LES CHIFFRES CLES DE LA VIE QUOTIDIENNE

Ce qui change

Mercredi 15 avril 2015

Ce qui change

Chiffres 1- Depuis un décret du 5 avril, les adultes handicapés au chômage, dont le taux d’incapacité est compris entre 50 et 80 % et qui ne parviennent pas à trouver un emploi, pourront recevoir l’allocation adultes handicapés (AAH) durant 5 ans, au lieu de 2 précédemment.

- L’allocation de soutien familial (ASF) passe de 95 à 99,75 euros par mois et par enfant, elle vise à soutenir les familles monoparentales.

Ce qui change

Mercredi 1er avril 2015

Ce qui change

 

Chiffres 1

- L’allocation de soutien familial (ASF) aux parents isolés passe à 99,75 euros par mois à compter du 1er avril, soit 4,75 euros de plus.
Le complément familial, pour les familles nombreuses les plus modestes, passe
à 203,50 euros, soit 18,50 euros de plus.

- Le remboursement des lunettes par les mutuelles est plafonné à compter du 1er avril. Le remboursement de la monture n’excédera pas 150 euros tous les deux ans, sauf pour les moins de 18 ans.

http://www.force-ouvriere.fr

Ce qui change

Mardi 17 mars 2015

Ce qui change

Chiffres 1

- Il n’est plus nécessaire de se déplacer au bureau de tabac ou dans un centre des finances publiques pour obtenir les timbres fiscaux à coller sur sa demande de passeport. Il suffit d’acheter un timbre électronique, prenant la forme d’un code, à joindre à son dossier.

-  Les modalités de répartition des pensions de réversion versées aux enfants d’un fonctionnaire décédé sont mises en œuvre en cas de présence d’enfants issus d’unions différentes.

Documents joints chiffres 3151

Le chiffre de la semaine : 42 %

Mardi 10 mars 2015

Le chiffre de la semaine : 42 %

Chomage

C’était le taux de chômage des jeunes descendants d’immigrés africains (moins de 25 ans) en 2012, contre 22 % pour les descendants d’immigrés européens ou les « natifs » (les Français sans ascendance migratoire), selon un rapport sur les discriminations publié le 1er mars par France Stratégie.

Ce qui change

Mardi 10 mars 2015

Chiffres 1Ce qui change

- La Sécu ne rembourse plus cinq médicaments prescrits en cas d’arthrose du genou (Dolenio, Flexea, Osaflexan Structoflex et Voltaflex), utilisés par 1,5 million de Français.

- La taxe de séjour acquittée par les clients des hôtels parisiens augmente à compter du 1er mars et s’appliquera désormais aux meublés et aux chambres d’hôtes, y compris dans le cadre d’une réservation en ligne.

Fohebdo3150

Ce qui change

Mardi 24 février 2015

Ce qui change

La force des droitsÀ partir du 1er mars 2015, le consommateur sera mieux informé sur la garantie légale de conformité, valable deux ans et ouvrant droit à la réparation ou au remplacement du bien.

Durant les six premiers mois, c’est au fabricant de prouver un défaut d’utilisation pour refuser la réparation.

Le vendeur devra aussi indiquer durant combien de temps les pièces détachées des produits seront disponibles.

En savoir plus

+ 0,8 %

Lundi 19 Janvier 2015

Le chiffre de la semaine

+ 0,8 %

Smic 2C’est la revalorisation automatique du Smic au 1er janvier, le gouvernement n’ayant pas apporté de coup de pouce supplémentaire.

Le Smic horaire brut s’élève désormais à 9,61 euros, soit 8 centimes de plus. Le Smic mensuel passe de 1 445,38 à 1 457,52 euros, soit une augmentation de 12,14 euros.

http://www.force-ouvriere.fr

Le chiffre aujourd’hui : 136%

Lundi 29 décembre 2014

Autoroutes

Le chiffre aujourd’hui : 136%

Autoroute

« Autoroute-BarriereDePeage-ToulouseSud » par AlNoPhotographie personnelle. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons.

Le pourcentage de leurs bénéfices distribué aux actionnaires par les sociétés concessionnaires d’autoroutes (SCA) est passé de 56% entre 2003 et 2005 à 136% entre 2005 et 2013, la privatisation du secteur ayant été réalisée en 2006.

L’autorité de la concurrence, qui a exposé ces chiffres dans un avis publié en septembre dernier, s’est émue, ce qui n’est pas trop son genre, d’une « rentabilité nette exceptionnelle », comprise en 20 et 24 %.

Elle a noté aussi que pour 100 € de péages payés par l’usager, entre 20 et 24 € sont du bénéfice net pour ces SCA qui ne cessent d’augmentent les tarifs au-dessus du taux officiel d’inflation. Bref, ça gaze pour elles. Les usagers, eux, doivent se sentir quelque peu roulés.

http://www.force-ouvriere.fr

Le chiffre de la semaine

Jeudi 4 décembre 2014

Le chiffre de la semaine

84,2 %

CddC’est la part record d’embauches en CDD au second trimestre 2014, selon la Dares, dans les entreprises de plus de 10 salariés. Ces contrats sont essentiellement de moins d’un mois et tendent à se raccourcir.


Leur taxation est entrée en vigueur le 1er juillet 2013, sans effet dissuasif à ce jour.

PANNE GÉNÉRALE DES SALAIRES EN FRANCE

Feuille de paie

PANNE GÉNÉRALE DES SALAIRES EN FRANCE

La dernière étude de l’INSEE concernant les salaires 2011 montre des rémunérations en berne dans la plupart des secteurs d’activité, dans le public comme dans le privé. Les salariés continuent de payer la crise financière de 2007.

L’INSEE a publié le 31 octobre dernier son étude annuelle sur les salaires des français en 2011. Les salaires ont stagné dans le privé et régressé dans la fonction publique. Une hausse minime de 0,2% pour les salariés du privé et d’entreprises publiques tandis que les fonctionnaires, à la suite du gel du point d’indice en 2010, ont vu leur rémunération régresser (entre -0,1% et -0,8%).

L’analyse de l’INSEE montre donc que pour la deuxième année consécutive, les salaires sont les premières victimes de la crise. Alors que dans le privé ils avaient progressé de 1,2% en 2009, la hausse n’aura été que de 0,5% en 2010 ,puis de 0,2% en 2011. C’est la forte augmentation de l’inflation (2,1%) qui, en 2011, a absorbé l’essentiel des éventuelles hausses de salaires. Le salaire moyen mensuel dans le privé était ainsi de 2 130 euros net en 2011, mais cache toujours d’importantes disparités: 1.554 euros net pour un employé, 1 635 euros pour un ouvrier, 2 182 euros pour les professions intermédiaires et 3 988 euros chez les cadres.

LA FAUSSE AUGMENTATION DES SALAIRES OUVRIERS

Mais même lorsque les statistiques indiquent une augmentation, celle-ci peut traduire une détérioration de la situation. C’est le cas pour les ouvriers notamment: sur le papier la moyenne de leurs salaires a augmenté de 2,1% en 2011. Or dans le secteur de la construction comme dans l’industrie, l’emploi décline. Cette augmentation masque donc les importantes pertes d’emplois qui ont particulièrement touché en 2011 les ouvriers les moins qualifiés et donc généralement les moins rémunérés. C’est parce que les entreprises se sont séparées de leurs salariés les moins bien payés que la rémunération moyenne fait apparaître une augmentation… et non parce que les ouvriers seraient individuellement mieux payés.

Dans le privé, les cadres connaissent une baisse de leur rémunération de 1,5% en 2011. Celle-ci intervient après une hausse de 1% en 2010, mais deux baisses consécutives en 2008 et 2009. Cette évolution, qualifiée de cyclique par l’INSEE s’explique selon l’institut par la forte part variable de la rémunération de ces salariés, qui est mécaniquement impactée en période de crise.

LES SALAIRES DU SECTEUR PUBLIC À LA PEINE

La Fédération générale des Fonctionnaires FO rappelle que dans la fonction publique entre 2000 et 2012, la valeur du point d’indice n’a progressé que de 8,7% contre une hausse de l’inflation de 25%... Soit une perte du pouvoir d’achat cumulée de 16%. Chez les fonctionnaires, c’est en fonction du type de fonction publique (d’État, territoriale ou hospitalière) que l’évolution des rémunérations varie. Dans la fonction publique d’État (enseignants, policiers, magistrats…), elle s’établissait à 2 430 euros net contre 2 210 euros dans le secteur hospitalier et 1 820 euros dans la fonction publique territoriale (personnels techniques des établissements scolaires, salariés de collectivités territoriales…). Les disparités restent importantes entre les trois fonctions publiques, mais de plus s’accentuent. En effet, c’est la fonction publique territoriale qui compte le plus grand nombre de fonctionnaires de catégorie C et qui subit les plus importantes baisses de rémunération: -0,8%.À l’inverse, la fonction publique d’État, qui compte 60% de fonctionnaires en catégorie A, n’a vu ses salaires moyens baisser «que» de 0,1%.

Ces statistiques de l’INSEE portent sur 2011.

Depuis aucune évolution de la politique économique n’a eu lieu, le gel du point d’indice des fonctionnaires a été maintenu jusqu’en 2014 et l’austérité s’aggrave. Quand les salariés cesseront-ils de payer pour rembourser une crise financière qui n’était pas la leur?

FO Hebdo - Novembre 2013

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster