Journal du Dimanche

SOUS LE BUDGET, LA DISCIPLINE

PRESSE - COMMUNICATION

Voix de presse

SOUS LE BUDGET, LA DISCIPLINE


L’objectif de réduction du déficit public à 3% du PIB, pour satisfaire au pacte européen de stabilité, a été fixé à fin 2013, a annoncé le chef de l’État lors d’une interview télévisée, dimanche 9 septembre. Il confirme ce qu’il avait annoncé 48 heures auparavant devant la Cour des comptes et présente un «agenda de redressement». Rigoureux, estime la presse:

20 minutes
«Le chef de l’État s’est donné deux ans pour redresser la France et a détaillé plusieurs mesures fiscales lors du JT de 20h de TF1, dimanche soir.» Au programme, «le plus important effort depuis trente ans. Le président de la République avait annoncé la couleur dès vendredi. Après son intervention de vingt-cinq minutes, dimanche soir sur TF1, les Français savent désormais à quoi s’attendre pour 2013».

Le Figaro
Rien de moins qu’un effort de 30 milliards d’euros «dont 10 milliards de réduction des dépenses publiques», car «François Hollande maintient, malgré la crise, le cap de la rigueur budgétaire». Mais qui est à la barre?

Les Échos
«Les magistrats de la Cour des comptes n’ont pas boudé leur plaisir» en voyant leurs «prérogatives élargies. Avec la création du Haut Conseil des finances publiques, d’abord, qui sera adossé à la Cour (Les Échos du 7 septembre). Avec des missions de certification des comptes élargies aux hôpitaux et aux collectivités ensuite». Si ce n’est pas une mise sous tutelle comptable du pays, cela y ressemble...

La Voix du Nord
Devant la Cour des comptes, «son corps d’origine», le chef de l’État a souligné que ce Haut Conseil serait créé «pour “assurer le suivi” de la politique budgétaire du gouvernement», et que «cette autorité incontestable est prévue par le traité européen de discipline budgétaire». Incontestable?

Journal du Dimanche
D’ailleurs, «cette nouvelle institution ne fait pas l’unanimité». On pointe que, déjà, «l’Assemblée nationale et le Sénat ont, entre autres, pour mission d’étudier, d’amender et de voter le projet de loi de finances présenté chaque année par l’exécutif». Et certains de souligner que «cette nouvelle instance symbolise la dépossession du Parlement de sa souveraineté budgétaire voulue par l’Europe».

Libération
Ainsi, «cette institution parfaitement indépendante aura la possibilité de rendre de facto inconstitutionnels les budgets préparés par le gouvernement s’ils lui paraissent non conformes à la situation économique et s’écartent des objectifs de réduction du déficit public votés par le Parlement». Et on peut légitimement se poser la question: «La Cour plus puissante que le Parlement?» Et qui est souverain?

FO Hebdo - Septembre 2012

G8: TROUBLES DE LA CROISSANCE

PRESSE - COMMUNICATION

Voix de presse

G8: TROUBLES DE LA CROISSANCE


Le G8, regroupant les huit pays les plus industrialisés, s’est, lors de son sommet à Camp David, aux États-Unis, le 19 mai, accordé sur la nécessité d’un retour à la croissance, mais les moyens divergent pour y parvenir, comme l’ont souligné les médias.

La Voix du Nord
«Avant d’entamer une discussion sur la crise dans la zone euro avec ses partenaires du G8 à Camp David, le président des États-Unis a affirmé que la recherche de la croissance et la lutte contre les déficits devaient aller de pair.» Diplomatique...

Libération
En effet, «dans le texte final, tout le monde s’y retrouve», souligne la délégation française. Les libéraux ont pu caser «comptes publics en bon ordre», «réformes structurelles» et «marchés ouverts»... des solutions «parfois idéologiquement contradictoires», reconnaît-on.

Le Télégramme de Brest
Car si les dirigeants des pays du G8 «se sont engagés à “encourager la croissance”, tout en prenant des mesures contre les déficits, lors d’un sommet dominé par la crise de la dette européenne», ils ont, «signe de leurs différences de stratégie», quand même «souligné dans le communiqué final du sommet de Camp David que les mesures à prendre “ne sont pas les mêmes pour chacun” d’entre eux». Same, same, but different...

Le Point
«Quant à Mme Merkel, elle a cherché à nier toute divergence avec Paris autour de la croissance. “Le message important à retenir du sommet, c’est que la consolidation des budgets et la croissance sont les deux faces de la même médaille”, a-t-elle affirmé.» Et c’est pile ou face?

Journal du Dimanche
Sans surprise, le Premier ministre britannique, David Cameron, a appuyé l’Allemagne, estimant «qu’Angela Merkel avait “tout à fait raison” d’exiger que les pays de la zone euro prennent les mesures nécessaires pour réduire leurs déficits».

Les Dernières Nouvelles d’Alsace
«Pourtant, outre-Rhin aussi desfeux commencent à clignoter. Par exemple, les exportations baissent vers l’Euroland en récession et, devant un éventuel “défaut” de la Grèce (avec effet domino), l’Allemagne, principale créancière, serait en première ligne. Oui, mais changer de politique, voire de parcours idéologique, s’apparente à la quadrature du cercle face à une majorité conservatrice soudée par la “Sparpolitik”! Diplomatie oblige, le G8 évite la confrontation sur la relance entre le “yes” d’Obama, le “oui” de Hollande et le “nein” (feutré…) de Merkel. Il se contente de conjuguer “croissance” et “stabilité budgétaire”. Sans précisions et en attendant enfin des décisions en Europe. Elles risquent fort d’être prises dans l’urgence.» Quant au citoyen lambda, il y a longtemps que l’urgence l’a pris.

FO Hebdo - Mai 2012

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster