L’Usine Nouvelle

CURE D’AMAIGRISSEMENT: LES CEINTURES SE SERRENT

PRESSE - COMMUNICATION

Voix de presse

CURE D’AMAIGRISSEMENT: LES CEINTURES SE SERRENT

Si la consommation en France a baissé en 2012, elle a carrément chuté au premier trimestre 2013 selon différentes études répercutées par une presse qui ne cache pas son inquiétude.

Les Échos
«Un smartphone et une tablette de chocolat. En cette période de crise, seuls quelques rares produits échappent aux restrictions que s’imposent les consommateurs français.» Résultat: «La consommation, dernier moteur de la croissance française, est tombée en panne. Derrière les inflexions macroéconomiques apparemment légères constatées par l’Insee, se cache un effondrement des ventes depuis le début de l’année pour de nombreux secteurs de consommation courante pour les ménages.»

Le Figaro
Et on se serre littéralement la ceinture puisque «si l’alimentaire a résisté à la crise l’an passé, il s’enfonce à son tour dans la récession depuis cet hiver. “Les hypers et supermarchés sont pour la première fois dans le rouge depuis 2008 avec un recul des volumes de 0,2% de décembre à fin février”, constate Jacques Dupré, directeur Insight chez IRI, qui analyse les tickets de caisses.

L’Usine Nouvelle
«2013 ne devrait pas être meilleure. L’ANIA (Association nationale des industries alimentaires) prévoit une stagnation du chiffre d’affaires, à +0,5%, un recul de la production industrielle de 1% et 5.000 suppressions de postes sur le premier semestre.» À trop amaigrir, à la fin les Caddie ne se remplissent plus.

Le Monde
Et là, on tape dans le dur: «En 2012, l’industrie agroalimentaire est restée le premier secteur industriel français avec un chiffre d’affaires total de 160,9 milliards d’euros, en progression de 2,3%, selon le bilan annuel publié mardi 16 avril par l’Association nationale des industries alimentaires (ANIA). Son solde commercial atteint 9,2 milliards d’euros, porté par les vins et spiritueux.» En France, on n’a pas de pétrole mais...

Le Parisien
Reste que la voiture «est désormais le deuxième poste budgétaire du foyer, juste derrière le logement, et devant l’alimentation. D’après les données recueillies par l’association Automobile Club, le budget annuel consacré à la voiture a flambé en cinq ans, alors même que les Français roulent moins... pour faire des économies». Rouler moins pour payer plus.

Challenges
On peut choisir de rester chez soi, un endroit pas vraiment donné: «Les locataires considèrent que cette dépense pèse de plus en plus lourd sur leur budget. Ils sont effectivement 60% à considérer que la part des revenus du foyer consacrée au logement est trop importante. Ce chiffre était de 45% l’année dernière.»

20 minutes
Résultat: «Par rapport à 2012, les locataires accentuent les arbitrages au détriment de leur épargne (+11% par rapport à 2012), des dépenses de loisirs (+9%), des vacances (+6%) et des dépenses d’amélioration du logement (+11%). De plus, près des deux tiers des locataires déclarent que le budget logement a un impact important sur leurs dépenses alimentaires et sur celles consacrées à l’habillement.» Bref, ils se serrent la ceinture.

FO Hebdo - Avril 2013

RETRAITES: FO PRESSE FRANÇOIS HOLLANDE DE TENIR SES PROMESSES

PRESSE - COMMUNICATION


restructurations.jpgLe Parisien | Interview de Jean-Claude Mailly

RETRAITES: FO PRESSE FRANÇOIS HOLLANDE DE TENIR SES PROMESSES

Retraites, politique d’austérité, réforme de la fonction publique, flexibilité du travail… Jean-Claude Mailly, le secrétaire général de FO, prévient qu’il ne fera aucun cadeau si le nouveau président ne tient pas ses promesses...




François Hollande a promis aux syndicats d’inscrire dans la Constitution l’obligation de les consulter avant tout projet de loi. Y voyez-vous un gage de confiance?
Jean-Claude Mailly: Je n’en vois pas l’utilité. Le PS a-t-il peur de ne pas être à l’écoute des syndicats? Hormis certains domaines déjà délimités, le rôle des syndicats n’est pas d’être législateur à la place des parlementaires. Sinon cela s’appelle du corporatisme. Nous attendons surtout un dialogue social normal. Qu’on soit d’accord ou pas, il faut que ce soit plus serein qu’avec le président sortant. Autre erreur à éviter : avec Nicolas Sarkozy tout se traitait à l’Elysée, ce n’est pas bon, y compris en termes de démocratie. Il faut un Premier ministre avec de réels pouvoirs et un gouvernement avec qui l’on discute. Ce sont les deux points clefs de la méthode de travail.

Le 23 mai, le nouveau président a rendez-vous à Bruxelles avec tous les dirigeants européens. Qu’en attend FO?
Nous verrons quelle sera la position de la France. Il y a deux options. Soit François Hollande tape du poing sur la table et demande de renégocier les traités européens. C’est la position que nous défendons. Soit, au nom de je ne sais quel réalisme, il accepte l’idée de faire quelques compléments au traité et inscrit de fait dans le marbre la politique d’austérité. Ça va être un événement clé. De ce qui va se décider le 23 mai à Bruxelles va découler ce qui se décidera après pour la France notamment. J’annonce qu’en cas de référendum sur le traité tel qu’il est aujourd’hui, FO appellera à voter non.

L’état de grâce est-il terminé?
Oui, à cause du contexte général de crise. Il y a à la fois les attentes des salariés et les enjeux au niveau européen. Sur les marges de manœuvre budgétaire, c’est là que François Hollande va devoir faire des choix. Si l’on reste dans une logique de réduction des dépenses, ça risque de se tendre socialement. La fonction publique est à bout. Le 10 mai, les policiers FO doivent manifester. L’arrêt de la revue générale des politiques publiques (NDLR : réduction des effectifs via le non-remplacement d’un agent sur deux, fusion des services, etc.) qu’a promis Hollande est une attente très forte de FO.

Avez-vous rencontré le président?
Non. Le plus tôt sera le mieux. Car il y a toute une série de décisions qui vont être prises par le futur gouvernement par décret. Il faut des consultations assez rapidement, des réunions en face à face avec le président ou un émissaire, le temps qu’il y ait un gouvernement.

Que comptez-vous lui dire vis-à-vis des mesures d’urgence?
Concernant la retraite, il a été dit pendant la campagne que le droit à la retraite à 60 ans serait rétabli pour ceux ayant cotisé 41 ans. Comment va être calculée cette durée de cotisation? Avant d’être élu, François Hollande a indiqué que seules les périodes « cotisées » c’est-à-dire 41 ans travaillés effectivement seraient retenues, excluant ainsi les périodes « validées ». FO n’est pas d’accord. Quatre catégories de salariés vont être pénalisées : les femmes du secteur privé ayant élevé un ou plusieurs enfants et bénéficiant d’une bonification de deux ans; toutes les personnes ayant connu des périodes de chômage; tous les hommes ou femmes ayant eu un congé parental d’éducation; toutes celles qui ont eu un congé maladie ou un accident du travail de plus d’un an. Autrement dit, tous ceux qui ont eu des périodes heurtées ne seront pas retenus. Ce serait discriminant et injuste. Et cela pourrait être un des premiers accrochages avec le gouvernement.

Quelles sont les qualités requises pour le prochain ministre du Travail?
La fibre sociale, une bonne connaissance et une vision des syndicats et du patronat. Et pas que des contacts. Sinon, il va perdre du temps à comprendre. Quelqu’un sachant pratiquer le dialogue et respectueux de ses interlocuteurs. Capable aussi de résister aux pressions de Bercy. Une qualité que devra aussi avoir le ministre de l’Industrie, si l’on veut une vraie stratégie industrielle.

Allez-vous signer l’accord de compétitivité-emploi?
Non. Nous refusons de rentrer dans une logique obligeant les salariés à travailler moins et gagner moins en cas de difficultés, avec à la clé, une rupture du contrat de travail. S’il devait y avoir un tel accord, nous porterons plainte devant le Bureau international du travail. Comme pour le contrat nouvelle embauche (CNE). Le gouvernement devra trancher très vite. Pendant la campagne, le candidat Hollande n’y était pas favorable.

FO est restée à l’écart pendant la campagne. Pourquoi?
Pour être libre et indépendant il faut l’avoir été pendant la campagne. FO n’a rien coproduit avec Sarkozy, ce sera pareil avec Hollande.

Propos recueillis par Catherine Gasté

Presse



Lire la suite

L'automobile continue à se faire la malle !

PRESSE - COMMUNICATION

Voix de presse

 

L'automobile continue à se faire la malle !

Les délocalisations ont le vent en poupe ces derniers temps dans le secteur automobile occidental et les récentes alliances entre les constructeurs n'augurent, selon les médias, rien de bon pour l’emploi.

Le Monde

A priori, ça roule... Selon le président de l'Organisation internationale des constructeurs (OICA), « la production automobile mondiale d'automobiles a atteint 80,1 millions d'unités en 2011, « soit (un,,niveau record ) en hausse de plus de 3% par rapport à 2010 ».



La Croix

Pourtant « le directeur général de Fiat et Chrysler, Sergio Mirchionne, estime nécessaire de réduire de 20% la capacité de production d'automobiles en Europe, une décision qui entraînerait la fermeture d'une dizaine d'usines sur le Vieux Continent ». Bref, freiner un grand coup et éjecter un maximum. pour directeur du Groupement d'étude et de recherche permanent sur I'industrie et les salariés de l’automobile, (cette déclaration n'est pas unesurprise. Depuis quelques semaines, on assiste à une offensive très concertée des constructeurs sur cette question, notamment de Denis Martin, numéro deux de PSA, et de son homologue de Renault, Carlos Tavares ».

L’Usine Nouvelle

D'ailleurs, « à I'occasion du comité de groupe européen de ce 23 mars, PSA a lié son plan d'économies d'un milliard d'euros à I'alliance signée avec GM fin février », et « les premières conséquences seront sociales ».

Le Figaro

« Les deux groupes sont restés muets sur d'éventuelles suppressions d’emplois ou fermetures d'usines liées à ce rapprochement qui inquiète les syndicats. » Du coup, « l'ensemble des membres français, espagnols, anglais et allemands du Comite européen PSA ont demandé que se tienne une réunion exceptionnelle concernant le plan d'alliance PSA-GM,, écrit dans un communiqué Jean-François Kondratiuk, secrétaire du syndicat FO de PSA Poissy et secrétaire du comité européen ».

Le Dauphiné Libéré

D'autant qu'à l'issue de ce comité de groupe européen, la direction de PSA a annoncé « le report de certains projets de développement". Comme, par exemple, afin « d'explorer les voies plus économiques » de « décaler le projet d’extension du site de Valenciennes, qui devait commencer à produire des boîtes de vitesse à double embrayage, les boîtes de vitesse DCT » De quoi craindre les voies de garage...

Le Nouvel Observateur

Et effectivement, il y a de quoi s'inquiéter quand on apprend que General Motors « pourrait développer ses capacités de production dans des pays à bas coûts, tout en fermant son usine allemande de Bochum et anglaise d'Ellesmere Port, écrit Der Spiegel dimanche, citant un document stratégique interne ». On lit dans ce Global Assembly Footprint que « si les ventes augmentaient, GM produirait les nouveaux véhicules dans des pays tels que la Pologne, la Russie, la Chine, l'Inde, le Mexique et le Brésil » Histoire de se remplir la malle...

FO Hebdo - Mars

Une taxe peut en cacher d'autres...!

PRESSE - COMMUNICATION

Voix de presse

 

TVA, TTF :

Une taxe peut en cacher d'autres...

À la veille du passage à 7% de la TVA à 5,5%, le chef de l'Etat avait annoncé, le 31 décembre, le projet de TVA sociale, un des voeux du MEDEF, avant de lancer, le 6 janvier, celui d'une taxe sur les transactions financières [TTF), sorte de denier du culte financier, qui n'enchante pas le patronat. Les médias restent dubitatifs devant cette vague de taxes.


 

La Croix

"Nicolas Sarkozy a affirmé que « la France n'attendrait pas que tous les autres soient d'accord » pour mettre en oeuvre la taxe sur les transactions financières ». La position du cavalier seul était pourtant jusqu'ici décriée par le gouvernement.

Le Monde

Mais tout est bon pour afficher la posture du chevalier blanc puisque, entre autres, L'Angleterre, où la City a à y perdre, a été claire: « Le Premier ministre britannique, David Cameron, a réaffirmé dimanche son opposition à une taxe sur les transactions dans I'Union européenne, estimant qu'elle serait « néfaste pour toute l'Europe ». ll s'y opposera « à moins que le reste du monde décide en même temps d'une telle taxe ». Ce qui est actuellement impossible en raison de I'opposition des Etats-Unis et de la Chine ». lmpossible n'est pas français, surtout en matière électorale.

L’Union

Surtout les figures acrobatiques, genre volte-face: cette taxe, « Nicolas Sarkozy l'avait décriée en 1999 comme » « une absurdité », susceptible d'entraîner des « dizaines de milliers de chômeurs supplémentaires » en France ».

Le Télégramme

Et derrière le salto arrière, parallèlement, « le gouvernement accélère le pas sur son projet de TVA sociale, ardemment souhaitée par Nicolas Sarkozy, mais décriée par l’opposition et les syndicats ».

Le Nouvel Observateur

En suivant les traces du MEDEF, qui, « le 15 novembre dernier, a proposé une réforme pour améliorer la compétitivité de la France. Dans ce « Pacte fiscal et social », il plaide pour une baisse des charges sociales et pour une hausse des taux de TVA et de CSG ».

L’Usine Nouvelle

Pacte fiscal et social? Pas pour la plupart des organisations syndicales: « A la CGT, Eric Aubin réaffirme qu'elle va porter « atteinte au pouvoir d'achat des Français, réduire la consommation et surtout amplifier la crise ». Marcel Grignard, de la CFDT souligne qu’elle va frapper les salariés les plus modestes. »

20 Minutes

Tandis que pour le Secrétaire général de FO, « c'est un leurre, une erreur économique et un danger social. On veut donner à la TVA une connotation sociale, mais ce n'est pas son objet. C'est un impôt indirect des plus injuste ». Et en ce moment, ça taxe à tout-va.



Hebdo Force Ouvrière – Janvier 2012

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster