élections présidentielles

«LE TEMPS DU POLITIQUE N’EST PAS LE TEMPS DU SYNDICAT»

Indépendance


Comité confédéral national

«Conformément à son principe et sa pratique de liberté et d’indépendance syndicales, FO ne donnera aucune consigne de vote, directe ou indirecte», a d’emblée indiqué Jean-Claude Mailly à l’ouverture du Comité confédéral national, soulignant: «Le temps du politique n’est pas le temps syndical.» Un positionnement qui vaut tant pour les élections présidentielles que législatives.

Pour la confédération FO, a précisé le Secrétaire général, le rôle d’un syndicat n’est pas d’appeler à voter contre tel candidat, mais d’appeler, par exemple, à voter contre le traité européen instaurant le Mécanisme européen de stabilité (MES), ce que la confédération FO est la seule à avoir fait dans un courrier aux parlementaires le 14 février dernier.

UN 1er MAI REVENDICATIF ET INTERNATIONALISTE

Jean-Claude Mailly a également rappelé qu’accepter de rencontrer des candidats ne signifie pas, comme l’ont écrit certains journalistes, faire partie du «réseau» d’untel ou d’untel. Mais qu’il s’agit au contraire d’exposer ses revendications. Dans ce contexte de fébrilité généralisée où les véritables problèmes et revendications sont relégués au second plan et où certaines organisations syndicales se laissent aller à des «attitudes partisanes», les responsables FO ont d’autant plus rejeté l’idée d’un 1er Mai fourre-tout qu’il se situera entre les deux tours de l’élection présidentielle. Ils ont préféré un 1er Mai Force Ouvrière «en défense de l’indépendance syndicale, des revendications et de l’internationalisme ouvrier». Jean-Claude Mailly se rendra d’ailleurs en Tunisie à l’invitation de l’UGTT (Union générale des travailleurs tunisiens).

FO Hebdo - Mars 2012
 

Lettre argumentaire publique

compagne-electorale-revendication.jpgcontre-poids.jpg

Conformément à son principe et sa pratique de liberté et d’indépendance syndicales, Force Ouvrière ne donnera aucune consigne de vote à l’occasion des élections présidentielles et des élections législatives qui suivront. Pour nous, les partis
politiques et les syndicats ont des rôles différents en démocratie, les premiers ayant vocation à rassembler toutes les catégories de la population et à exercer le pouvoir ou
le contre-pouvoir, les seconds ayant pour rôle de représenter et défendre les intérêtsde l’ensemble des salariés actifs, chômeurs et retraités, et d’exercer un rôle de contrepoids.

Une élection politique est un choix citoyen. Notre rôle c’est de représenter et défendre les droits de ce que beaucoup n’osent plus appeler la classe ouvrière. Cela ne signifie pas pour autant qu’une période électorale politique est une période d’abstinence revendicative. Il nous appartient donc d’affirmer ou de réaffirmer nos revendications et analyses.

C’est l’objet de cette lettre-argumentaire présentée en quatre chapitres: la crise, la République sociale, la réforme fiscale et la politique industrielle.


Toutes les revendications et positions de Force Ouvrière n’y figurent pas, elles sont écrites noir sur blanc dans les dernières résolutions de notre congrès confédéral de 2011.

>>> Suite dans le document ci-dessous


S u p p l é m e n t  à  F o r c e o u v r i è r e  h e b d o m a d a i r e  N ° 3 0 1 9 - 2 2 f é v r i e r 2 0 1 2 -

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster