FEC-FO

La FEC FO saisit l’OIT

Jeudi 24 juillet 2014

La FEC FO saisit l’OIT


La Fédération des Employés et Cadres FO a saisi aujourd’hui le Bureau International du Travail d’une réclamation contre l’Etat français au titre de ses manquements à la Convention 106 de l’Organisation Internationale du Travail relative au repos hebdomadaire dans les commerces et bureaux.

Cette réclamation s’inscrit dans la continuité des démarches de la CGT-FO en vue d’obtenir de la France le respect de ses engagements ; les observations adressées à celle-ci par la Commission d’Experts auprès de l’OIT étant demeurées vaines.


A l’appui de sa réclamation, la FEC FO a fait état de violations directes de la Convention par la mise en œuvre de régimes spéciaux pour les secteurs de l’ameublement (amendement Debré), du bricolage (décret SAPIN) et également à la suite de l’adoption de la Loi du 10 août 2009 (loi Mallié) qui permet aujourd’hui à toutes sortes de commerces de faire travailler ses salariés le dimanche en dehors de toute nécessité au détriment du droit des salariés à disposer d’une journée de repos commun au reste de la société.

"Quelle vie privée, quelle vie de famille lorsque, à terme, l’un des parents travaillera le samedi, l’autre le dimanche et auront des jours de repos hebdomadaires différents, alors que, justement, notre société souffre déjà d’une déstructuration des liens familiaux ?" question posée, en 2008, à Richard Mallié par Jean Claude Mailly.
La FEC FO dénonce également l’octroi régulier de dérogations abusives par l’administration d’Etat ainsi que le caractère insatisfaisant de la réglementation interne en cas de violation des règles aboutissant à rendre totalement illusoire le principe du repos dominical, et ce notamment du fait de la jurisprudence récente du Conseil Constitutionnel ayant mis un terme au caractère suspensif des recours contre ces dérogations.

Comme la Commission d’Experts Internationaux de l’OIT, la FEC FO constate également l’extension progressive et constante du champ des régimes spéciaux qui affecte de plus en plus de salariés au nom du principe d’égalité qui n’est pas appliqué comme un principe tendant vers une amélioration de la norme sociale, mais plutôt au détriment des droits des salariés.

Dans un contexte économique difficile, la puissance économique permet aujourd’hui de sacrifier les droits des salariés obtenus après une lutte syndicale importante depuis de très nombreuses années et dont la FEC FO a fait l’un de ses combats depuis son origine. Combats partagés avec sa Confédération, depuis toujours, et en particulier avec Léon JOUHAUX – Secrétaire Général de 1909 à 1947, cofondateur du BIT, qui portait la revendication de la semaine anglaise (2 jours de repos consécutif dont le dimanche).

Paris, le 24 juillet 2014

Fec fo 2

Journal mensuel n°58 - Septembre 2013 - Secteur juridique fédéral (FEC-FO)

Journal mensuel n°58 - Septembre 2013 - Secteur juridique fédéral (FEC-FO)

LE DÉTOURNEMENT DE TEMPS DE TRAVAIL PEUT CONSTITUER UN ABUS DE CONFIANCE

Un salarié qui consacre son temps de travail à une activité personnelle peut être poursuivi pénalement pour abus de confiance et condamné à rembourser son employeur. Le détournement de temps de travail peut constituer un abus de confiance.

L’employeur qui, dans un premier temps, s’était laissé abuser a su faire valoir ses droits devant le tribunal correctionnel, en invoquant l’abus de confiance.

Ce délit consiste, pour un individu, à détourner, au préjudice d'autrui, un bien quelconque qui lui a été remis et qu'il a accepté, à charge d'en faire un usage déterminé (c. pén. art. 314-1).

Les termes du texte réprimant le délit d’abus de confiance visent le détournement «d’un bien quelconque», ce qui n’inclut pas nécessairement une substance aussi intangible que le temps.

La Cour de cassation a admis que l’utilisation par un salarié de son temps de travail à des fins autres que celles pour lesquelles il perçoit une rémunération de son employeur constitue un abus de confiance.

A NOTER: seuls les comportements délinquants sont visés, le salarié qui s’échappe ponctuellement de son travail en naviguant sur internet n’est pas concerné.

La possibilité offerte à l’employeur de réclamer un remboursement au salarié, met en évidence l’intérêt que peut représenter un procès pénal par rapport à un procès prud’homal.

Devant les juridictions prud’homales la responsabilité pécuniaire du salarié ne peut être engagée qu’en cas de faute lourde impliquant une intention de nuire à l’employeur. Or, celle-ci n’est que rarement caractérisée.

Cass. crim. 19 juin 2013, n° 12-83031

Legifrance - Retour à l'accueil


fec-fo-1.jpgCliquer sur la bannière ci-dessous (Format PDF)

http://www.force-ouvriere.fr

Journal mensuel 57, juillet et Août 2013 - Secteur juridique fédéral (FEC-FO)

Journal mensuel 57, juillet et Août 2013 - Secteur juridique fédéral (FEC-FO)

CONGÉ PARENTAL: RÉINTÉGRER LE SALARIÉ EN PRIORITÉ SUR SON POSTE

A l’issue du congé parental d’éducation, la réintégration doit se faire en priorité dans le précédent emploi dès lors qu’il est toujours disponible.

Ne pas contourner la règle en utilisant la clause de mobilité.

Dans cette affaire, l’employeur avait informé la salariée, un mois avant la fin de son congé parental, qu’elle ne reprendrait pas son poste à l’agence de Bourges (Cher) mais qu’elle devrait choisir entre celles de Montargis (Loiret) et de Vincennes (Val-de-Marne).

Selon lui il était tout à fait en droit de faire jouer la clause de mobilité inscrite dans le contrat de travail de l'intéressée, et le fait que le poste initial soit disponible ne faisait pas échec à ce droit.

Face au refus de l'employeur à son retour sur le poste qu'elle occupait avant son départ en congé, la salariée était en droit de rompre son contrat de travail aux torts de son employeur.

La prise d'acte de la rupture de contrat étant légitime, elle produisait donc les effets d’un licenciement sans cause réelle et sérieuse.

Cass. soc. 19 juin 2013, n° 12-12758fec-fo.jpg
 


http://www.force-ouvriere.fr

FO

Journal mensuel 57, juillet et Août 2013 - Secteur juridique fédéral (FEC-FO)

REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL ET TEMPS DE TRAJET

Le temps de trajet, pris en dehors de l'horaire normal de travail et effectué en exécution des fonctions représentatives, doit être rémunéré comme temps de travail effectif.

Cette solution concerne les élus d'entreprises à établissements multiples tenus de parcourir de longues distances pour se rendre aux réunions de leur instance: ces temps de trajets peuvent donner lieu au paiement d'heures supplémentaires.

Pour mémoire:

- le temps de trajet de l'élu a lieu pendant les horaires de travail: ce temps de transport est assimilé à du travail effectif et rémunéré normalement.

- le temps de trajet déborde des horaires normaux: la durée du trajet peut donner lieu au paiement d'heures supplémentaires, mais uniquement pour la partie qui excède la durée habituelle domicile-travail de l'élu.

Cass. soc. 12 juin 2013, n° 12-12806

fec-fo.jpg


http://www.force-ouvriere.fr


Journal mensuel 57, juillet et Août 2013 - Secteur juridique fédéral (FEC-FO)

DÉTERMINATION DE L'EXISTENCE D'UNE DISCRIMINATION SYNDICALE

Le fait que dans une entreprise certains représentants syndicaux aient bénéficié de mesures favorables n’est pas de nature à exclure la discrimination à l’égard d’autres représentants syndicaux.

Un salarié a été débouté de sa demande en dommages et intérêts pour discrimination syndicale, les juges du fond ayant considéré que si le salarié avait été effectivement moins bien traité que d’autres salariés, l’origine de la discrimination n’était pas son appartenance syndicale, d’autres salariés assumant des fonctions syndicales ayant bénéficié de l’avantage en cause.

Décision censurée par la Cour de cassation qui rappelle:

- d’une part, que l’existence d’une discrimination n’implique pas nécessairement une comparaison avec la situation d’autres salariés;

- d’autre part, que le seul fait que des salariés exerçant des mandats syndicaux aient bénéficié de mesures favorables n’est pas en soi de nature à exclure l’existence d’une discrimination.

Cass. soc. 12 juin 2013, n° 12-14.153
 fec-fo.jpg


http://www.force-ouvriere.fr


FO

Journal mensuel 57, juillet et Août 2013 - Secteur juridique fédéral (FEC-FO)

ATTENTION AUX MAILS PERSONNELS ENREGISTRÉS SUR LE DISQUE DUR PROFESSIONNEL

Tout dossier ou fichier enregistré sur l'ordinateur professionnel, sauf s'il est identifié comme étant personnel, a un caractère professionnel. L'employeur peut y accéder librement, y compris si les documents enregistrés proviennent initialement de la messagerie personnelle du salarié.

La Cour de cassation apporte des précisions sur la nature des courriels échangés entre salariés via leur messagerie électronique personnelle et stockés sur leur ordinateur professionnel.

Elle précise que les courriels et fichiers intégrés dans le disque dur de l’ordinateur mis à disposition du salarié par l’employeur ne sont pas identifiés comme personnels du seul fait qu’ils émanent initialement de la messagerie électronique personnelle du salarié.

Pour qu’un courriel stocké sur le disque dur d’un ordinateur professionnel présente un caractère personnel il ne suffit pas qu’il soit émis ou reçu via une messagerie personnelle. Il faut que le salarié l’archive également dans un répertoire identifié comme étant personnel.


Cass. soc. 19 juin 2013, n° 12-12138

http://www.force-ouvriere.fr

fec-fo.jpg


Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster