mesures de rigueur

IBÈRES CONTRE AUSTÈRES

PRESSE - COMMUNICATION

Voix de presse

IBÈRES CONTRE AUSTÈRES


Au Portugal et en Espagne, les manifestations se poursuivent contre les politiques gouvernementales d’austérité particulièrement drastiques.

Le Figaro
«Les mesures de rigueur suscitent des protestations massives dans la péninsule ibérique.» Ainsi, en «Espagne et au Portugal, des milliers de manifestants se sont rassemblés samedi soir (29 septembre) pour dénoncer les coupes budgétaires». Au Portugal, à Lisbonne, «une marée humaine a envahi la place Terreiro do Paço. Les organisateurs ont dénoncé «le vol des salaires, des retraites et les réformes». Le leader de la CGTP, la première centrale du pays, a annoncé «une grande grève générale avant la fin de l’année», tandis qu’en Espagne, les grands syndicats espagnols, UGT et CCOO, «envisagent à présent une journée de grève générale pour le 14 novembre, qui pourrait coïncider avec une action semblable au Portugal».

20 minutes
«Dans le cortège aussi, des jeunes avec une pancarte “J’ai un emploi poubelle”: ils sont parmi les premières victimes de la crise, avec un chômage à plus de 53% chez les moins de 25 ans. “La situation des jeunes en Espagne est terrible, pour une seule raison: ici, il n’y a aucun avenir pour nous, nous sommes obligés d’émigrer, de quitter l’Espagne pour trouver du travail”, explique Alex Martin, 27 ans, responsable de la jeunesse du syndicat UGT.»

Le Parisien
Du travail autre que le plus vieux métier du monde. Pourtant, il existe des cours de formation professionnelle à la prostitution: «Alors que le pays affiche 25% de chômage, ces formations d’un genre nouveau apparaissent, avec à la clé de l’argent facile et immédiat. Pour 100 euros, hommes et femmes reçoivent deux heures par jour de cours théoriques et pratiques pendant une semaine par des professionnels. Seuls prérequis: être majeur, ne pas être timide et avoir une bonne prestance. Dans ce cas, l’affiche promet “une insertion immédiate”.»

Le Nouvel Observateur
Les grandes sociétés espagnoles sont, elles, déjà à l’étranger: «En 2010, 30 des 35 sociétés de l’indice phare de la Bourse de Madrid avaient des filiales dans des pays considérés comme des paradis fiscaux, selon le dernier rapport de l’Observatoire sur la responsabilité sociétale des entreprises.» Le courant des «eaux glacées du calcul égoïste» mène à des destinations exotiques... Bref, «l’optimisation fiscale des entreprises plombe le budget». Pourtant «les grandes entreprises paient de moins en moins d’impôts. Leurs bénéfices n’ont pas diminué au même rythme que leurs contributions fiscales», constate Carlos Cruzado, président du syndicat GESTHA du Trésor espagnol. Résultat, selon les chiffres 2011 du fisc espagnol, «les sociétés paient proportionnellement moins d’impôts en Espagne que les particuliers, soit 11,6% du total de leurs bénéfices contre 12,4% pour les ménages». Le soleil de plomb ne brille pas de la même façon pour tout le monde.

FO Hebdo - Octobre 2012

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster