Le Télégramme

RETRAITE, LE PEU D’AVENIR DE LA FEMME

PRESSE - COMMUNICATION

Voix de presse

RETRAITE, LE PEU D’AVENIR DE LA FEMME

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a installé, le 27 février, la commission

chargée de réfléchir, d’ici au mois de juin, à l’élaboration d’une nouvelle réforme du système des retraites, alors que l’Insee vient de publier son bilan démographique 2012, révélant une baisse de l’espérance de vie des femmes. Peu avant la Journée de la femme…

La Gazette des communes
«Les femmes sont majoritaires parmi les allocataires du revenu de solidarité active (RSA), dont elles représentent 57% des bénéficiaires en 2010. Ces situations précaires, qui se pérennisent, accentuent les écarts entre les pensions de retraite des femmes et des hommes.»

Challenges
«Cinq femmes et cinq hommes qui ont une centaine de jours pour plancher sur l’avenir de notre système de retraites. Un scénario de téléréalité pour Arte? Non, la nouvelle commission installée mercredi 27 février par le Premier ministre pour formuler des pistes de réforme. La moitié sont des hauts fonctionnaires experts de la protection sociale.» La commission affiche sa parité, mais est-elle dans la réalité?

Le Figaro
Un député de la majorité présidentielle a «reconnu la semaine dernière, dans les couloirs de l’Assemblée, que la “biologie” incitait à “se poser la question de la durée de cotisation. Je vois des gens qui auront passé plus de temps en retraite que dans la vie active. C’est une situation qui ne peut pas perdurer”, ajoutait-il». Quant au ministre du Budget, il “a enfoncé le clou” (du cercueil?) le lendemain, «parlant même de “consensus”: “L’allongement de l’espérance de vie doit se partager entre temps travaillé et temps retraité.” Un député PS influent estime que la réforme des retraites, même si elle est “brutale”, pourrait néanmoins être approuvée sans trop de heurts». Dans la tombe, on ne vous entend pas crier.

Le Télégramme
«Le grand nombre de décès observé l’an dernier explique qu’en 2012 l’espérance de vie a stagné pour les hommes (78,4 ans) et même diminué de deux mois pour les femmes (84,8 ans). Comme avec la canicule en 2003, c’est un accident, pas une rupture de tendance, assure toutefois Pascale Breuil, chef de l’unité des études démographiques et sociales de l’Insee.» Il y en a quand même beaucoup qui sont au bord de la rupture.

Ouest-France
«En Bretagne, les femmes représentent 57% des personnes seules vivant sous le seuil de pauvreté et 84% des parents de familles monoparentales.» Et quand sonnera l’heure de la retraite?

Le Nouvel Observateur
«En 2008, la retraite moyenne mensuelle des femmes s’élevait à 833 euros (hors pensions de réversion versées aux veuves) contre 1.743 euros pour les hommes. Les femmes partent à la retraite en moyenne plus tard que les hommes (61,8 ans pour les femmes, contre 61,4 ans pour les hommes en 2009).» L’avenir ne s’annonce pas rose.

FO Hebdo - Mars 2013

FONCTION PUBLIQUE: LA DIAGONALE DU FLOU

PRESSE - COMMUNICATION

Voix de presse

FONCTION PUBLIQUE: LA DIAGONALE DU FLOU

Une baisse des effectifs dans la fonction publique, Éducation, Justice et Intérieur exceptés, serait envisagée par le nouveau gouvernement pour réduire les dépenses de l’État, si l’on en croit le quotidien Le Figaro du 21 juin, qui a déclenché une certaine cacophonie. Mélodie en sous-sol, ascenseur pour l’échafaud? En tout cas, la presse s’interroge.

Le Républicain Lorrain
D’autant que «le gouvernement a confirmé être en quête de 10 milliards d’euros pour ramener, comme promis, le déficit de 5,2% du produit intérieur brut (PIB) fin 2011 à 4,5% cette année».

Libération
Selon le numéro deux du nouveau parti majoritaire, «les départs à la retraite seront moins remplacés, hors ministères jugés prioritaires, sans qu’il y ait toutefois d’austérité. Ce qui ressemble à une vision de la «fonction publique à flou tendu». Et, maîtresse en la matière, «l’ex-ministre du Budget Valérie Pécresse s’est fait un plaisir de rebondir sur les informations du Figaro», en prévoyant «une politique d’une brutalité inouïe». Ce qui est brutal.

Le Télégramme
«Matignon dément. Les chiffres publiés jeudi par Le Figaro sur une baisse des effectifs de la fonction publique de 2,5% par an “ne sont pas ceux du gouvernement”, a indiqué Matignon. Des arbitrages sont encore attendus jusqu’à la fin du mois de juin.» Faut-il attendre que l’arbitre siffle?

Le Journal du Dimanche
Car «Michel Sapin s’est montré beaucoup moins catégorique jeudi matin sur Europe 1. “Je ne confirme pas point par point ces chiffres”, et ils “ne sont pas forcément justes point par point, c’est au gouvernement et aux ministres concernés de le dire dans les jours et les semaines qui viennent”, a ainsi répondu le ministre du Travail». Laissant aux autres le soin de faire le point.

Le Nouvel Observateur
«Interrogés dans Le Figaro, Matignon et le ministère du Budget contestent les chiffres de réduction des dépenses, mais pas totalement ceux des effectifs.» De la coupe aux lèvres, la voie est ardue.

Nord-Éclair
«Le Secrétaire général de FO Jean-Claude Mailly, très offensif sur la question du service public, a jugé le gouvernement “flou”. Comme disait la grand-mère de Martine Aubry “quand c’est flou, il y a un loup”, eh bien on va demander à lever le loup, a lancé M. Mailly.» Des fois qu’il s’agisse d’une coupe en diagonale...

Le Monde
«À la conférence sociale des 9 et 10 juillet, M. Mailly entend “redemander que, d’abord, il y ait un vrai débat sur l’avenir du service public dans notre pays, ce que le précédent gouvernement a refusé de faire”. “Qu’on nous explique s’il y a un arrêt de la Révision générale des politiques publiques” (RGPP).» Le flou, ça nécessite une mise au point.
FO Hebdo - Juin 2012
 

Une taxe peut en cacher d'autres...!

PRESSE - COMMUNICATION

Voix de presse

 

TVA, TTF :

Une taxe peut en cacher d'autres...

À la veille du passage à 7% de la TVA à 5,5%, le chef de l'Etat avait annoncé, le 31 décembre, le projet de TVA sociale, un des voeux du MEDEF, avant de lancer, le 6 janvier, celui d'une taxe sur les transactions financières [TTF), sorte de denier du culte financier, qui n'enchante pas le patronat. Les médias restent dubitatifs devant cette vague de taxes.


 

La Croix

"Nicolas Sarkozy a affirmé que « la France n'attendrait pas que tous les autres soient d'accord » pour mettre en oeuvre la taxe sur les transactions financières ». La position du cavalier seul était pourtant jusqu'ici décriée par le gouvernement.

Le Monde

Mais tout est bon pour afficher la posture du chevalier blanc puisque, entre autres, L'Angleterre, où la City a à y perdre, a été claire: « Le Premier ministre britannique, David Cameron, a réaffirmé dimanche son opposition à une taxe sur les transactions dans I'Union européenne, estimant qu'elle serait « néfaste pour toute l'Europe ». ll s'y opposera « à moins que le reste du monde décide en même temps d'une telle taxe ». Ce qui est actuellement impossible en raison de I'opposition des Etats-Unis et de la Chine ». lmpossible n'est pas français, surtout en matière électorale.

L’Union

Surtout les figures acrobatiques, genre volte-face: cette taxe, « Nicolas Sarkozy l'avait décriée en 1999 comme » « une absurdité », susceptible d'entraîner des « dizaines de milliers de chômeurs supplémentaires » en France ».

Le Télégramme

Et derrière le salto arrière, parallèlement, « le gouvernement accélère le pas sur son projet de TVA sociale, ardemment souhaitée par Nicolas Sarkozy, mais décriée par l’opposition et les syndicats ».

Le Nouvel Observateur

En suivant les traces du MEDEF, qui, « le 15 novembre dernier, a proposé une réforme pour améliorer la compétitivité de la France. Dans ce « Pacte fiscal et social », il plaide pour une baisse des charges sociales et pour une hausse des taux de TVA et de CSG ».

L’Usine Nouvelle

Pacte fiscal et social? Pas pour la plupart des organisations syndicales: « A la CGT, Eric Aubin réaffirme qu'elle va porter « atteinte au pouvoir d'achat des Français, réduire la consommation et surtout amplifier la crise ». Marcel Grignard, de la CFDT souligne qu’elle va frapper les salariés les plus modestes. »

20 Minutes

Tandis que pour le Secrétaire général de FO, « c'est un leurre, une erreur économique et un danger social. On veut donner à la TVA une connotation sociale, mais ce n'est pas son objet. C'est un impôt indirect des plus injuste ». Et en ce moment, ça taxe à tout-va.



Hebdo Force Ouvrière – Janvier 2012

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster