dettes

Pour la dette hellène la guerre d'usure a lieu

PRESSE - COMMUNICATION

Voix de presse

 

Pour la dette hellène la guerre d'usure a lieu



Peu sensibles aux violentes manifestations de colère en Grèce, notamment à Athènes, dimanche 12 février, les créanciers de la Grèce ont maintenu toute la semaine leurs pressions.

 

 


Le Parisien

La ville a brûlé, mais on poursuit la partie de « poker menteur à Athènes autour de la restructuration de la dette »: (coup de bluff ou coup de semonce, les banques ont suspendu vendredi (1 7 février) leurs négociations ». Prolongations, mais le temps n'est-ce pas de l'argent…

Le Figaro

Et la violence économique continue à régner: le milliardaire américain George Soros estime que « c'était une erreur d'octroyer des crédits d'aide à la Grèce seulement contre le paiement d'intérêts élevés,, et prévient contre l'application de (camisole de force de paiements d'intérêts. violents,. Guerre d'usure, guerre d'usuriers.

Les Échos

L’ordre, lui, veille: « Huit Allemands, membres d'un collectif artistique de Hambourg, ont été arrêtés et brièvement détenus» , alors qu'ils manifestaient vendredi (17 février) devant l'ambassade d'Allemagne à Athènes contre le nouveau plan d'austérité. La police est intervenue lorsqu'un oeuf a été jeté en direction du bâtiment ». En revanche, quand on jette un pays dans la misère...

Le Monde

...0n peut s'adresser à la justice européenne. « les hedge funds - fonds spéculatifs qui détiennent une partie de la dette hellène – menacent en effet de saisir la Cour européenne des droits de l'homme, à Strasbourg, pour violation de leur droit de propriété,. Et de leurs bénéfices...

Libération

Même la BCE allait en faire puisqu'elle se dit « prête à renoncer aux plus-values qu'elle pourrait réaliser sur ses avoirs en dette grecque ». Pour les beaux yeux de la dette hellène, sans doute.

Nouvel Observateur

« Afin de réunir des liquidités qui lui permettront d'honorer une dette et surtout des intérêts colossaux, la Grèce cherche par tous les moyens à privatiser ses actifs publics ou à vendre ses fleurons industriels privés. La une du quotidien allemand Bild va même plus loin: « Vendez donc vos îles, vous les Grecs fauchés... et l'Acropole aussi », lançaient les députés Josef Schlarmann, membre du CDU de la chancelière Angela Merkel, et Frank Schäffler, expert en finances publiques chez les libéraux du FDP ». Vertu publique, intérêts privés...

Courrier international

« Rappelons-nous que les entreprises allemandes comme Siemens ou Ferrostaal ont versé des milliards de dollars de pots-de-vin à leurs interlocuteurs grecs », qui « leur ont permis de décrocher de juteux contrats financés par l'ensemble des Grecs honnêtes qui gagnent modestement leur vie mais, contrairement aux super riches, paient leurs impôts ». Vertueuse Allemagne... Et le « quotidien danois Politiken, dans son éditorial », d'estimer que « les récentes émeutes en Grèce ne sont qu'un premier avis de ce qui pourrait aussi se passer ailleurs en Europe si les économies ne sont pas remises en marche. Rapidement ». Avant qu'usure.et longueur de temps ne délitent le maillage social.

 

FO Hebdo - Février 2012

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster