OIT

La FEC FO saisit l’OIT

Jeudi 24 juillet 2014

La FEC FO saisit l’OIT


La Fédération des Employés et Cadres FO a saisi aujourd’hui le Bureau International du Travail d’une réclamation contre l’Etat français au titre de ses manquements à la Convention 106 de l’Organisation Internationale du Travail relative au repos hebdomadaire dans les commerces et bureaux.

Cette réclamation s’inscrit dans la continuité des démarches de la CGT-FO en vue d’obtenir de la France le respect de ses engagements ; les observations adressées à celle-ci par la Commission d’Experts auprès de l’OIT étant demeurées vaines.


A l’appui de sa réclamation, la FEC FO a fait état de violations directes de la Convention par la mise en œuvre de régimes spéciaux pour les secteurs de l’ameublement (amendement Debré), du bricolage (décret SAPIN) et également à la suite de l’adoption de la Loi du 10 août 2009 (loi Mallié) qui permet aujourd’hui à toutes sortes de commerces de faire travailler ses salariés le dimanche en dehors de toute nécessité au détriment du droit des salariés à disposer d’une journée de repos commun au reste de la société.

"Quelle vie privée, quelle vie de famille lorsque, à terme, l’un des parents travaillera le samedi, l’autre le dimanche et auront des jours de repos hebdomadaires différents, alors que, justement, notre société souffre déjà d’une déstructuration des liens familiaux ?" question posée, en 2008, à Richard Mallié par Jean Claude Mailly.
La FEC FO dénonce également l’octroi régulier de dérogations abusives par l’administration d’Etat ainsi que le caractère insatisfaisant de la réglementation interne en cas de violation des règles aboutissant à rendre totalement illusoire le principe du repos dominical, et ce notamment du fait de la jurisprudence récente du Conseil Constitutionnel ayant mis un terme au caractère suspensif des recours contre ces dérogations.

Comme la Commission d’Experts Internationaux de l’OIT, la FEC FO constate également l’extension progressive et constante du champ des régimes spéciaux qui affecte de plus en plus de salariés au nom du principe d’égalité qui n’est pas appliqué comme un principe tendant vers une amélioration de la norme sociale, mais plutôt au détriment des droits des salariés.

Dans un contexte économique difficile, la puissance économique permet aujourd’hui de sacrifier les droits des salariés obtenus après une lutte syndicale importante depuis de très nombreuses années et dont la FEC FO a fait l’un de ses combats depuis son origine. Combats partagés avec sa Confédération, depuis toujours, et en particulier avec Léon JOUHAUX – Secrétaire Général de 1909 à 1947, cofondateur du BIT, qui portait la revendication de la semaine anglaise (2 jours de repos consécutif dont le dimanche).

Paris, le 24 juillet 2014

Fec fo 2

LE NOMBRE DE CHÔMEURS DANS LE MONDE BAT TOUS LES RECORDS

OIT

LE NOMBRE DE CHÔMEURS DANS LE MONDE BAT TOUS LES RECORDS

L’Organisation internationale du travail appelle les gouvernements à «augmenter le revenu disponible et alimenter une consommation plus soutenue».

Jamais le nombre de chômeurs dans le monde n’a été aussi élevé et cela ne fera qu’empirer si les politiques économiques ne changent pas, alerte l’OIT (Organisation internationale du travail) dans son rapport annuel sur les tendances mondiales de l’emploi publié le 22 janvier. Le chômage mondial va dépasser le seuil des 202 millions de personnes en 2013 et battre ainsi le record enregistré en 2009 de 199 millions de chômeurs. On compte aujourd’hui 28 millions de demandeurs d’emploi de plus qu’en 2007, au moment du déclenchement de la crise, et la moitié de ces 28 millions se trouve dans les pays les plus développés. Mais si l’épicentre de la crise se situe dans les économies avancées, celle-ci s’étend maintenant aux pays en voie de développement, souligne l’OIT, y compromettant l’émergence d’une classe moyenne de travailleurs apte à la consommation. La croissance s’est ainsi brutalement ralentie en Chine et en Inde. Sur les quatre millions de personnes qui ont perdu leur emploi en 2012, un quart se trouvait dans les économies avancées et trois quarts dans les autres régions, avec des effets visibles en Asie de l’Est, Asie du Sud et Afrique subsaharienne.

Et si de nombreux commentateurs s’attendent à un redémarrage de l’économie mondiale, insiste l’OIT, la croissance attendue ne sera pas suffisante pour faire rapidement baisser le chômage, d’autant qu’«après une crise bancaire, davantage d’emplois sont détruits et moins de postes créés parce que les mauvais placements d’avant la crise nécessitent du temps pour être corrigés».

«LE PROBLÈME EST PARTICULIÈREMENT GRAVE DANS L’UNION EUROPÉENNE»

La jeunesse est particulièrement affectée par la crise, confirme le rapport. Actuellement, 73,8 millions de jeunes sont demandeurs d’emploi et beaucoup d’entre eux connaissent le chômage de longue durée dès leur arrivée sur le marché du travail, ce qui ne s’était encore jamais produit, pas même lors des précédentes récessions. Aujourd’hui 35% des jeunes chômeurs n’ont pas d’emploi depuis six mois au moins dans les économies développées, contre 28,5% en 2007.

La pauvreté parmi les salariés diminue beaucoup plus lentement qu’avant la crise. Environ 397 millions de travailleurs en activité vivent aujourd’hui dans l’extrême pauvreté et 472 autres millions ne peuvent pas satisfaire régulièrement leurs besoins fondamentaux.

Le verdict de l’OIT est sans appel: «Affaibli par une consommation qui s’essouffle, le marché du travail a de nouveau été frappé par les programmes d’austérité budgétaire dans plusieurs pays, qui ont souvent entraîné des réductions directes en matière d’emploi et de salaires, avec un impact immédiat sur le marché du travail [...]. Le problème est particulièrement grave dans les économies avancées et l’Union européenne.»

L’OIT appelle donc les responsables politiques à «proposer des plans stratégiques plus cohérents et plus prévisibles; des mesures pour augmenter le revenu disponible et alimenter une consommation plus soutenue; la mise en œuvre rapide des réformes financières pour restaurer le secteur bancaire dans ses fonctions premières de soutien à l’investissement et de distribution du crédit, en particulier aux PME qui sont les principaux pourvoyeurs d’emplois». Enfin, l’OIT prône une restructuration de la dette pour les pays les plus affectés par la crise.

FO Hebdo - Février 2013

fo-sante-chauny-oit.gif

 

LA CONVENTION 189 DE L'OIT SUR LE TRAVAIL DOMESTIQUE ENTRE EN VIGUEUR

INTERNATIONAL - EUROPE

La lettre électronique @ ctualités Europe – International n°4

LA CONVENTION 189 DE L'OIT SUR LE TRAVAIL DOMESTIQUE ENTRE EN VIGUEUR

Votée en 2011 à l'OIT, la convention 189 avait été accueillie avec force démonstration de joie par les travailleurs domestiques présents en plénière mais nécessitait au moins deux ratifications pour pouvoir entrer en vigueur. C'est aujourd'hui chose faite puisque l'Uruguay, Maurice et les Philippines l'ont ratifiée. Elle est porteuse d'un grand espoir pour des milliers de travailleurs et travailleuses de ce secteur, particulièrement vulnérables.

La Confédération Syndicale Internationale a lancé une campagne d'envergure afin que l'année 2012 soit l'année des douze premières ratifications. Mais au-delà, c'est avant tout le besoin de faire entendre les revendications de ce secteur, largement dominé par l'informalité et allant jusqu'à des situations d'esclavagisme moderne, qui prime. Marqué par une forte composante féminine d'une part et par un pourcentage élevé de travailleurs/euses migrant(e)s, le travail domestique rassemble de nombreux critères de vulnérabilité qui ne touchent pas uniquement les pays en voie de développement.

Les pays industrialisés sont également touchés par de nombreux abus, plaçant ces travailleurs/euses dans la nécessité d'être entendus, mieux organisés afin que les syndicats puissent porter leurs revendications dans les négociations tripartites. Pour exemple, un amendement déposé cet été aux Etats-Unis prévoyait la prise en compte des heures supplémentaires et du travail de nuit des salariés du particulier employeur, amendement retoqué fin septembre, laissant dans le désarroi des milliers de salariés. En France, la difficulté réside aujourd'hui surtout dans la possibilité de contrôler le travail demandé à ces salariés, les particuliers étant employeurs. La difficulté commune aux syndicats du monde entier est d'avoir accès à ces salariés afin de leur faire connaître leurs droits et de les défendre dans les structures de négociation collective.

Cette nouvelle norme internationale donne donc un nouvel appui aux syndicats et aux travailleurs du secteur afin de mettre fin à des situations dramatiques et afin de revendiquer des droits essentiels.
lettre-numero-4-octobre-2012.jpg

http://www.force-ouvriere.fr

L'OIT s'inquiète du phénomène grandissant d' « abandon du marché du travail » par les jeunes (rapport 2012)

OITL'OIT s'inquiète du phénomène grandissant d' « abandon du marché du travail » par les jeunes (rapport 2012)




source : Agence de presse AEF.

L'OIT (Organisation internationale du travail), dans son édition 2012 du « Rapport sur les tendances mondiales de l'emploi des jeunes » publié mardi 22 mai 2012, s'inquiète de l'augmentation du nombre de jeunes sans emploi qui ont « renoncé au marché du travail » et ont « pratiquement cessé de chercher un emploi ». « Découragés par les taux de chômage élevés qui les affectent, de nombreux jeunes ont abandonné leur recherche d'emploi ou ont décidé de la remettre à plus tard, en rallongeant la durée de leurs études », souligne l'OIT, qui organise du 23 au 25 mai à Genève son Forum mondial sur l'emploi des jeunes. Selon l'organisation, « le taux de chômage des jeunes serait d'un point de pourcentage plus élevé s'il intégrait les nombreux jeunes gens qui ont renoncé au marché du travail » : il passerait de 12,6 % au niveau mondial en 2011 à 13,6 %.

« L'abandon du marché du travail provoqué par la crise économique concerne en effet 6,4 millions de jeunes et cela touche plus particulièrement les économies développées et l'Union européenne », ajoute l'OIT. Elle s'inquiète des effets à long terme de cette tendance : « La pression sur les jeunes demandeurs d'emploi va augmenter encore davantage lorsque ces jeunes, qui auront tardé à faire leur entrée sur le marché du travail, redeviendront actifs et recommenceront à chercher un emploi. »


JEUNES « NI AU TRAVAIL NI EN FORMATION »

« Particulièrement préoccupante » est la situation des jeunes qui ne sont « ni au travail ni en formation », poursuit l'OIT. « Cette catégorie a pris de l'ampleur depuis que la crise a éclaté, illustrant le détachement grandissant de la jeunesse vis-à-vis du marché du travail. » Ce groupe, qu'on appelle en anglais les « NEET » (pour « Not in education, employement or training », « ni à l'école, ni en emploi, ni en formation »), « constitue souvent au moins 10 % de la population des jeunes ». Ainsi dans l'Union européenne, 10,9 % des jeunes appartenaient à cette catégorie avant 2008, et ce taux a augmenté de 1,9 point par rapport à son niveau d'avant crise. Ce taux dépasse notamment les 15 % en Bulgarie, Espagne, Irlande, Italie, Lettonie et Roumanie.


Dans les économies développées, ces jeunes « ont tendance à avoir un faible niveau d'instruction, un faible revenu familial ou des origines immigrées », précise le rapport de l'OIT. Par contraste, « les jeunes gens qui reportent leur recherche d'emploi en se maintenant dans le système éducatif, ont tendance à avoir un niveau d'instruction initial plus élevé ».


POLITIQUES PRIORITAIRES

L'OIT comptabilise au total près de 75 millions de jeunes au chômage dans le monde en 2012, soit une augmentation de plus de quatre millions depuis 2007. Dans ce contexte, et alors que « les projections à moyen terme (2012-2016) indiquent peu d'amélioration pour les jeunes sur les marchés du travail », l'organisation internationale estime qu'il faut donner la priorité aux politiques d'emploi des jeunes. L'OITpréconise notamment des « politiques macroéconomiques et de croissance » afin de « contribuer à la création d'emplois », ainsi que des « mesures actives du marché du travail ». Notamment le développement de services publics de l'emploi, de subventions en faveur des salaires et de la formation, ou encore des réductions d'impôts, afin « d'inciter les employeurs à embaucher des jeunes et à remédier à l'excès d'offre de jeunes travailleurs en période de crise ».


Elle invite aussi les pays à développer des programmes visant à « compenser la disparité des compétences techniques chez les jeunes », comme les programmes de formation professionnelle, de réorientation des jeunes « découragés ou sans emploi », la formation sur le lieu de travail, l'amélioration des systèmes d'apprentissage ou encore la formation à l'entrepreneuriat. L'OIT recommande aussi le lancement de « partenariats de grand ampleur » en faveur de l'emploi des jeunes entre les gouvernements, les organisations syndicales et patronales.


L'édition 2012 du « Rapport sur les tendances mondiales de l'emploi des jeunes » est consultable sur le site de l'OIT




Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster