consommateur

ÉTHYLOTEST: MIEUX VAUT VOIR DOUBLE

CONSOMMATION

ÉTHYLOTEST: MIEUX VAUT VOIR DOUBLE

L’absence d’éthylotest (communément appelé «alcootest») à bord d’un «véhicule terrestre à moteur», hormis les cyclomoteurs (moins de 50 cm3 et 45 km/h maximum), pourra valoir une amende de 11 euros à partir du 1er novembre prochain. Un conducteur averti en valant deux, il vaut mieux, avant cette date butoir, être au parfum de quelques détails. Comme, par exemple, en avoir deux. Ainsi que le suggérait le délégué interministériel à la sécurité routière: «Notre préconisation est d’avoir toujours deux éthylotests chimiques.» Effectivement, en cas d’utilisation de son test avant de prendre la route, on se trouvera fort dépourvu devant la maréchaussée, le décret officiel obligeant «tout conducteur d’un véhicule à posséder un éthylotest non usagé, disponible immédiatement». Il y a également la solution, plus onéreuse, d’acquérir un éthylotest électronique portatif, dont le prix tourne quand même autour de 100 euros, contre un à trois euros pour l’électronique jetable à usage unique. Pour ce dernier, il faut prendre garde à sa date de péremption (la durée standard est généralement de deux ans) ainsi qu’aux températures maximales d’exposition, pourtant guère extrêmes: sa fiabilité est douteuse après un séjour prolongé sous 0° et au-dessus de 30°. Et ce n’est pas son seul défaut. Non seulement il n’est pas très pratique d’utilisation, mais de plus les résultats affichés, comme sur certains autres appareils électroniques, ne sont pas des plus sûrs, comme l’ont fait apparaître plusieurs enquêtes récentes. Et cela malgré la présence de la norme NF. Il est en outre conseillé de ne pas le laisser à la portée des enfants en raison des produits toxiques qu’il contient, notamment du dichromate de potassium et du chrome 6 (hexavalent), les fabricants conseillant «en cas d’ingestion ou de projection dans les yeux de contacter le centre antipoison le plus proche».
FO Hebdo - Septembre 2012

Associations FO
consommateurs

LE «SANS OGM» SE DÉMARQUE

CONSOMMATION

LE «SANS OGM» SE DÉMARQUE

Jusqu’à présent, conformément à la réglementation européenne, la présence d’OGM (organisme génétiquement modifié) était indiquée sur l’étiquette du produit concerné s’il contenait une «trace» supérieure à 0,9%.

Depuis ce 1er juillet 2012, l’absence d’OGM sera clairement mentionnée en deçà d’un seuil de 0,1 %. Ainsi, la mention «sans OGM», qui s’applique aux ingrédients d’origine végétale, animale ou apicole, comportera l’une ou l’autre des deux indications suivantes: «issu d’animaux nourris sans OGM» ou «nourri sans OGM».

Les consommateurs pourront donc identifier sans ambiguïté la viande, le poisson, les produits laitiers, les œufs et les autres aliments provenant d’animaux nourris sans OGM. C’est une grande victoire pour les consommateurs, qui intervient après quatorze ans d’attente.
http://www.force-ouvriere.fr
 
Associations FO
consommateurs




Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster