La Voix du Nord

Étape arrageoise pour le tour de France du syndicat FO de la fonction publique

La Voix Du NordÉtape arrageoise pour le tour de France du syndicat FO de la fonction publique



Le syndicat FO services publics et santé a réuni, ce jeudi aux Grandes Prairies, ses forces en présence dans le Nord - Pas-de-Calais.

Interview de Jean-Claude Mailly | www.lavoixdunord.fr du 07/11/2013

Interview de Jean-Claude Mailly | www.lavoixdunord.fr du 07/11/2013

«SEVELNORD ÉTAIT AU FOND DE LA PISCINE ET COMMENCE À REMONTER»

Jean-Claude Mailly, Secrétaire général de Force Ouvrière, était à Sevelnord, dans le Denaisis, mardi 5 novembre 2013. Tour d’un horizon qui peine à se dégager et d’un ciel chargé d’inquiétudes, notamment pour le secteur de l’automobile.

FO a signé l’accord de compétitivité chez Sevelnord. Était-ce la bonne décision?
«Les accords de compétitivité tels que ceux qui ont été signés chez Sevelnord ne sont pas nouveaux. Ce même type d’accord a été signé chez les lampes Osram il y a quatre ans, ou Air France. Quand un syndicat est convaincu qu’une entreprise va mal, il est acceptable qu’il signe un accord, même s’il doit faire des concessions. En l’occurrence, une des hypothèses de PSA, c’était que Sevelnord ferme. La menace était sérieuse.»

Un an après, où en est-on?
«Sevelnord, comme PSA, était au fond de la piscine. L’entreprise commence tout juste à remonter. Mais elle n’a pas encore atteint la surface. Sans cet accord, est-ce que Toyota serait venu? (pour fabriquer l’utilitaire Toyota Pro Ace). On ne peut pas en être sûr. Certes, il y a des efforts à faire en termes de modération salariale et d’organisation de travail. Mais pas de baisses de salaires ou de mutations forcées. Surtout, le site a maintenant des perspectives avec la fabrication de l’utilitaire K-Zéro qui doit commencer en 2016.»

Quels secteurs vous préoccupent?
«Je suis inquiet pour le bâtiment et les travaux publics. Je le suis aussi pour la téléphonie mobile, depuis l’arrivée de Free. La métallurgie a beaucoup souffert et ce n’est pas fini. On surveille bien sûr l’automobile. J’ai aussi beaucoup d’inquiétudes sur le service public au sens large.»

Que pensez-vous de la situation à La Redoute?
«Le groupe de François Pinault n’est pas en difficulté. Je suis d’accord avec Martine Aubry. L’annonce de la suppression de 700 postes n’est pas responsable.»

Comment voyez-vous l’avenir?
«Je ne suis pas très optimiste pour les mois à venir. On entend dire que l’économie repart. Mais au mieux, il y aura une croissance de 0,8%, 0,9%… Les économistes s’accordent à dire que pour faire baisser le chômage durablement, il faudrait une croissance d’au moins 1,5%. Je suis très critique sur la politique de rigueur et d’austérité menée par l’Europe. L’économie britannique repart. Pourquoi? Parce que la Banque centrale a dévalué la livre, ce qui a relancé les exportations. Nous, syndicats européens, prônons un plan Marshall européen à hauteur de 2% du PIB en faveur de grands investissements publics et d’infrastructures.»

Propos recueillis par Valérie Sauvage

UNION EUROPÉENNE CONTRE L’AUSTÉRITÉ

PRESSE - COMMUNICATION

Voix de presse

UNION EUROPÉENNE CONTRE L’AUSTÉRITÉ


Pour dénoncer les politiques d’austérité appliquées dans l’Union européenne, manifestations, grèves et mobilisations diverses ont eu lieu dans plusieurs pays d’Europe, le même jour, 14 novembre, mobilisant quelques colonnes dans la presse française.

Les Échos
«Ce 14 novembre, décrété journée européenne contre l’austérité, a fédéré les mécontentements en Europe: grèves générales en Espagne et au Portugal, arrêts de travail en Italie et en Grèce, manifestations dans d’autres pays comme la France ou l’Allemagne. Des manifestations qui ont parfois donné lieu à des débordements.» La coupe est-elle pleine?

Le Républicain Lorrain
En tout cas, ça bout: «Élan européen contre l’austérité. De Rome à Londres, plusieurs millions d’Européens sont descendus dans la rue à l’occasion de la journée européenne contre l’austérité. Le mouvement a été particulièrement suivi dans les pays du Sud, soumis depuis plusieurs mois à des cures de rigueur sans précédent.» Un élan important «selon les syndicats espagnols, le mouvement a été suivi par plus de trois salariés sur quatre et le Portugal n’avait quasiment pas connu une mobilisation aussi massive depuis la révolution des Œillets».

La Voix du Nord
Les forces de l’ordre n’ont lancé ni œillets ni autres fleurs: «Dans le centre de Madrid, la police anti-émeutes a dispersé des centaines de manifestants à coups de matraque, tirant en l’air des balles en caoutchouc», tandis qu’au Portugal elle «a chargé à coups de matraque devant le Parlement à Lisbonne».

Le Figaro
Trois jours après, des policiers ont battu le pavé à Madrid avec des intentions autres: «Venus de toute l’Espagne en cars, environ 5 000 policiers ont défilé au centre de Madrid pour dénoncer les baisses de salaires et d’effectifs dans la police, comme dans l’éducation et la santé. “Citoyens, nous vous demandons pardon pour ne pas arrêter les vrais responsables de cette crise: les banquiers et les politiques”, proclamait une banderole.»

Le Parisien
Si eux vont bien, ce n’est pas le cas de la Santé: «Contre les privatisations et les coupes budgétaires, une “marée blanche” de dizaines de milliers de médecins, infirmières et personnels des hôpitaux a envahi dimanche les rues de Madrid», aux cris de «santé publique», «la santé est un droit, nous allons lutter».

L’Express
Et certains Diafoirus de s’inquiéter des doses de cheval: «Même les experts du FMI, habitués à proposer une dose d’austérité en guise de remède, admettent que l’Europe va trop loin. Dans un rapport récent, l’institution redoute que l’austérité en cours dans les pays de la périphérie de la zone euro (Grèce, Portugal, Espagne)» ne devienne «politiquement et socialement intenable». Difficile de pratiquer des saignées sur des anémiés.

FO Hebdo - Novembre 2012

SOUS LE BUDGET, LA DISCIPLINE

PRESSE - COMMUNICATION

Voix de presse

SOUS LE BUDGET, LA DISCIPLINE


L’objectif de réduction du déficit public à 3% du PIB, pour satisfaire au pacte européen de stabilité, a été fixé à fin 2013, a annoncé le chef de l’État lors d’une interview télévisée, dimanche 9 septembre. Il confirme ce qu’il avait annoncé 48 heures auparavant devant la Cour des comptes et présente un «agenda de redressement». Rigoureux, estime la presse:

20 minutes
«Le chef de l’État s’est donné deux ans pour redresser la France et a détaillé plusieurs mesures fiscales lors du JT de 20h de TF1, dimanche soir.» Au programme, «le plus important effort depuis trente ans. Le président de la République avait annoncé la couleur dès vendredi. Après son intervention de vingt-cinq minutes, dimanche soir sur TF1, les Français savent désormais à quoi s’attendre pour 2013».

Le Figaro
Rien de moins qu’un effort de 30 milliards d’euros «dont 10 milliards de réduction des dépenses publiques», car «François Hollande maintient, malgré la crise, le cap de la rigueur budgétaire». Mais qui est à la barre?

Les Échos
«Les magistrats de la Cour des comptes n’ont pas boudé leur plaisir» en voyant leurs «prérogatives élargies. Avec la création du Haut Conseil des finances publiques, d’abord, qui sera adossé à la Cour (Les Échos du 7 septembre). Avec des missions de certification des comptes élargies aux hôpitaux et aux collectivités ensuite». Si ce n’est pas une mise sous tutelle comptable du pays, cela y ressemble...

La Voix du Nord
Devant la Cour des comptes, «son corps d’origine», le chef de l’État a souligné que ce Haut Conseil serait créé «pour “assurer le suivi” de la politique budgétaire du gouvernement», et que «cette autorité incontestable est prévue par le traité européen de discipline budgétaire». Incontestable?

Journal du Dimanche
D’ailleurs, «cette nouvelle institution ne fait pas l’unanimité». On pointe que, déjà, «l’Assemblée nationale et le Sénat ont, entre autres, pour mission d’étudier, d’amender et de voter le projet de loi de finances présenté chaque année par l’exécutif». Et certains de souligner que «cette nouvelle instance symbolise la dépossession du Parlement de sa souveraineté budgétaire voulue par l’Europe».

Libération
Ainsi, «cette institution parfaitement indépendante aura la possibilité de rendre de facto inconstitutionnels les budgets préparés par le gouvernement s’ils lui paraissent non conformes à la situation économique et s’écartent des objectifs de réduction du déficit public votés par le Parlement». Et on peut légitimement se poser la question: «La Cour plus puissante que le Parlement?» Et qui est souverain?

FO Hebdo - Septembre 2012

Tour de France 2012 - L'arrivée à Saint Quentin 02 - Andre Greipel double la mise

PRESSE - COMMUNICATION

Voix de presse

Tour de France : Andre Greipel double la mise

L’Allemand Andre Greipel (Lotto) a remporté au sprint la 5e étape du Tour de France, jeudi à Saint-Quentin, son deuxième succès en deux jours. 

<p>Andre Greipel s&#39;impose pour la deuxième fois d&#39;affilée. - PHOTO EPA</p>

Le Suisse Fabian Cancellara (RadioShack) a conservé le maillot jaune de leader qu’il porte depuis le premier jour de course, samedi dernier.



Greipel a devancé nettement l’Australien Matt Goss et l’Argentin Juan Jose Haedo au terme de ce sprint jugé après un faux-plat montant prolongé par une courte ligne droite de 130 mètres. Le Français Samuel Dumoulin s’est classé quatrième devant le champion du monde, le Britannique Mark Cavendish. Le porteur du maillot vert, le Slovaque Peter Sagan, n’a pu disputer le sprint à cause d’une chute collective à l’approche de la banderole des trois derniers kilomètres. Il a conservé toutefois la première place du classement par points.

L’Américain Tyler Farrar, le premier à se retrouver à terre dans cette chute, a fini par remonter sur le vélo malgré ses blessures pour rallier l’arrivée.
Sous un ciel chargé de nuages, un quatuor est parti à l’avant dès le premier kilomètre de cette étape reliant la Normandie à la Picardie, à l’initiative du Français Matthieu Ladagnous. L’Espagnol Pablo Urtasun, le Belge Jan Ghyselinck et le Français Julien Simon ont roulé avec lui pour s’assurer un avantage dépassant les cinq minutes.
 
L’écart, contrôlé le plus souvent par les équipiers de l’Allemand Andre Greipel, a diminué à 3 min 30 sec (Km 114) puis à 1 min 15 sec (Km 182). Le quatuor a résisté jusqu’à Saint-Quentin.

Ghyselinck a démarré à 1400 mètres de la ligne mais a buté sur le faux-plat du dernier kilomètre. Urtasun, poursuivi par Ladagnous, a été rejoint dans la dernière courbe par Goss et l’avant-garde du peloton, avant que Greipel s’impose en force.

L’Allemand, qui est âgé de 29 ans, a enlevé le 83e succès de sa carrière, le troisième dans le Tour de France.

La Voix Du Nord

La Voix Du NordImages de nos camarades présents à Saint-Quentin

G8: TROUBLES DE LA CROISSANCE

PRESSE - COMMUNICATION

Voix de presse

G8: TROUBLES DE LA CROISSANCE


Le G8, regroupant les huit pays les plus industrialisés, s’est, lors de son sommet à Camp David, aux États-Unis, le 19 mai, accordé sur la nécessité d’un retour à la croissance, mais les moyens divergent pour y parvenir, comme l’ont souligné les médias.

La Voix du Nord
«Avant d’entamer une discussion sur la crise dans la zone euro avec ses partenaires du G8 à Camp David, le président des États-Unis a affirmé que la recherche de la croissance et la lutte contre les déficits devaient aller de pair.» Diplomatique...

Libération
En effet, «dans le texte final, tout le monde s’y retrouve», souligne la délégation française. Les libéraux ont pu caser «comptes publics en bon ordre», «réformes structurelles» et «marchés ouverts»... des solutions «parfois idéologiquement contradictoires», reconnaît-on.

Le Télégramme de Brest
Car si les dirigeants des pays du G8 «se sont engagés à “encourager la croissance”, tout en prenant des mesures contre les déficits, lors d’un sommet dominé par la crise de la dette européenne», ils ont, «signe de leurs différences de stratégie», quand même «souligné dans le communiqué final du sommet de Camp David que les mesures à prendre “ne sont pas les mêmes pour chacun” d’entre eux». Same, same, but different...

Le Point
«Quant à Mme Merkel, elle a cherché à nier toute divergence avec Paris autour de la croissance. “Le message important à retenir du sommet, c’est que la consolidation des budgets et la croissance sont les deux faces de la même médaille”, a-t-elle affirmé.» Et c’est pile ou face?

Journal du Dimanche
Sans surprise, le Premier ministre britannique, David Cameron, a appuyé l’Allemagne, estimant «qu’Angela Merkel avait “tout à fait raison” d’exiger que les pays de la zone euro prennent les mesures nécessaires pour réduire leurs déficits».

Les Dernières Nouvelles d’Alsace
«Pourtant, outre-Rhin aussi desfeux commencent à clignoter. Par exemple, les exportations baissent vers l’Euroland en récession et, devant un éventuel “défaut” de la Grèce (avec effet domino), l’Allemagne, principale créancière, serait en première ligne. Oui, mais changer de politique, voire de parcours idéologique, s’apparente à la quadrature du cercle face à une majorité conservatrice soudée par la “Sparpolitik”! Diplomatie oblige, le G8 évite la confrontation sur la relance entre le “yes” d’Obama, le “oui” de Hollande et le “nein” (feutré…) de Merkel. Il se contente de conjuguer “croissance” et “stabilité budgétaire”. Sans précisions et en attendant enfin des décisions en Europe. Elles risquent fort d’être prises dans l’urgence.» Quant au citoyen lambda, il y a longtemps que l’urgence l’a pris.

FO Hebdo - Mai 2012

STOP AUX SUICIDES!

PRESSE - COMMUNICATION

Voix de presse

 

STOP AUX SUICIDES!


En France, plusieurs suicides pour des raisons professionnelles viennent de nouveau de frapper l’actualité.


FO

Var-Matin
«Des perquisitions ont été menées mardi au siège parisien de France Télécom-Orange, dans le cadre de l’information judiciaire ouverte à la suite de la vague de suicides de salariés en 2008 et 2009.» Seuls de mauvais esprits ou l’ancien patron de l’entreprise, débarqué pour avoir parlé «d’effet de mode», penseraient que cela a un lien avec le fait que l’entreprise avait «supprimé 22.000 postes entre 2006 et 2008 et procédé à 10.000 changements de métier durant cette même période».

Le Parisien
Pourtant «le rapport de l’inspection du travail avait notamment analysé quatorze cas de “suicides, tentatives de suicides et de dépression pathologique”, liés, selon elle, à la politique globale du personnel et susceptibles d’une qualification pénale». Il soulignait que les dirigeants de France Télécom avaient été alertés «à maintes reprises [...] des effets produits sur la santé des travailleurs». Peine perdue...

L’Est Républicain
«Ludres (54): un centre d’appels condamné après le suicide d’un salarié. 25.000 euros de dommages et intérêts pour harcèlement moral seront versés à la famille d’un salarié qui s’était suicidé en février 2011.»

Le Figaro
«Les syndicats de La Poste ont été entendus. Ébranlé par trois suicides en six mois, le groupe postal, qui emploie 240.000 personnes, a pris la mesure du malaise social qui règne dans ses murs.» Tout en mesures, son P-DG, a annoncé des «ajustements» dans les réorganisations en cours, mais «a toutefois rejeté l’idée d’une pause de six mois dans la restructuration de la branche courrier». Il faut savoir raison garder?

Le Midi Libre
«Mende. Stupeur et interrogations après le suicide du commercial à l’agence Groupama.» Alors que «entre 300 et 400 salariés se suicideraient en France, chaque année, sur leur lieu de travail. Les cliniciens font régulièrement part de leurs inquiétudes sur ce phénomène dangereusement banalisé. Pour exemple, plusieurs affaires qui ont secoué le Languedoc-Roussillon ces dernières années».

Nouvel Observateur
«Bas prix et suicides en entreprise sont liés!» pour Marin Ledun, «Grand prix français du roman noir du festival de Beaune», co-auteur d’un «essai, Pendant qu’ils comptent les morts – La Tengo Éditions) sur la souffrance au travail». Il y revient avec un polar, Les Visages écrasés. «Pour une raison militanto-polardesque, d’abord. Les questions de la souffrance au travail et, plus largement, des conditions de travail aujourd’hui, dans un pays comme la France, sont toujours et plus que jamais d’actualité.» Effectivement.

La Voix du Nord
«Dunkerque: un suicide et une tentative de suicide jettent les éducateurs de l’AAE (Association d’action éducative) dans la rue.» En cause, selon des représentants du personnel: «les nouvelles méthodes de management que nous dénonçons depuis deux ans». Elles «ont complètement démoli l’AAE et les éducateurs, qui se sentent désorientés, gèrent dans l’urgence et ne savent plus à qui s’adresser». Un constat que l’on pourrait élargir à l’ensemble du pays.


FO Hebdo - Avril 2012

Le marchand de taxes est passé

PRESSE - COMMUNICATION

Voix de presse

 

Le Marchand de taxes est passé

La TVA à taux normal, après celle à taux réduit, va augmenter. De 1,6%. C’est l’une des mesures annoncées par le chef de l’État, dimanche 29 janvier 2012, dans une intervention aussi largement télédiffusée que commentée.

 

 

 




Le Parisien

« Huit chaînes mobilisées », bref « du jamais vu…. TF1, France 2, BFM TV, i>télé, LCI, France 24, la Chaîne parlementaire/Public, Sénat, mais aussi TV5. Monde en léger différé », soit grosso modo Bouygues, Vivendi et Bolloré », et la télévision d’État. Un parfum nord-coréen.

Ouest-France

« Le président candidat va donc faire voter une mini TVA sociale. Son niveau laisse prévoir qu’elle n’aura pas plus d’effet qu’une petite dévaluation sur la compétitivité de nos produits à l’exportation. Elle inquietera pour autant ceux pour qui la fin du mois commence le quinze ». Et même avant….

Les Échos

Selon le président, « cette hausse de la TVA devrait être aussi relativement indolore pour le porte-monnaie des français, compte tenu du caractère .extrêmement concurrentiel, des produits qu,elle concernera ». A concurrence de combien?

L’Alsace

« C'est aussi un gage donné aux européens et aux agences de notation pour montrer que la France s,attelle à assainir ses comptes. Les deux plans d'austérité de l'automne n,ont convaincu personne. » Mais vaincu les quelques velléités de consommation?

Sud-Ouest

« A défaut de multiplier les embauches en échange de cette baisse de charges, les patrons sont censés maîtriser les prix de leurs produits afin qu’ils redeviennent compétitifs, notamment à l’export. « Je ne crois en rien à leur augmentation », assure Nicolas Sarkozy. Une hypothèse vertueuse que l’épisode de la TVA réduite dans la restauration n’aide guère à rendre crédible. » Surtout en plein credit crunch.

L’est Républicain

En tout cas, cela laisse les « économistes circonspects » : d’autant qu’à « 21,20%, il n’y à plus qu’une petite dizaine de pays de l’Union européenne connaissant un taux supèrieur à celui de la France (Danemark, Grèce, Lettonie, Hongrie, Portugal, Pologne, Roumanie, Finlande et Suède) », Pas tous des modèles.

La Voix du Nord

« Le président a également annoncé l’exonération totale des charges patronales sur les salaires compris entre 1,6 et 2,1 fois le SMIC. Ces allégements de charges, ensuite dégressifs, s’arrêteront à 2,4 fois le SMIC. « Clairement, j’exclus toute augmentation des impôts », a-t-il précisé. » En revanche, ça taxe…. Bref, « des mesures chocs en forme de quitte ou double ». Quitte pour les uns, double pour les autres ?

FO Hebdo – février 2012

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster