRÛLER SA VIE…

Consommation

ÉCONOMIES DE CHAUFFAGE: NE PAS BRÛLER SA VIE…


À l’heure où les factures énergétiques ne cessent de grimper et la température de chuter, il peut être tentant d’économiser sur le chauffage. En réactivant parfois un vieux poêle à bois, ou des combustibles tels que charbon, mazout (fioul), gaz naturel ou liquéfié (butane et propane). Or la mauvaise combustion de ceux-ci, et ce, quel que soit le type d’appareil utilisé, y compris les inserts et autres cheminées décoratives à l’éthanol, peut dégager du monoxyde de carbone (CO). Très toxique, sinon mortel, ce gaz inodore et incolore n’irrite pas et se diffuse très vite dans l’environnement, sa densité étant proche de celle de l’air. De telles caractéristiques en ont fait le responsable de pas moins d’une centaine de décès par an et la première cause de mortalité accidentelle par toxique en France. Entre le 1er septembre et le 31 mars 2012, il a intoxiqué 3 228 personnes, dont 541 ont dû être hospitalisées, puis, pour les seuls mois de septembre et octobre 2012, 258 autres, dont 5 sont décédées.

En cas d’intoxication, les premiers symptômes ressentis sont maux de tête, nausées et vomissements. Il faut alors de suite ouvrir portes et fenêtres, quelle que soit la température extérieure, et, bien sûr, couper le chauffage. Avec une bonne installation et un entretien régulier des appareils, l’aération est une excellente prévention: 10 minutes par jour est un minimum. Et ne pas colmater les aérations de l’appartement, histoire de ne pas finir froid pour avoir voulu être bien au chaud. Du reste, en cas de difficultés de paiement, une aide aux impayés d’énergie (électricité, chaleur, gaz...) peut être demandée au FSL (Fonds de solidarité pour le logement) auprès du conseil général. Le seul fait de demander une aide au FSL empêche le fournisseur de procéder à une coupure... du 1er novembre au 15 mars. De quoi déjà passer l’hiver.
FO Hebdo - Février 2012
Associations FO
consommateurs
 

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster