PSA

LA BANQUE DE PSA EST SAUVÉE, PAS L’EMPLOI

Automobile

LA BANQUE DE PSA EST SAUVÉE, PAS L’EMPLOI

Si le plan de sauvetage de la banque de PSA, BPF, a été rondement mené, le plan programmant 8.000 suppressions d’emplois et la fermeture du site d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) pose autrement plus de difficultés. BPF, spécialisée dans l’octroi de crédits automobiles, fait face à des difficultés de financement depuis l’abaissement de sa notation qui a suivi mécaniquement celle de sa maison mère. Elle a obtenu, le 24 octobre, une garantie de l’État de sept milliards d’euros sur trois ans. En contrepartie, le constructeur s’engage à ne pas distribuer de dividendes ni attribuer de stock-options durant ces trois ans. Le groupe va également ouvrir son conseil de surveillance à un administrateur indépendant, qui fera le lien avec l’État, et à un représentant des salariés. «C’est forcément un petit plus, un gage d’information et de transparence», estime Christian Lafaye, délégué central FO.

EN ORDRE DE MARCHE

Au cours de cette semaine marathon où se sont succédé un comité de groupe européen, un comité central d’entreprise et une réunion tripartite syndicats, direction, gouvernement, PSA a confirmé que la remplaçante de la Citroën C5, baptisée X8, sera bien assemblée à Rennes. «C’est forcément une bonne nouvelle, mais à côté de ça il ne faut pas oublier que l’on a rien de plus pour les trois ans à venir et que le plan de 1.400 suppressions d’emplois est toujours là», a commenté Nadine Cormier, déléguée FO sur le site rennais. De fait, le plan massue de 8.000 suppressions de postes est bel et bien là, malgré les appels appuyés du gouvernement pour en réduire l’ampleur. La réunion tripartite du 25 octobre n’a pas donné lieu au coup de rabot attendu, mais à l’identification de pistes telles que le retour dans le giron de PSA de postes actuellement sous-traités. Quels types de postes, combien? Ces questions seront abordées lors de tripartites locales, le 8 novembre à Rennes et le 9 à Aulnay. Concernant ce site employant 3.000 salariés et dont la fermeture est prévue en 2014, PSA a annoncé aux syndicats l’implantation de la société ID Logistics, qui devrait créer six cents postes, réservés aux salariés d’Aulnay. En tout état de cause, il n’y aura pas de licenciements secs, a assuré le patron de PSA, Philippe Varin, qui s’est engagé devant le gouvernement à ce qu’aucun salarié ne soit «laissé seul face à son problème d’emploi». Dans cet esprit, il a accepté de négocier, à partir du 7 novembre, un accord de méthode définissant les modalités du plan social. «Si rien n’est encore résolu sur l’emploi, résume Pierre Contesse, délégué central adjoint FO, le groupe est aujourd’hui en ordre de marche pour trouver des solutions d’urgence et sauver le soldat PSA.»
FO Hebdo - octotre 2012
 


LE RAPPORT QUI ACCABLE LA DIRECTION DE PSA

PRESSE - COMMUNICATION

LE RAPPORT QUI ACCABLE LA DIRECTION DE PSA

L’expert gouvernemental a identifié une succession «d’erreurs stratégiques depuis vingt ans», qui nécessite aujourd’hui un redressement d’urgence.

difficile-demoncratisation-arabe-imag.jpgDévoilé aux syndicats le 11 septembre, le rapport de M. Sartorius, l’expert gouvernemental chargé d’analyser la situation de PSA, conclut que le groupe «doit d’urgence redresser la situation». Estimant que «la nécessité d’un plan de réorganisation des activités industrielles et de réduction des effectifs n’est malheureusement pas contestable», M. Sartorius insiste pour que les mesures du plan soient «limitées strictement à ce qui est nécessaire au redressement de l’entreprise», et sans licenciements secs. Outre ce diagnostic, ce rapport a le mérite d’identifier les causes qui ont conduit le groupe à produire un plan programmant 8.000 suppressions d’emplois et la fermeture de l’usine d’Aulnay-sous-Bois. Une succession d’erreurs stratégiques depuis vingt ans: PSA est handicapé par sa position de constructeur généraliste, «pris en tenaille entre les voitures produites à bas coût en Europe centrale et orientale, d’un côté, et les constructeurs allemands premium» de l’autre, souligne le rapport. De plus, «PSA a choisi jusqu’à présent de préserver son indépendance» en privilégiant des partenariats ponctuels. Résultat, il «n’est plus que le huitième constructeur mondial». M. Sartorius pointe également du doigt le manque «d’ambition dans l’internationalisation du groupe», ce qui lui vaut d’être à la traîne en Chine, en Amérique latine et carrément absent d’Amérique du Nord. Autre critique de taille: la propension du groupe à privilégier versements de dividendes et rachats d’actions pour 6 milliards d’euros entre 1999 et 2011 plutôt que d’investir. Enfin, le rapport critique le choix qui l’a amené à décider la fermeture en 2014 de l’usine d’Aulnay en évacuant «rapidement la possibilité d’arrêter son usine de Madrid, qui souffre pourtant de nombreux défauts».

QUE LES GROS SALAIRES LÈVENT LE CAMP

«Ce rapport conclut que PSA est malade; il a posé le diagnostic, reste maintenant à s’entendre sur la thérapie», a réagi Christian Lafaye, délégué central FO chez PSA, précisant que «les grandes décisions» n’interviendront qu’après la remise du rapport d’expertise du cabinet Secafi, mandaté par le CCE. Des premières conclusions de nature économique sont attendues fin octobre, avant la publication du rapport final prévue fin novembre.

À la question pourquoi faire payer aux salariés les erreurs stratégiques des dirigeants? Christian Lafaye suggère notamment cette réponse: «Il y a dans le groupe 150 à 200 personnes qui touchent des salaires de l’ordre de 150.000 à 250.000 euros par an et qui remplissent les conditions pour partir à la retraite. Leur départ dégagerait une cinquantaine de millions d’euros, soit l’équivalent de 1.250 emplois d’ouvriers.» Le rapport Sartorius affirme que «toutes les pistes doivent être explorées». Pourquoi pas celle-ci?

FO Hebdo - Septembre 2012

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster