Force Com

Force Com n°72 - Mars 2004

Force Com n°72 - Mars 2004

Lutter contre le surprésentéisme

FocomLe surprésentéisme en entreprise, dans l’acception la plus stricte du terme, est le fait d’être trop présent en entreprise. Cela consiste à travailler même quand son état de santé est dégradé et exigerait un arrêt maladie.


ll désigne également le fait d’effectuer des heures supplémentaires sans être payé. En France il concernerait plus de 50 % des salariés. L’entreprise a tendance à percevoir les horaires de travail à rallonge comme un gage d’efficacité et à le valoriser.

 

Un salarié qui part toujours a l’heure du travail sera moins bien évalué

Le présentéisme est de plus en plus dénoncé par les cadres d’entreprises : ces derniers culpabilisent de quitter le bureau a l’heure, en raison de la pression exercée par la hiérarchie. Officiellement, rien ne les empêche de partir ; dans les faits ils n’osent pas le faire de peur de se faire mal voir. Ils sont nombreux sont a s’en plaindre.

Certains cadres se sentent obligés d’arriver à 7 heures le matin et de repartir à 20 heures le soir pour montrer qu’ils sont tout le temps disponibles. Tous font les frais de cette mentalité. Dans d’autres pays comme en Europe du Nord par exemple, rester aussi longtemps au travail est synonyme d’inefficacité : cela trahit une incapacité à s’organiser.

Même si c’est officieux, on sait que le surprésentéisme est pris en compte dans les évaluations annuelles.

Quelqu’un qui part toujours a l’heure aura un rapport d’évaluation moins bon que la personne aux horaires a rallonge, ce qui influencera toute sa carrière.

Le problème touche encore plus les femmes que les hommes, parce que ce sont elles qui gèrent la vie de famille. Leurs collègues masculins ont plus de facilité a se réunir le soir, en dehors des horaires de bureau et au cours de ces réunions informelles, les idées fusent, des décisions sont parfois prises, et elles excluent la salariée absente.

Le surprésentéisme met la santé en danger

Nombreux sont les salariés qui refusent de s’arrêter et qui mettent ainsi leur santé en danger. Ignorer les premiers signaux de la maladie revient a s’exposer a des symptômes plus importants. Venir travailler plus de cinq fois dans l’année tout en étant malade augmente le risque de connaître un arrêt maladie supérieur à 30 jours dans les années qui suivent.

De nombreuses études médicales ont pointé les effets nocifs du surprésentéisme, surtout quand il est fréquemment pratiqué. Il peut notamment conduire a des accidents de santé tels qu’un infarctus. Les personnes atteintes de problèmes cardiaques ont par exemple deux fois plus de « chances » de subir une attaque dans les trois années a venir si elles n’ont pas bénéficié d’un arrêt maladie.

Plus généralement, on observe chez les surprésentéistes une dégradation progressive de leur niveau de santé. L’absence de convalescence crée de l’épuisement, ce qui les conduit a puiser encore plus dans leurs ressources pour faire face a la charge de travail. Un cercle vicieux se met ainsi en place et le surprésentéisme crée, a moyen terme, un surcroît d’absentéisme.

Dans les cas les plus graves, le surprésentéisme se fait l’antichambre du burn-out, c’est—a-dire d’un épuisement a la fois psychique, émotionnel et mental. Le « bourreau de travail » ne peut pas ou ne veut pas écouter les symptômes qui surviennent... jusqu’au jour où il craque.

Certaines personnes ayant travaillé des années sans relâche n’en payent parfois le prix qu’en fin de carrière. Les accidents cardiovasculaires qu’ils connaissent ne sont certainement pas étrangers au train de vie mené précédemment.

Le surprésentéisme coûte très cher a l’individu qui se met en danger, a l’entreprise et au final, a la société en général. La sécurité sociale a versé l’an dernier 8,77 milliards d’euros en indemnités journalières.

Revenir à l'accueil

FO Com - Site Internet

ORANGE: INTERVIEW DE CHANTAL PRIOUL

Force Com n°71

ORANGE: INTERVIEW DE CHANTAL PRIOUL

Conseillère Accompagnement & Développement professionnel OA, Formatrice en développement personnel. Forme les militants à l’écoute active, l’analyse transactionnelle, la gestion des conflits, la gestion du stress, l’estime de soi.

QUELLES SONT LES RAISONS DE TON ENGAGEMENT?

Les organisations syndicales en général et FO en particulier font office de médiateur et sans elles, le mal-être et la souffrance au travail seraient insupportables pour les salariés et ingérables pour l’entreprise.

Dans ma région la DO Normandie Centre, le syndicat FO Com est très impliqué dans la gestion des risques psychosociaux. Il m’a chargée de former tous les adhérent(e)s volontaires, à la communication efficace, à la gestion de la souffrance au travail et au harcèlement. Il est essentiel pour les salariés d’avoir un regard externe sur des problématiques propres à leur entreprise. J’ai constaté une forte progression du mal-être au travail. À l’origine, ce sont les nouvelles méthodes de management qui sont en cause: plus dures et centrées sur le résultat. L’avis des salariés est sollicité mais peu écouté. Nombreux sont ceux qui, dès lors, se sentent loin de leurs valeurs et ressentent un vrai mal être au travail.

LA SITUATION CHEZ ORANGE EST-ELLE PARTICULIÈRE?

Orange s’est transformée en quelques années d’un établissement public et «protecteur», en une entreprise du CAC 40, sans accompagnement des salariés. Le constat est là. L’entreprise a été trop loin dans la négation de la personne humaine et en a payé le prix fort avec une vague de suicides médiatisée. Elle a bien mis en place un contrat social, qui permettait de repenser la vie des hommes et des femmes dans l’entreprise en intégrant la concurrence, «l’équilibre vie privée/vie professionnelle» et la «qualité de vie au travail», mais le manque de formations adaptées des managers a fait réémerger un an après les mêmes problématiques. Après les assises de la refondation, les salariés avaient retrouvé un certain apaisement. Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui n’hésitent pas, cadres et non-cadres, à faire part à nouveau de leur souffrance.

COMMENT LES ACCOMPAGNES-TU?

Je fais réfléchir les salariés sur leur situation au travail, et les angles possibles d’amélioration. Les solutions viennent surtout d’eux: rencontrer le manager, le collègue, ou le médecin du travail, parfois le DRH ou le directeur de l’unité. Mon rôle est de les accompagner dans leur démarche pour que cela soit bien vécu. En tant que représentante des IRP, je propose en plus une formation afin que le salarié soit autonome et se positionne de façon efficace et respectueuse.

C’est l’approche de FO. Le salarié reprend confiance en lui dès lors qu’il a pu extérioriser sa souffrance et la faire valider. L’écoute, l’empathie, sont incontournables dans ces situations. FO est très engagée dans la diminution des RPS avec l’organisation de formations, la mise en place d’approches qui permettent de diminuer, voire d’annuler des souffrances qui ne devraient pas être. Au niveau confédéral, Bertrand NEYRAND travaille à temps plein, il est spécialisé sur les risques psychosociaux et participe à la formation de tous les représentants des CHSCT pour FO Com.
Format PDF

http://www.force-ouvriere.fr

CRÉATION DU BLOG CHSCT

Force Com n°68

CRÉATION DU BLOG CHSCT

Pour répondre à une demande et une nécessité, le secteur poste de la Fédération s’était engagé à créer un blog spécifique CHSCT.
Il est désormais opérationnel. Ouvert à tous nos représentants du personnel, il a pour objectif de partager des informations et répondre à toutes problématiques relatives aux conditions de travail, à la sécurité, au fonctionnement des CHSCT, etc.

Espace de liberté et outil de communication de tout premier ordre. L’accès et l’utilisation est simple et à la portée de tous. C’est un lieu ouvert à tous nos représentants du personnel. Il sera régulièrement actualisé. Afin d’éviter toutes dérives de l’utilisation de cet outil ou des articles proposés, les échanges seront gérés (filtrés) par un modérateur.

Selon la pertinence des documents proposés ceux-ci seront mis en ligne. Nous attendons avec impatience vos contributions… Tous les camarades qui ont participé aux formations CHSCT, dans la mesure où nous possédons leurs adresses électroniques, sont individuellement informés de la création de ce blog. À vos claviers! Adresse URL du blog: http://chsctfo.wordpress.com/


Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster