Confédération européenne des syndicats

CES: ACTION SYNDICALE EUROPÉENNE LES 13 ET 14 MARS

La lettre électronique @ctualités Europe – International n°7

CES:
ACTION SYNDICALE EUROPÉENNE LES 13 ET 14 MARS

À la veille du Sommet européen des 14 et 15 mars, la Confédération européenne des syndicats (CES) organise une action syndicale européenne les 13 et 14 mars contre l’austérité et pour l’emploi des jeunes.
L’austérité ne marche pas. Elle a un effet récessif sur l’économie et appauvrit les citoyens les plus vulnérables. Seul un changement de gouvernance économique et politique peut améliorer l’emploi et croissance. Il est urgent de changer de cap. L’Union doit avoir une dimension sociale forte. C’est pourquoi, la CES organise une action syndicale européenne les 13 & 14 mars 2013, à la veille du Sommet européen. Une des priorités de l’action sera accordée aux jeunes qui paient le prix fort de la crise et de l’austérité. 

Les jeunes sont davantage exposés au chômage. L’explosion du chômage et l’augmentation de la précarité des jeunes Européens créent une situation insupportable. L’équilibre de la société européenne est ébranlé. Seul un changement de gouvernance économique et politique peut améliorer l’emploi et la formation des jeunes. En décembre 2012, 5,7 millions de jeunes de moins de 25 ans étaient sans emploi dans l’Union européenne, dont 3,6 millions dans la zone euro. «Investir» dans la jeunesse est indispensable pour garantir aux jeunes une bonne formation et des emplois de qualité.

Le 13 mars, des actions décentralisées auront lieu en Europe. Le 14 mars, un rassemblement syndical européen aura lieu à Bruxelles dans le quartier européen de 14 heures à 17 heures. Plus d’informations seront disponibles sur le site de la CES: www.etuc.org. Une délégation Force ouvrière, conduite par le secrétaire général de la Confédération participera au rassemblement à Bruxelles le 14 mars.

actualite-europe-international-7.jpg

SOMMAIRE
- CES : Action syndicale européenne les 13 et 14 mars
- Budget européen 2014-2020 : le poids de 0,07 €
- Ouverture d’une réflexion sur la dimension sociale de l’UE
- Réforme du marché du travail en Espagne : quel bilan au bout d’un an ?
- Grèce : grève générale contre la poursuite de l’austérité
- Campagne de solidarité avec les syndicats indépendants égyptiens
- Les objectifs du millénaire : quel avenir après 2015 ?


Cliquer ici
Format PDF





 

JEAN-CLAUDE MAILLY SUR FRANCE 2

PRESSE - COMMUNICATION

jeanclaude-mailly-france2.jpg
Invité des 4 Vérités sur France 2, le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly a indiqué, mercredi 9 mai, se sentir «complètement libre» vis à vis du président élu, n'ayant donné aucun consigne de vote pour la présidentielle.

Libre et bien décidé à se faire entendre.

Moins de trois jours après l'élection de François Hollande à la présidence de la république, et bien qu'il ne soit pas encore entré en fonction, le patron de Force ouvrière (FO) a fait passer le message mercredi sur France 2. Il n'a pas l'intention de baisser la garde sous prétexte de l'étiquette socialiste du nouvel élu.

S'il espère avoir un dialogue social normal, dans le respect du rôle des interlocuteurs, allusion aux relations parfois tendues avec le président sortant, Jean-Claude Mailly entend bien cependant peser sur tous les dossiers notamment les retraites et les salaires.

Trimestres cotisé ou validé ?

Premier sujet de discussion, les pensions des retraites. François Hollande a prévu, dans son "agenda du changement", de rétablir par décret le "droit de partir en retraite à 60 ans pour les personnes ayant commencé à travailler à 18 ans et cotisé 41 annuités".

Mais un point reste à éclaircir : s'agit-il de trimestres cotisés ou validés ? Autrement dit, les périodes pendant lesquelles le salarié n'a pas cotisé mais qui rentrent dans le calcul de ses annuités, comme les congés parentaux ou le chômage, seront-elles aussi prises en compte ?

"La différence est de taille", a-t-il souligné.

"L'ambigüité a été un peu levée la semaine dernière mais pas dans le bon sens puisque je l'ai entendu dire (François Hollande) que ce serait du 'cotisé' puis qu'on verrait plus tard pour le 'validé'", a déclaré M. Mailly, laissant entendre qu'il serait particulièrement vigilant sur ce point.

Sur le SMIC et les écarts de salaire

Concernant les salaires, et au-delà du coup de pouce annoncé au SMIC annoncé par M. Hollande, M. Mailly souhaite "que le gouvernement ouvre des négociations dans les branches où il y a des premiers niveaux de salaire inférieurs au Smic".

Concernant les prochains mois, le secrétaire général de FO a dit s'attendre à des "plans sociaux importants" notamment dans les secteurs de la métallurgie et de la finance.

Il a aussi rappelé que la proposition de François Hollande de limiter l'écart des salaires de 1 à 20 allait "dans le bon sens" mais a rappelé que cette revendication était porté depuis des années par la confédération européenne des syndicats (CES).

L'austérité conduit dans le mur

Enfin sur le plan européen, M. Mailly a insisté sur la nécessité de "renégocier" le pacte de stabilité budgétaire.

"Si on ne sort pas de cette logique d'austérité, on va dans le mur", a-t-il affirmé.

http://www.force-ouvriere.fr

Austérité en Europe

Austérité en Europe

MOBILISATION SYNDICALE SOUS L’ÉGIDE DE LA CES


mobilisation-syndicale-sous-egide-de-la-ces.jpgLa Confédération européenne des syndicats a organisé une «journée d'action européenne» pour scander «trop c'est trop!», au moment où un nouveau sommet du Conseil européen vise à institutionnaliser la rigueur budgétaire sur le vieux continent.

À la veille du sommet des dirigeants de l’Union européenne (UE) à Bruxelles, qui doit entériner un renforcement de la discipline budgétaire, la Confédération européenne des syndicats (CES) avait appelé ce mercredi à une «journée d'action européenne» sous le mot d'ordre «trop c'est trop!», notamment au regard de la situation de la Grèce.

La rigueur imposée à la population grecque est «inacceptable», a déclaré Bernadette Ségol, secrétaire générale de la CES. Pour elle, «les nouvelles mesures envisagées ne sont tout simplement pas soutenables: baisse du salaire minimum, coupes dans les retraites complémentaires, licenciements rapides dans la fonction publique. C’est le droit du travail que l’on bafoue, ce sont des hommes et des femmes que l’on broie». Une «politique stupide et dangereuse» qui commence à poser des «problèmes de famine» et «d’accès aux soins» fondamentaux, a souligné pour sa part FO. Et la situation grecque n’est qu’un aperçu de ce qui pourrait attendre d’autres pays du vieux continent.

Lors de leur sommet des 1er et 2 mars, les dirigeants européens doivent en effet parapher un nouveau traité qui risque d’aggraver encore la crise économique et sociale dans laquelle s’enfoncent la Grèce mais aussi des pays, comme l’Espagne, le Portugal ou l’Italie. Des Etats où les droits des salariés à la protection sociale sont chaque jour un peu plus remis en cause par la doctrine communautaire. Adoptée dans son principe fin janvier, la nouvelle discipline budgétaire imposerait partout dans l’UE un retour strict à l'équilibre des comptes publics. Une sorte de «règle d’or», dont l'Allemagne a fait une condition sine qua non au maintien de sa solidarité financière envers les pays du sud.

FO a pris part à cette journée d'action de la CES. Une délégation conduite par Andrée Thomas, secrétaire confédérale chargée à FO du secteur Europe s’est déplacée à Bruxelles pour participer aux rassemblements prévus devant le siège du Conseil européen et la Banque centrale de Belgique. Une autre délégation FO s’est rendue aussi à Londres où des actions devaient avoir lieu, en particulier devant les Ambassades de Grèce, de France et d’Allemagne.

Par contre, la confédération syndicale a refusé de s’associer aux manifestations en France car, a expliqué ce matin son secrétaire général, Jean-Claude Mailly, elles avaient pris «une connotation politique» qui pouvait entretenir la «confusion» dans le cadre actuel de la campagne présidentielle. Pour Jean-Claude Mailly, «le rôle d'un syndicat n'est pas de donner des consignes directes ou indirectes de vote» mais «de rester indépendant et neutre (…) c'est aux citoyens de se prononcer».

 


Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster