INSEE

Les trente ans de privatisations qui ont rétréci l’État

Mardi 7 avril 2015

Les trente ans de privatisations qui ont rétréci l’État

Insee 1D’après l’Insee, l’État contrôle deux fois moins d’entreprises aujourd’hui qu’en 1984. Il détient, directement ou non, plus de la moitié du capital de 1 444 entreprises contre 3 500 alors.

Et ces entreprises comptent trois fois moins de salariés (801 000 au lieu de 2,5 millions). L’État s’est désengagé des secteurs de l’industrie manufacturière, du transport et de la finance.

http://www.force-ouvriere.fr

181 MILLIARDS D’EUROS

chiffres-utiles-janvier-2013.jpg

181 MILLIARDS D’EUROS

Les revenus des cent personnes les plus riches du monde s’étant accrus en 2012 de quelque 181 milliards d’euros (241 milliards de dollars), si ce montant était consacré à lutter contre l’extrême pauvreté (1,25 dollar par jour selon la Banque mondiale), celle-ci pourrait être considérablement réduite, d’après les chiffres donnés par l’ONG Oxfam (Oxford Committee for Famine Relief), se fondant sur les calculs de l’économiste Jeff Sachs de l’université de Columbia, qui estime le coût de son éradication à 175 milliards de dollars par an pendant deux ans. Ces données ont été publiées à la veille de l’ouverture du Forum économique mondial, réunissant, comme chaque année, à Davos (Suisse), les élites politico-économiques de la planète. Thème de cette 43e édition (23-27 janvier 2013): la «résilience dynamique».

chiffres-utiles.jpg
 chiffres-utiles-janvier-2013-allochations-chomage.jpg

L’INFLATION EN HAUSSE DE 1,9% SUR LES DOUZE DERNIERS MOIS

PRESSE - COMMUNICATION

Pouvoir d'achat

L’INFLATION EN HAUSSE DE 1,9% SUR LES DOUZE DERNIERS MOIS

coutdelaviepluschre.gifLa baisse mensuelle cache des hausses annuelles et risque d’être de courte durée.

Selon les calculs de l’INSEE, en septembre l’indice des prix à la consommation a baissé de 0,3% par rapport au mois d’août, où il avait augmenté de 0,7%. Ce mouvement trouve essentiellement son origine dans le contexte de fin de période estivale. Avec la fin des vacances, les prix de certains services baissent, principalement dans le secteur du tourisme, à l’instar des hébergements de vacances (-42%), des voyages organisés (-28%) et du transport aérien (-15,5%). Des chiffres importants mais qui méritent d’être relativisés car, sur un an, ces produits augmentent globalement d’à peu près 3% malgré la crise. La même illusion d’optique s’applique au prix des carburants: grâce aux mesures gouvernementales, leur prix recule de 1% sur le mois, mais demeure en hausse de 5,8% sur l’année.

BAISSES EN TROMPE L’ŒIL

Reste que ces baisses conjoncturelles ont suffi à atténuer l’impact des autres hausses, notamment dans les domaines alimentaire –2,4% d’augmentation des produits frais– et vestimentaire, dues à la fin des soldes d’été.

La vraie question est de savoir si l’inflation restera à ce niveau d’ici à la fin de l’année, comme le pense l’INSEE, ou si elle repartira à la hausse.

Plusieurs économistes observent que la fin des dispositifs sur l’essence et les récentes augmentations, à l’instar du paquet de cigarettes, pèseront lourd dans la balance.

Et, par voie de conséquence, sur le pouvoir d’achat.

FO Hebdo - octobre 2012

LES CHIFFRES UTILES

LES CHIFFRES UTILES

Les chiffres font partie de la vie quotidienne et nous sommes aujourd’hui noyés sous une quantité impressionnante de données et de statistiques. Difficile de se retrouver dans ce dédale. C’est pourquoi Force Ouvrière vous informe régulièrement de l’évolution de certains de ces repères précis.

 
INDICES DES PRIX À LA CONSOMMATION (INSEE)

 

AVRIL 2012
+0,1%

DU 30/04/2011 AU 30/04/2012
+2,1%

DU 01/01/2012 AU 30/04/2012
+1%

 

INDICE DE RÉFÉRENCE DES LOYERS

1er trimestre 2012, l’indice de référence des loyers atteint 122,37 – évolution sur un an: +2,24%

 

L’article 9 de la loi n° 2008-111 du 8 février 2008 a modifié l’indice de référence des loyers. Le nouvel indice correspond à la moyenne, sur les douze derniers mois, de l’indice des prix à la consommation hors tabac et hors loyers.

 

LES ALLOCATIONS CHÔMAGE

Montant des allocations
Dans le cas général, le mode de calcul de votre allocation s’établit comme suit.
Une comparaison est effectuée entre:
- 40,4% de l’ancien salaire plus une partie fixe de 11,34 euros par jour;
- 57,4% de cet ancien salaire;
- l’allocation minimale de 27,66 euros. C’est le montant le plus favorable pour l’allocataire qui sera retenu.
Une réserve cependant, le montant de l’allocation ne peut jamais dépasser 75% du salaire journalier de référence.
Les règles d’indemnisation
Le principe, c’est qu’un jour cotisé égale un jour indemnisé. Trois paramètres sont pris en compte.
1 - La période de référence. C’est la période pendant laquelle on regarde si le demandeur d’emploi a travaillé, donc cotisé. Pour les moins de 50 ans, ce sont les 28 derniers mois à compter de la rupture du contrat de travail. Pour les plus de 50 ans, ce ne sont pas 28 mois, mais 36.
2 - La durée minimale de cotisation. Pour être indemnisé, il faut avoir travaillé au minimum 4 mois, soit 122 jours dans la période de référence.
3 - Les durées maximales d’indemnisation. Pour les moins de 50 ans, la durée maximale est de 24 mois. Pour les 50 ans et plus, cette durée est de 36 mois. Exemple: un salarié qui a travaillé 4 mois dans les 28 derniers mois (il a moins de 50 ans) aura droit à 4 mois d’indemnisation. S’il avait travaillé 7 mois, il aurait eu droit à 7 mois d’indemnisation.
Autre exemple: un salarié de plus de 50 ans qui a travaillé 27 mois aura droit à 27 mois d’indemnisation; s’il avait travaillé 46 mois, il aurait eu droit à 36 mois, soit le plafond. Ces règles s’appliquent à compter du 1er avril 2009 pour les procédures de licenciements individuels ou collectifs engagées à compter de cette date. Si la procédure a été engagée avant, ce sont les anciennes règles qui s’appliquent.

LE SMIC
Depuis le 1er janvier 2012:
9,22 euros l’heure,
soit 1 398,37 euros brut par mois
pour 151,67 heures.
FONCTIONNAIRES
Minimum de traitement dans la fonction publique depuis le 1er janvier 2012:
1 398,35 euros brut par mois.
CHÔMAGE
L’allocation doit s’élever à 26,93 euros par jour au minimum, mais ne peut dépasser 75% du salaire journalier de référence (salaire des douze mois qui ont précédé la rupture du contrat de travail).

Vous trouverez tous les détails dans le tableau «Allocations chômage» ci-dessus.
SÉCURITÉ SOCIALE
Plafond mensuel de la Sécurité sociale
du 1er janvier au 31 décembre 2012
3 031 euros.
MÉDECINE CONVENTIONNÉE
(tarifs secteur 1)
Au cabinet du médecin omnipraticien:
23,00 euros
Au cabinet du médecin spécialiste:
25,00 euros
ASSURANCE-VIEILLESSE
Allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA)
(Anciennement «Minimum vieillesse»)
Au 1er avril 2012:
9 325,98 euros par an pour une personne seule
(777,16 euros par mois)
14 479,10 euros par an pour un couple Minimum contributif majoré:
8 142,01 euros par an pour une personne (soit 678,50 euros par mois). Retraite complémentaire Agirc et Arrco
Valeurs des points et salaires de référence au 1er avril 2012
Agirc à 0,4330 euros
Arrco à 1,2414 euros

ALLOCATIONS FAMILIALES
2 enfants: 127,05 €
3 enfants: 289,82 €
Par enfant en plus: 162,78 €

Majoration pour âge des allocations:
35,74 € de 11 à 16 ans
et 63,53 € après 16 ans.

Pour vos enfants nés après le 30 avril 1997, vous ne recevrez pas ces deux majorations; vous recevrez une majoration de 62,90 € à partir du mois suivant leur 14e anniversaire.
COTISATIONS SOCIALES, EN POURCENTAGE DU SALAIRE BRUT
CSG: 7,5% depuis le 1er janvier 1998 (au lieu de 3,4%) et sur 98,25% du salaire depuis le 1er janvier 2012. CRDS(1): 0,5% depuis le 1er février 1996 et sur 98,25% du salaire depuis le
1er janvier 2012.
SÉCURITÉ SOCIALE
Assurance-maladie:
Assurance-vieillesse:
Assurance-vieillesse déplafonnée:
0,75%
6,65%
0,10%
ASSURANCE-CHÔMAGE
- Cotisation ASSEDIC
Tranches A et B

APEC (2)

2,40%

0,024%
RETRAITES COMPLÉMENTAIRES
- ARRCO
(Taux minima obligatoires)
Non-cadres tranches A et B
et cadres tranche A:

- AGIRC
Cadres tranches B et C:

- Cotisation AGFF
Tranche a (3)
Tranche b (4)



3%


7,70%


0,80%
0,90%
1) Contribution au remboursement de la dette sociale.
2) Association pour l’emploi des cadres.
3) Tranche A: dans la limite du plafond de la Sécu.
4) Tranche B: entre 1 et 4 fois le plafond de la Sécu.

 

http://www.force-ouvriere.fr

LES PAUVRES MANGENT TROP RICHE

Consommation

mange-trop-riche.jpg

LES PAUVRES MANGENT TROP RICHE


Manger trop riche peut entamer votre capital santé... On a récemment croulé sous l’obésité dans les médias avec notamment les débats autour de la «taxe soda», partiellement destinée à l’amaigrissement de la dette publique. Le poids des mots, sans doute, mais il n’en reste pas moins que selon l’INSEE la corpulence des Français, des femmes comme des hommes, a considérablement pris de l’ampleur depuis 1981, et plus particulièrement depuis les années 1990. Un fardeau de plus en plus inégalement réparti selon le niveau de vie, ne serait-ce que parce que les produits les plus sains sont tout simplement plus chers. «Accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé», l’obésité (par exemple 90 kg et plus pour 1,70 m), reconnue en 1997 comme maladie par l’OMS (Organisation mondiale de la santé), touchait, en 2003, 10% des hommes et 13% des femmes appartenant au quart des ménages ayant le niveau de vie le plus faible, contre 9 et 6% dans le quart des plus aisés. Et l’INSEE de constater que, «de nos jours (2008), les plus pauvres et les moins diplômés sont les plus corpulents». La France, qui pourrait rattraper le taux des États-Unis d’ici à 2020, n’est pas la seule touchée, le phénomène explosant dans les pays pauvres.

Parmi les responsables de cette épidémie, l’industrie agroalimentaire porte une lourde part en tirant prix et qualité vers le bas. Pour l’universitaire américain Adam Drewnowski, les «contraintes économiques orientent les choix alimentaires vers des produits moins chers et plus denses en énergie», comme les céréales raffinées, graisses et sucreries, et les régimes énergétiquement denses et peu coûteux peuvent conduire à une surconsommation et un gain de poids. Comme quoi un portefeuille aminci peut ne pas être bon pour la ligne. Bref, «paradoxalement, dépenser moins peut signifier manger plus».

 

Associations FO
consommateurs

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster