La Nouvelle République

L’EUROPE, PAS TRÈS À CHEVAL SUR L’ÉTIQUETTE

PRESSE - COMMUNICATION

Voix de presse

L’EUROPE, PAS TRÈS À CHEVAL SUR L’ÉTIQUETTE

L’affaire de la viande de cheval vendue pour du bœuf dans des plats cuisinés, s’est, après avoir scandalisé le Royaume-Uni, où l’on frôle le cannibalisme, étendue à travers l’Europe. Elle concerne désormais une quinzaine de pays, dont la France, où les médias tentent d’en mettre à nu les mécanismes.

La Nouvelle République
«Mais alors, elle vient d’où cette viande de cheval qui affole désormais toute l’Europe et plus simplement les Britanniques à l’origine de la découverte de la supercherie? Suivre à la trace son cheminement est digne d’une enquête policière.» De quoi faire tourner les enquêteurs en bourrique.

Le Journal du Dimanche
«Scandale au Royaume-Uni, dépôts de plaintes en France, abattoirs roumains montrés du doigt, trader chypriote, la découverte de viande de cheval dans des lasagnes censées être au bœuf a déclenché une vaste enquête agroalimentaire. Selon les premiers résultats de la Direction générale de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), l’appât du gain serait à l’origine de l’affaire...» Sidérant.

Le Parisien
Et tout le monde de ruer dans les brancards: «Les différents protagonistes se renvoient la balle. Findus a annoncé hier le dépôt d’une plainte contre X. Le groupe agroalimentaire a également accusé le fournisseur de la viande de ses lasagnes, la société française Spanghero, d’avoir livré de la viande de cheval roumaine portant la mention “bœuf” et l’estampille vétérinaire française.» Ce n’est plus une balle, c’est une boule de flipper européen.

Le Courrier de l’Ouest
Pour le ministre britannique de l’Environnement, qui ne perdrait pas un royaume libéral pour du cheval, on a affaire soit à «une grave négligence», soit à «un complot international criminel».

Les Échos
Pourtant, «si toute la lumière n’est pas encore faite dans cette affaire, des investigations étant en cours en France et à l’étranger, la découverte de viande de cheval dans des plats vendus comme contenant de la viande bovine a d’ores et déjà mis en exergue la fragilité du système de traçabilité dans l’agroalimentaire».

Le Point
Pour le docteur Laurent Chevallier, président de la commission alimentation du Réseau environnement santé (RES), «il faut souligner le fait que l’Europe accepte un laisser-faire surprenant dans la mesure où elle n’a pas réussi à imposer une vraie traçabilité des produits alimentaires dans les plats composés. La mention de l’origine du pays des divers ingrédients n’est même pas obligatoire grâce, entre autres, au lobby intense des industriels, alors même que l’alimentation industrielle tend vers une industrie d’assemblage. Quant à la Commission européenne, elle est favorable à plus d’autocontrôle de la part des industriels!». Ce qui équivaut à lâcher les rênes.
FO Hebdo - Février 2013

 

VACANCES: TRAVAILLEZ PLUS POUR PARTIR MOINS

PRESSE - COMMUNICATION

Voix de presse

VACANCES
TRAVAILLEZ PLUS POUR PARTIR MOINS


La moitié des Français ne partent pas en congés, et même plus dans les catégories les plus modestes, ont constaté des études reprises par la presse en ces heures de grands départs et de petites vacances.

La Nouvelle République
Bison futé n’est pas devenu écarlate: «Samedi, pour le premier grand départ des vacances, la circulation a été intense mais relativement fluide sur l’autoroute A 10, dans le sens Paris-province. Des pointes de circulation ont été enregistrées au péage de Monnaie le matin à 11h.» Un péage au nom approprié. D’autant que «selon le Crédoc, 47% de la population n’est pas partie en vacances en 2010 (à cause d’un manque de moyens dans 52% des cas). Les inégalités se sont même aggravées».

Le Parisien
«Dans le détail, différentes études nous apprennent que les Français ont privilégié en 2011 les départs moins lointains et ont plébiscité l’Hexagone pour 60% d’entre eux. Même si les vacanciers préfèrent les départs en juillet et en août, on assiste aussi à un fractionnement des séjours qui sont du coup plus courts, mais aussi plus répartis dans l’année.» Les Français partent quand même mais reviennent plus vite.

20 minutes
En ayant «nettement revu leurs ambitions à la baisse. Cet été, 73% des vacanciers préfèrent ainsi rester en France contre 70% l’an dernier, tandis que les réservations à l’étranger reculent de plus de 5%. La part des vacances en hébergements payants chute aussi de 60% à 55% sur un an, 45% des Français plébiscitant les séjours chez les parents et amis (33%), en résidence secondaire (8%) ou les formules d’échange (4%)». La loi de l’hospitalité profite de la rigueur: «C’est la première fois depuis trois ans que l’on voit une telle bascule vers l’hébergement non marchand en juillet-août.»

Le Dauphiné
Si «la durée moyenne des vacances est d’environ deux semaines. Elle est de 13,5 jours pour les foyers les plus modestes, qui partent plus longtemps car ce sont souvent leurs seules vacances de l’année. Quatre Français sur dix ne prendront qu’une semaine de congés ou moins».

La Croix
Avec pour certains le travail en tête: «D’autres, notamment dans les classes moyennes, utilisent les vacances pour renforcer leurs atouts professionnels en vivant des expériences (stage de survie, humanitaire, etc.) qui viendront enrichir leur CV.» À défaut d’enrichissement tout court.

Le Républicain Lorrain
Si «la mer reste la destination phare (70%)», on ne nage pas dans l’argent: «Budget: inférieur à 1 000 euros pour 58% des vacanciers. La moitié envisage de réduire le budget par rapport à l’an dernier.» Le séjour aussi est réduit à une peau de chagrin avec «une durée de moins de quinze jours, surtout dans le Sud, souvent chez des proches: les vacances révèlent aussi des inégalités».

FO Hebdo - Juillet 2012

LA CHUTE DE LA MAISON AUSTÈRE?

PRESSE - COMMUNICATION

Voix de presse


LA CHUTE DE LA MAISON AUSTÈRE?



Violents incidents en Italie, séisme politique en Grèce, manifestations d’ampleur en Espagne et revers électoral en Allemagne ont, la semaine dernière, fissuré les politiques de rigueur budgétaire imposées dans l’Union européenne.




Le Monde
«Les attaques se multiplient en Italie contre des symboles de l’austérité.» Solution «face à la montée de la colère des Italiens étranglés»: il a été «décidé d’élever le seuil d’alerte autour des objectifs sensibles dans toute la péninsule, a annoncé dimanche 13 mai la ministre de l’Intérieur», qui a jugé possible «l’usage de l’armée» pour défendre «des objectifs sensibles».

La Nouvelle République
Car «plusieurs attentats ont frappé les bâtiments du fisc italien, tandis que les manifestations contre les politiques d’austérité se multiplient dans le pays».

Le Figaro
En effet, «à l’instar de la Grèce, l’Italie suffoque sous la pression de l’austérité. Certains n’hésitent pas à user de la violence pour exprimer leur colère». Qui sème la violence économique... «Une violence qui a également gagné l’Espagne où des incidents avaient éclaté à Barcelone en mars dernier.»

Le Point
«Des milliers d’Espagnols se sont rassemblés samedi soir (12 mai) sur la place de la Puerta del Sol à Madrid pour célébrer le premier anniversaire du mouvement des “Indignados” (Indignés), qui dénonce le capitalisme financier et les inégalités sociales. Des manifestations étaient également organisées dans quatre-vingts autres villes d’Espagne et à Londres, plusieurs centaines de militants ont marché jusqu’au siège de la Banque d’Angleterre où ils se sont heurtés à la police.»

L’Alsace
«La politique d’austérité menée en Grèce depuis deux ans, sous la pression des bailleurs de fonds internationaux du pays, a été massivement censurée par les électeurs, qui ont pulvérisé les positions des deux partis tenants de la rigueur». Façon puzzle, même...

Le Journal du Dimanche
En «Allemagne, le pays où l’austérité est reine», la chancelière Angela Merkel est venue, pour éviter des urnes funèbres, soutenir un de ses ministres en difficulté aux «élections locales ce dimanche en Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Le Land le plus peuplé d’Allemagne vit au rythme des emplois précaires, de la rigueur et des salaires bloqués».

Ouest-France
Résultat: «le parti d’Angela Merkel subit une sévère défaite» en affichant «son plus mauvais score dans cette région depuis 1945».

La République des Pyrénées
Du coup, pour replâtrer la façade fissurée de la maison austère, on reparle de croissance: «Hier (12 mai) le ministre allemand des Affaires étrangères a présenté son pacte de croissance en six points. Histoire de ne pas en laisser le monopole à la gauche européenne et tout particulièrement française. Car il y a croissance et croissance. Pour les ultralibéraux, la relance doit se faire en dérégulant davantage les marchés, en flexibilisant le travail.» Croissance, vous avez dit croissance?


FO Hebdo - Mai 2012



Le Portugal passe sous les fourches d'or

Voix de presse

 PRESSE - COMMUNICATION

Voix de presse

Le Portugal passe sous les fourches d'or


Le pacte budgétaire européen ou Traité de stabililé, de coordination et de gouvernance (TSCG) a été ratifié, vendredi 13 avril, par le Parlement portugais, qui a également avalisé le Mécanisme européen de stabilité (MES), fonds financier de soutien aux pays de la zone euro en difficulté.

LIBÉRATION

Il faut dire que le Portugal n’est guère en mesure de refuser après avoir « dû demanderer mai 2011, après la Grèce et l’Irlande, une aide exceptionnelle de l’UE et du FMI, en échange d’un prêt sur trois ans de 78 milliards d’euros, il s’est engagé à mettre en œuvre un vaste plan de réformes, marqué par une austérité sans précédent ».

Le Nouvel Observateur

« La mise en oeuvre de reformes dites « structurelles », notamment celles destinées à améliorer la compétitivité du marché du travail, a valu au Portugal des éloges de I'UE et du FMI », et un résultat immédiat : « Les mesures d'austérité ont en effet plongé le pays dans la récession et, selon les prévisions, l'économie portugaise devrait se contracter cette année de plus de 3% du PIB tandis que le chômage devrait dépasser le taux de 14%. »

Le Républicain Lorrain

Des recettes éprouvées en Grèce: « Le taux de chômage de la Grèce a atteint 21,8% en janvier,, a annoncé, le 12 avril, l'Autorité grecque des statistiques. « Quelque 345000 personnes ont perdu leur emploi entre janvier 2011 et janvier 2012, soit près de 1 000 par jour. » Et « la Grèce reste engluée dans la récession pour la cinquième année consécutive, une situation largement imputable à la cure d'austérité draconienne imposée en contrepartie des plans d'aide internationaux accordés au pays ».

La Nouvelle République

« Signé le 2 mars à Bruxelles par 25 pays membres de l'Union européenne, le pacte commencera à s'appliquer dès que douze Etats l'auront ratifié. Témoins de la controverse qu'il a suscitée, la Grande-Bretagne et la République tchèque ont choisi de rester en dehors, tandis que l'Irlande a décidé de le soumettre à un référendum. »

Le figaro

D'où un geste de Bruxelles: l’Irlande « devait rembourser 3,06 milliards d'euros à la fin mars. Mais elle a obtenu de l'Europe le report de cette échéance ». D'autant que « le pays est d'ailleurs retombé en récession: le PIB a reculé de 0,2% au quatrième trimestre après un troisième trimestre aussi dans le rouge. La dette du pays s'élève encore à 108% du PIB. Le taux de chômage affiche 15% de la population active ».

Le Point

« Le traité européen de discipline budgétaire ne va pas résoudre les problèmes, il va les amplifier » a déclaré, à Berlin, Michael Sommer, président de la confédération syndicale allemande (DGB), « en compagnie de dirigeants syndicaux de Belgique, Espagne, France, Grèce, Irlande, Italie, République tchèque et Suède ». lls ont « réclamé un pacte social et de croissance », car « le modèle social européen, élément identitaire indispensable de l'Union européenne, est de plus en plus vidé de sa substance,. Le poids d'une règle d'or gravée dans le marbre pourrait finir de l'écraser.

FO Hebdo – Avril 2012

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster