pacte budgétaire européen

JEAN-CLAUDE MAILLY :"LE DIALOGUE NORMAL NE SUFFIT PAS"

jc-ldialogue-social-ne-suffit-pas-le-monde.jpg JEAN-CLAUDE MAILLY :"LE DIALOGUE NORMAL NE SUFFIT PAS"


Jean-Claude Mailly demande au gouvernement de faire davantage pour le pouvoir d'achat.

« Le Monde » Que vous inspire la stagnation de l'économie française depuis trois trimestres ?

Nous sommes dans une situation de pré-récession, avec les conséquences que l'on sait en matière d'emploi. La politique menée au niveau européen enfonce l'économie dans la récession. Par exemple, si l'on fait le total des plans d'austérité menés dans les différents pays d'Europe, leur montant équivaut largement aux 120 milliards d'euros du plan de relance européen.

Vous n'êtes pas convaincu par le pacte budgétaire européen ?

Ce traité, par les contraintes qu'il impose et les sanctions automatiques qu'il prévoit, enfonce le clou de l'austérité. Nous allons nous adresser aux députés pour leur demander de ne pas le ratifier.

Vous portez ce message depuis longtemps. N'est-ce pas un constat d'échec pour le syndicalisme européen ?

C'est vrai, mais je ne dis pas que c'est un constat d'échec. Nous vivons une situation de crise inédite, et les choses ne sont pas faciles dans de nombreux pays. La Confédération européenne des syndicats (CES) a par ailleurs pris pour la première fois une position d'opposition par rapport au traité européen.

Comment jugez-vous les 100 premiers jours de François Hollande ?

Sur la méthode, c'est plus sain qu'auparavant. Nous avons un président qui préside et un gouvernement qui gouverne, qui prend ses responsabilités. Il y a une restauration d'un dialogue normal.
Mais cela ne suffit pas. Certes, dans le collectif budgétaire, il y a des mesures qui vont dans le bon sens, comme le rééquilibrage sur l'ISF, mais je crains que le projet de budget pour 2013 n'aille pas dans la même direction, avec notamment des réductions de la dépense publique.
Les lettres plafond prévoient des baisses d'effectifs dans de nombreux ministères. Le gouvernement s'est engagé à mener un audit de la Révision générale des politiques publiques [RGPP – non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite] mais, sans en attendre le résultat, il annonce des décisions.

Etes-vous prêt à accepter la stabilisation des effectifs dans la fonction publique contre une modération salariale ?

Non. Si, pour 2012, les jeux sont faits, avec un gel des rémunérations, nous attendons de voir pour 2013. Il y a une demande de pouvoir d'achat des fonctionnaires.

Les décisions sur le smic ou sur la création de 150 000 emplois d'avenir ne trouvent-elles pas grâce à vos yeux ?

Sur le smic, c'est insuffisant. Quant aux emplois d'avenir, je ne veux pas qu'ils servent de période d'essai pour une embauche de jeune, afin de vérifier son potentiel avant un recrutement, ce qui reviendrait à un contrat première embauche[CPE].
Il faut que, dès le départ, il y ait une formation avec ces contrats et qu'on ne les installe pas seulement pour dégonfler les statistiques du chômage. Pas question non plus qu'ils soient déversés dans l'administration alors que l'on va y supprimerdes postes.

Le principe des accords compétitivité-emploi, auquel vous êtes opposé, devrait être inclus dans la négociation en septembre. Qu'allez-vous faire ?

Tout dépend de ce qui prime dans le document d'orientation que prépare le gouvernement. A l'issue de la conférence sociale, le premier ministre avait dit que la négociation compétitivité-emploi était terminée. La feuille de route publiée juste après était plus ambiguë et nous est restée en travers de la gorge.
J'ai bien vu que Laurence Parisot [La présidente du Medef] avait menacé de ne pas négocier pour obtenir ce qu'elle souhaitait. Si le gouvernement lui donne satisfaction, je me poserai de mon côté la question de notre participation. Le salaire est la contrepartie de la vente de la force de travail ; je refuse qu'il fluctue en fonction de la situation de l'entreprise.

Comment éviter, alors, les plans sociaux qui se multiplient ?

J'en ai assez des donneurs de leçons, qui disent que, pour sortir de la crise, il faut plus de flexibilité. Cela n'a pas empêché la Grèce et l'Espagne d'entrer en récession. En France, il y a déjà de la flexibilité, y compris depuis les 35 heures.
Le gouverneur de la banque de France [Christian Noyer] qui vit dans les salons de la Banque centrale européenne et veut plus de flexibilité, ne doit pas se rendrecompte de ce que c'est que de vivre au smic.

Voyez-vous des mesures d'urgence qu'il faudrait prendre ?

D'abord, il faut soutenir la demande interne. Ensuite, la mise en place de la banque publique d'investissement est une urgence, car les TPE-PME rencontrent trop de difficultés pour emprunter. Il faut aussi aller vite, pour empêcher lesentreprises de fermer un site qu'elles pourraient revendre. Quant à l'allocation équivalent-retraite, elle doit être rétablie. Tout cela suppose de sortir des clous budgétaires, mais il faut savoir ce que l'on veut.

L'automne risque d'être fort peu propice à un mouvement d'ampleur...

Il est difficile de dire ce qui va se passer dans les prochaines semaines. Nous sommes dans une phase où nous attendons que les choses soient éclaircies. Nous allons aussi réaffirmer nos positions.


« Le Monde » Que vous inspire la stagnation de l'économie française depuis trois trimestres ?

Nous sommes dans une situation de pré-récession, avec les conséquences que l'on sait en matière d'emploi. La politique menée au niveau européen enfonce l'économie dans la récession. Par exemple, si l'on fait le total des plans d'austérité menés dans les différents pays d'Europe, leur montant équivaut largement aux 120 milliards d'euros du plan de relance européen.

Vous n'êtes pas convaincu par le pacte budgétaire européen ?

Ce traité, par les contraintes qu'il impose et les sanctions automatiques qu'il prévoit, enfonce le clou de l'austérité. Nous allons nous adresser aux députés pour leur demander de ne pas le ratifier.

Vous portez ce message depuis longtemps. N'est-ce pas un constat d'échec pour le syndicalisme européen ?

C'est vrai, mais je ne dis pas que c'est un constat d'échec. Nous vivons une situation de crise inédite, et les choses ne sont pas faciles dans de nombreux pays. La Confédération européenne des syndicats (CES) a par ailleurs pris pour la première fois une position d'opposition par rapport au traité européen.

Comment jugez-vous les 100 premiers jours de François Hollande ?

Sur la méthode, c'est plus sain qu'auparavant. Nous avons un président qui préside et un gouvernement qui gouverne, qui prend ses responsabilités. Il y a une restauration d'un dialogue normal.
Mais cela ne suffit pas. Certes, dans le collectif budgétaire, il y a des mesures qui vont dans le bon sens, comme le rééquilibrage sur l'ISF, mais je crains que le projet de budget pour 2013 n'aille pas dans la même direction, avec notamment des réductions de la dépense publique.
Les lettres plafond prévoient des baisses d'effectifs dans de nombreux ministères. Le gouvernement s'est engagé à mener un audit de la Révision générale des politiques publiques [RGPP – non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite] mais, sans en attendre le résultat, il annonce des décisions.

Etes-vous prêt à accepter la stabilisation des effectifs dans la fonction publique contre une modération salariale ?

Non. Si, pour 2012, les jeux sont faits, avec un gel des rémunérations, nous attendons de voir pour 2013. Il y a une demande de pouvoir d'achat des fonctionnaires.

Les décisions sur le smic ou sur la création de 150 000 emplois d'avenir ne trouvent-elles pas grâce à vos yeux ?

Sur le smic, c'est insuffisant. Quant aux emplois d'avenir, je ne veux pas qu'ils servent de période d'essai pour une embauche de jeune, afin de vérifier son potentiel avant un recrutement, ce qui reviendrait à un contrat première embauche[CPE].
Il faut que, dès le départ, il y ait une formation avec ces contrats et qu'on ne les installe pas seulement pour dégonfler les statistiques du chômage. Pas question non plus qu'ils soient déversés dans l'administration alors que l'on va y supprimerdes postes.

Le principe des accords compétitivité-emploi, auquel vous êtes opposé, devrait être inclus dans la négociation en septembre. Qu'allez-vous faire ?

Tout dépend de ce qui prime dans le document d'orientation que prépare le gouvernement. A l'issue de la conférence sociale, le premier ministre avait dit que la négociation compétitivité-emploi était terminée. La feuille de route publiée juste après était plus ambiguë et nous est restée en travers de la gorge.
J'ai bien vu que Laurence Parisot [La présidente du Medef] avait menacé de ne pas négocier pour obtenir ce qu'elle souhaitait. Si le gouvernement lui donne satisfaction, je me poserai de mon côté la question de notre participation. Le salaire est la contrepartie de la vente de la force de travail ; je refuse qu'il fluctue en fonction de la situation de l'entreprise.

Comment éviter, alors, les plans sociaux qui se multiplient ?

J'en ai assez des donneurs de leçons, qui disent que, pour sortir de la crise, il faut plus de flexibilité. Cela n'a pas empêché la Grèce et l'Espagne d'entrer en récession. En France, il y a déjà de la flexibilité, y compris depuis les 35 heures.
Le gouverneur de la banque de France [Christian Noyer] qui vit dans les salons de la Banque centrale européenne et veut plus de flexibilité, ne doit pas se rendrecompte de ce que c'est que de vivre au smic.

Voyez-vous des mesures d'urgence qu'il faudrait prendre ?

D'abord, il faut soutenir la demande interne. Ensuite, la mise en place de la banque publique d'investissement est une urgence, car les TPE-PME rencontrent trop de difficultés pour emprunter. Il faut aussi aller vite, pour empêcher lesentreprises de fermer un site qu'elles pourraient revendre. Quant à l'allocation équivalent-retraite, elle doit être rétablie. Tout cela suppose de sortir des clous budgétaires, mais il faut savoir ce que l'on veut.

L'automne risque d'être fort peu propice à un mouvement d'ampleur...

Il est difficile de dire ce qui va se passer dans les prochaines semaines. Nous sommes dans une phase où nous attendons que les choses soient éclaircies. Nous allons aussi réaffirmer nos positions.

Anne Eveno et Jean-Baptiste Chastand (Propos recueillis)

Voir l'article dans son contexte

Cliquer sur l'image ci-dessous

Le Monde

Le Portugal passe sous les fourches d'or

Voix de presse

 PRESSE - COMMUNICATION

Voix de presse

Le Portugal passe sous les fourches d'or


Le pacte budgétaire européen ou Traité de stabililé, de coordination et de gouvernance (TSCG) a été ratifié, vendredi 13 avril, par le Parlement portugais, qui a également avalisé le Mécanisme européen de stabilité (MES), fonds financier de soutien aux pays de la zone euro en difficulté.

LIBÉRATION

Il faut dire que le Portugal n’est guère en mesure de refuser après avoir « dû demanderer mai 2011, après la Grèce et l’Irlande, une aide exceptionnelle de l’UE et du FMI, en échange d’un prêt sur trois ans de 78 milliards d’euros, il s’est engagé à mettre en œuvre un vaste plan de réformes, marqué par une austérité sans précédent ».

Le Nouvel Observateur

« La mise en oeuvre de reformes dites « structurelles », notamment celles destinées à améliorer la compétitivité du marché du travail, a valu au Portugal des éloges de I'UE et du FMI », et un résultat immédiat : « Les mesures d'austérité ont en effet plongé le pays dans la récession et, selon les prévisions, l'économie portugaise devrait se contracter cette année de plus de 3% du PIB tandis que le chômage devrait dépasser le taux de 14%. »

Le Républicain Lorrain

Des recettes éprouvées en Grèce: « Le taux de chômage de la Grèce a atteint 21,8% en janvier,, a annoncé, le 12 avril, l'Autorité grecque des statistiques. « Quelque 345000 personnes ont perdu leur emploi entre janvier 2011 et janvier 2012, soit près de 1 000 par jour. » Et « la Grèce reste engluée dans la récession pour la cinquième année consécutive, une situation largement imputable à la cure d'austérité draconienne imposée en contrepartie des plans d'aide internationaux accordés au pays ».

La Nouvelle République

« Signé le 2 mars à Bruxelles par 25 pays membres de l'Union européenne, le pacte commencera à s'appliquer dès que douze Etats l'auront ratifié. Témoins de la controverse qu'il a suscitée, la Grande-Bretagne et la République tchèque ont choisi de rester en dehors, tandis que l'Irlande a décidé de le soumettre à un référendum. »

Le figaro

D'où un geste de Bruxelles: l’Irlande « devait rembourser 3,06 milliards d'euros à la fin mars. Mais elle a obtenu de l'Europe le report de cette échéance ». D'autant que « le pays est d'ailleurs retombé en récession: le PIB a reculé de 0,2% au quatrième trimestre après un troisième trimestre aussi dans le rouge. La dette du pays s'élève encore à 108% du PIB. Le taux de chômage affiche 15% de la population active ».

Le Point

« Le traité européen de discipline budgétaire ne va pas résoudre les problèmes, il va les amplifier » a déclaré, à Berlin, Michael Sommer, président de la confédération syndicale allemande (DGB), « en compagnie de dirigeants syndicaux de Belgique, Espagne, France, Grèce, Irlande, Italie, République tchèque et Suède ». lls ont « réclamé un pacte social et de croissance », car « le modèle social européen, élément identitaire indispensable de l'Union européenne, est de plus en plus vidé de sa substance,. Le poids d'une règle d'or gravée dans le marbre pourrait finir de l'écraser.

FO Hebdo – Avril 2012

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster