MATIGNON

ÉDITORIAL DE JEAN-CLAUDE MAILLY DATÉ DU JEUDI 31 MAI 2012

L'Éditorial de Jean-Claude Mailly

FO REÇUE À MATIGNON

Comme annoncé, nous avons eu une première rencontre dite bilatérale avec le Premier ministre, accompagné de quatre ministres (Travail, Affaires sociales, Réforme de l’État, Décentralisation et Fonction publique, Redressement productif).

Cette première rencontre relève de ce que l’on peut appeler un dialogue social normal.

Le Premier ministre a précisé que le respect des interlocuteurs sociaux était essentiel, qu’il s’agisse de négociation ou de concertation.

Pour le premier rendez-vous, le Premier ministre et les ministres présents ont surtout été à l’écoute.

Nous sommes intervenus sur trois axes:

- Le premier sur la méthode. Nous avons indiqué que nous n’étions pas pour une modification de la Constitution en matière de démocratie sociale, qu’il ne saurait y avoir d’accord de méthode signé comme de calendrier fermé, qu’il fallait garder de la souplesse, que nous étions demandeurs, en matière de négociation, d’un rétablissement du principe de faveur ou de la hiérarchie des normes et que nous saisirions le ministre du Travail sur la représentativité à la suite de notre plainte au BIT.

- Le second portant sur deux dossiers d’actualité: le SMIC et le décret sur les retraites, sur lesquels nous avons rappelé nos positions. Au passage j’ai pu noter, sur les retraites, que la position de Force Ouvrière sur les périodes de validation conduisait même la CFDT à dire qu’il fallait intégrer le chômage! Ce qui auparavant ne leur était pas venu à l’esprit.

- Le troisième point concernant les thèmes de la conférence sociale de début juillet. Nous avons explicité nos positions sur l’emploi et le chômage (y compris la stratégie industrielle), le service public républicain, le pouvoir d’achat et la réforme fiscale, le financement de la protection sociale collective.

Au final, une première réunion que l’on peut qualifier d’attentive et «normale». Attendons maintenant les actes.

Une réunion «multilatérale» aura lieu le 5 juin. Nous avons déjà la certitude qu’il n’y aura pas d’accord de méthode signé.

D’ici là, nous rencontrerons officiellement plusieurs ministres.

Et comme nous l’avons dit publiquement, ce qui sera aussi déterminant c’est ce qui se passera au niveau européen: renégociation ou pas des traités? Là aussi, nous avons fait connaître nos positions.

 http://www.force-ouvriere.fr

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster