Le Télégramme de Brest

G8: TROUBLES DE LA CROISSANCE

PRESSE - COMMUNICATION

Voix de presse

G8: TROUBLES DE LA CROISSANCE


Le G8, regroupant les huit pays les plus industrialisés, s’est, lors de son sommet à Camp David, aux États-Unis, le 19 mai, accordé sur la nécessité d’un retour à la croissance, mais les moyens divergent pour y parvenir, comme l’ont souligné les médias.

La Voix du Nord
«Avant d’entamer une discussion sur la crise dans la zone euro avec ses partenaires du G8 à Camp David, le président des États-Unis a affirmé que la recherche de la croissance et la lutte contre les déficits devaient aller de pair.» Diplomatique...

Libération
En effet, «dans le texte final, tout le monde s’y retrouve», souligne la délégation française. Les libéraux ont pu caser «comptes publics en bon ordre», «réformes structurelles» et «marchés ouverts»... des solutions «parfois idéologiquement contradictoires», reconnaît-on.

Le Télégramme de Brest
Car si les dirigeants des pays du G8 «se sont engagés à “encourager la croissance”, tout en prenant des mesures contre les déficits, lors d’un sommet dominé par la crise de la dette européenne», ils ont, «signe de leurs différences de stratégie», quand même «souligné dans le communiqué final du sommet de Camp David que les mesures à prendre “ne sont pas les mêmes pour chacun” d’entre eux». Same, same, but different...

Le Point
«Quant à Mme Merkel, elle a cherché à nier toute divergence avec Paris autour de la croissance. “Le message important à retenir du sommet, c’est que la consolidation des budgets et la croissance sont les deux faces de la même médaille”, a-t-elle affirmé.» Et c’est pile ou face?

Journal du Dimanche
Sans surprise, le Premier ministre britannique, David Cameron, a appuyé l’Allemagne, estimant «qu’Angela Merkel avait “tout à fait raison” d’exiger que les pays de la zone euro prennent les mesures nécessaires pour réduire leurs déficits».

Les Dernières Nouvelles d’Alsace
«Pourtant, outre-Rhin aussi desfeux commencent à clignoter. Par exemple, les exportations baissent vers l’Euroland en récession et, devant un éventuel “défaut” de la Grèce (avec effet domino), l’Allemagne, principale créancière, serait en première ligne. Oui, mais changer de politique, voire de parcours idéologique, s’apparente à la quadrature du cercle face à une majorité conservatrice soudée par la “Sparpolitik”! Diplomatie oblige, le G8 évite la confrontation sur la relance entre le “yes” d’Obama, le “oui” de Hollande et le “nein” (feutré…) de Merkel. Il se contente de conjuguer “croissance” et “stabilité budgétaire”. Sans précisions et en attendant enfin des décisions en Europe. Elles risquent fort d’être prises dans l’urgence.» Quant au citoyen lambda, il y a longtemps que l’urgence l’a pris.

FO Hebdo - Mai 2012

Plus de crise, plus de milliardaires?

PRESSE - COMMUNICATION

Voix de presse

 

Plus de crise, plus de milliardaires?

Le magazine américain Forbes a dévoilé, le 8 mars, le classement annuel des plus grosses fortunes mondiales, qui, comme chaque année, a été abondamment commenté.

Le Télégramme de Brest

Plus ça va pas et plus ils sont nombreux: « Ils sont ainsi 1226 cette année à appartenir à ce cercle de moins en moins fermé: il y a vingt-cinq ans, lorsque Forbes a établi ce palmarès pour la première fois, ils n'étaient en effet que 140. Parmices 1226 milliardaires, on ne retrouve que 104 femmes ». Pour un classement publié à la date même de la Journée de la femme...

L’Expansion

Mais de quoi se plaint-on? Une Française, Liliane Bettencourt, « l'héritière de L’Oréal, monte sur la deuxième marche du podium des femmes les plus riches du monde ». Et un Français est classé première fortune européenne: « Première fortune française avec 41 milliards de dollars, le patron de LVMH est aussi le premier Européen du palmarès. En plus du groupe de luxe dont il est partiellement propriétaire, il détient une participation dans Carrefour. »

Ouest-France

En France on n'a pas d'argent mais on a des milliardaires, par exemple: « François Pinault, propriétaire du Stade Rennais et patron de PPR (la FNAC, Conforama, Printemps, etc.) est classé 59e plus grosse fortune avec 13 milliards de dollars. En 2010, il était classé 77e avec une fortune estimée à 8,7 milliards de dollars. Il fait donc un bond de 18 places en deux ans.,
Superbe...

Les Échos

En Australie, le gouvernement, lui, n'est pas trop à l'aise: « Dans une tribune virulente publiée par le prestigieux magazine mensuel The Monthly, le ministre travailliste s'en prend à trois milliardaires du pays en les accusant de vouloir façonner l'avenir de l'Australie pour satisfaire leurs propres intérêts ».

Le Figaro

Sans limites? « Trois milliardaires sont actuellement en compétition pour atteindre le point le plus profond de l'océan. Pour l'instant, le cinéaste James Cameron (serait sur le point de dépasser le projet de Richard Branson pour être le premier à battre le record de profondeur, à 11 000 mètres au fond de la fosse des Mariannes ». Parallèlement, l'économie plonge aussi.

Le Parisien

« Le chômage a atteint un nouveau niveau record en janvier dans la zone euro. » Le ralentissement économique et les mesures d'austérité budgétaire ont frappé le marché de l'emploi plus que prévu », a commenté Klaus Baader, analyste pour la Société générale. Moins pessimiste, son confrère de Natixis, Peter Kaidusch, estime lui que la flambée du chômage est liée « en grande partie à l'hiver particulièrement froid qui a sévi en Europe », Le Général Hiver ou le Général austère?

 

FO Hebdo - Mars 2012

Voix de presse - Europe

PRESSE - COMMUNICATION

Voix de presse

 

Europe: colères contre les austères

 

La volonté de plusieurs gouvernements européens d,imposer l,austérité a provoqué dans les pays concernés de nombreuses manifestations, dont les médias français se sont fait l,écho.

 


 

L'Est Républicain:

"Du jamais vu depuis1926! Une grève historique des salariés du secteur public a paralysé, le Royaume-Unis! pour protester contre la réforme des retraites. "Les gens sont dégoûtés par ce qui sepasse", explique Robert Harneis, journaliste britannique travaillant France pour des journaux anglais: "Les banquiers sont à l'origine de la crise  financière et on fait payer I'addition aux salaries. Les gens n'acceptent plus ces injustices". Et le montrent!

Le parisien :

"Des dizaines de milliers de Belges ont manifesté dans le centre dedBruxelles contre les mesures d'austèrité que compte prendre le nouveau gouvernement pour maîtriser les finances publiques. participaient au défilé des métallurgistes, des fonctionnaires, des
employés du secteur de la bière et du BTP ainsi que des enseignants. Les autorités belges estiment qu'il faudra économiser 11,3 milliards l'an prochain pour pouvoir ramener le déficit budgétaire sous la barre des 3% du PlB comme le demande I'Union européenne. Bruxelles contre Bruxelles?

Le Monde :

"Succes de la manifestation organisée vendredi 2 décembre, à Bruxelles par les puissants syndicats du pays: "Non à l'austerité aveugle" était le principal slogan des manifestants. Selon eux, le projet Di Rupo cible trop les revenus les plus faibles, ainsi que les chômeurs, et pas assez les responsables de la crise et les revenus les plus élevés., Comme ailleurs en Europe...

 

Le Télégramme de Brest :

"La manifestation belge se déroule au lendemain d'une grève générale en Grèce, deux jours après un mouvement social contre la réforme des retraites au Royaume-Uni et une semaine après des manifestations massives contre la rigueur au portugal. Les syndicats français appellent également à une journée nationale "contre l'austérité" le 13 décembre. L'Europe contre I'Europe?

 

Nice-Matin

Pour Philippe Askenazy, chroniqueur au Monde el "économiste atterré', présent aux Rencontres de Cannes, "cette politique d'austérité est purement idéologique. Elle obéit à une situation. Le FMl, la Banque centrale européenne, les institutions européennes mènent depuis plus de vingt temps une politique au but uniquement libéral. Et regardez ce qu'ont fait les gouvernements socialistes en Grèce ou en Espagne. Comme si I'on ne pouvait pas penser autrement. Mais les conséquences,de cette politique, ce sont les peuples qui les payent. Les problèmes qu'entraîne l'austérité sont bien plus importants que ceux de la crise de la dette".

 

FO Hebdo - Décembre 2011

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster