RÉCESSION

InFOeco n°67

InFOeco n°67 - 24 mai 2013

LA RÉCESSION POUR TOUS!

On ne peut pas dire que cela soit une surprise malgré tous les efforts de communication et les formules déployés pour nous assurer que la France pouvait sortir de l’ornière comme par magie et échapper au scénario noir.

Nous indiquions d’ailleurs dans le précédent info-éco consacré à la conjoncture (n° 63 du 6 mars 2013) ne pas voir comment l’économie française pourrait échapper à la récession dans les prochains mois. Cette analyse s’avérait -malheureusement- justifiée.

infoeco-67.jpg


CROISSANCE, CONSOMMATION ET POUVOIR D’ACHAT PRENNENT L’EAU

PRESSE - COMMUNICATION

Voix de presse

CROISSANCE, CONSOMMATION ET POUVOIR D’ACHAT PRENNENT L’EAU

La France est entrée officiellement en récession au premier trimestre 2013, ce qui signifie techniquement un recul du PIB pendant deux trimestres consécutifs, a annoncé l’Insee le 15 mai. L’Institut national de la statistique et des études économiques a également révélé que les chutes de la consommation et du pouvoir d’achat en 2012 étaient supérieures à ce qu’il avait évalué. L’état du navire a inquiété la presse.

Midi Libre
Avis de sale temps: «Aussi exécrables que cette météo de printemps. Les dernières statistiques économiques de la France traduisent une récession officielle et l’amorce d’une spirale déflationniste, situation aggravée par le patinage de la locomotive allemande. La “stagnation” officielle de l’économie française en 2012 ne faisait guère illusion. Désormais, c’est clair: la France est entrée dans sa deuxième récession depuis 2009.» L’horizon est bouché, gardons le cap.

L’Expansion
Même si on continue à prendre l’eau: «En fait, le défi de la France est moins cette récession conjoncturelle que sa stagnation structurelle depuis quelques années. La croissance nulle de 2012 prolonge en effet le quinquennat de Nicolas Sarkozy, au cours duquel le PIB n’aura quasiment pas progressé. Le plus gros danger de la récession actuelle, c’est qu’elle accélère la fermeture d’entreprises et accentue la désindustrialisation, en grande partie responsable de la perte de dynamisme du pays.» À force de supprimer des voiles et de créer des voies d’eau...

La Dépêche
«Selon l’Insee, pour la première fois depuis trente ans le pouvoir d’achat des ménages a reculé. Il s’est dégradé de 0,9% pour la seule année 2012. Les premières prévisions tablaient sur une baisse de 0,4%, mais la tendance s’est aggravée tout au long de l’année. Il s’agit de la plus forte baisse depuis 1984 (-1,1%), après une progression de 0,7% en 2011 et de 0,9% en 2010. La récession va enclencher une cascade dévastatrice pour le portefeuille des Français.» Bref, ils vont être à sec et ramer sur le sable.

Le Républicain Lorrain
«Et plus de la moitié des Français (58%) prévoient d’acheter encore moins dans les mois à venir, selon un sondage Mediaprism publié en avril par 60 millions de consommateurs. Les premiers postes sacrifiés seront les loisirs (66%), les vacances (63%). En revanche, la baisse des dépenses sur l’alimentation atteint ses limites si l’on compare les intentions en 2012 et 2013. On entre dans le dur des coupes dans le budget familial. Récession ou pas, il faut toujours payer la nourriture, le logement et l’énergie. Sans avoir toujours la garantie d’avoir, demain, un emploi.»

FO Hebdo - Mai 2013

Emploi

Emploi

LES «VIEILLES LUNES» DE L'ÉLYSÉE



En vue du sommet social du 18 janvier, l'exécutif réactive notamment l'idée d'une TVA sociale pour lutter contre le chômage. Quitte à enrayer un peu plus la machine économique qu'il est censé faire repartir.

 

La situation de l’emploi est on ne peut plus préoccupante. Selon les derniers chiffres officiels, les rangs des demandeurs d'emploi ont encore grossi en novembre 2011, avec 29.900 personnes de plus, sans aucune activité, et même 51.800 en comptabilisant celles ayant eu une activité réduite. Désormais, le nombre total de chômeurs s’établit à 4.244.800 dans l’Hexagone (4.510.500 en incluant les départements d'Outre-mer). Avec une croissance nulle attendue pour les 18 mois à venir, l’année 2012 pourrait être pire.

Face au dilemme, le pouvoir exécutif a promis de dévoiler des «mesures fortes» lors du «sommet social» qui devrait réunir patronat et syndicats le 18 janvier prochain à l’Elysée. Le gouvernement en a déjà avancé quelques-unes. Le ministre du Travail, Xavier Bertrand, a dit ainsi vouloir renforcer le chômage partiel, ce dispositif qui permet d'éviter les licenciements grâce à une allocation versée notamment par l'Etat. Le ministre veut le rendre «plus simple et plus rapide à déclencher». Mais cette mesure demande de «mettre de l'argent sur la table», a prévenu le leader de FO, Jean-Claude Mailly, avant de rappeler que l'Allemagne consacre «dix fois plus d'argent» que la France à ce type d’activité partielle.

L’autre solution envisagée par M. Bertrand est la mise en branle de pactes dits de «compétitivité-emploi» via des accords d’entreprise. Son idée est de permettre aux employeurs d'aménager le temps de travail ou la production en monnayant une garantie d’emploi à court terme. En gros, l’entreprise s’engage à maintenir le volume des effectifs pendant 2 ou 3 ans… en échange d’une réduction de la durée du travail et d’une baisse de salaire plus ou moins proportionnelle. Ce qui reviendrait à modifier un élément essentiel du contrat de travail. Inacceptable, pour FO, même au prétexte de la crise.

Lors de ses vœux à la Nation samedi, le président de la République a relancé de son côté la question de la «TVA sociale» censée lutter contre les délocalisations et dont le mécanisme consiste à «alléger les charges salariales et patronales pour les transférer sur la TVA, augmentée de plusieurs points». Pour FO, cette TVA est tout sauf «sociale ». Elle ne ferait que fragiliser la pérennité des ressources de la protection sociale collective. En substituant au salaire différé représenté par les cotisations un prélèvement fiscal sur la consommation, on grèverait surtout le pouvoir d’achat, donc la croissance et l’emploi. Autrement dit, le contraire des effets recherchés.

À cet égard, Jean-Claude Mailly a mis en garde l’exécutif contre la tentation de ressortir «les vieilles lunes d'avant crise», avant de souligner, «si la situation actuelle est due à la crise, elle l’est aussi à cause de la politique économique menée par le gouvernement qui a énormément réduit les recettes fiscales ces dernières années… quitte à se priver aujourd’hui des marges de manœuvre nécessaires». Et de l’inviter, «à renoncer à une politique d’austérité qui n’a fait qu’à aggraver la crise en plongeant le pays dans la récession».

http://www.force-ouvriere.fr

JEAN-CLAUDE MAILLY SUR BFMTV

 

Premier plan - mardi 27 décembre 2011

JEAN-CLAUDE MAILLY SUR BFMTV

Jean-Claude MaillyMardi 27 décembre à 8h30, Jean-Claude Mailly était l'invité de Christophe Jakubyszyn. Un face à face percutant en direct et en simultané sur RMC. 

 

Le Secrétaire général de FO est revenu sur les mesures que souhaite prendre le gouvernement lors du sommet pour l'emploi le 18 janvier.




Bourdin 2012 : Jean-Claude Mailly par BFMTV



L’Europe se dérègle d’or

PRESSE - COMMUNICATION

Voix de presse

 

L’Europe se dérègle d’or


Faute d’entente sur un traité, un « accord intergouvernemental », qui vise à la mise en place d’une « règle d’or » renforçant la discipline budgétaire dans les pays européens, a été signé vendredi 9 décembre, à Bruxelles, laissant perplexes bien des médias.

 

 

 

La Tribune

« Au terme de leur seizième sommet depuis le début de la crise fin 2009 et après plus de 10 heures d’intenses tractations, il se sont entendus sur ce nouveau « pacte », qui repose notamment sur un contrôle plus strict des budgets nationaux, ainsi que sur une réforme limitée du futur mécanisme européen de stabilité. »

Le Journal du Dimanche

La stabilité, c’est à voir et quant à la solidarité… au moment où « les chefs d’État interrompent leurs négociations sur la réforme de la zone euro « il y avait du sang sur le projet d’accord », s’amuse un diplomate européen. Le Premier ministre anglais, David Cameron, est en rupture avec ses partenaires ». Peut-être suit-il une autre règle, mais du même or…

L’Est Républicain

Car l’Europe file à l’anglaise », David Cameron étant « allé au clash pour défendre ses intérêts et surtout ceux de la City de Londres, refusant le contrôle européen sur les opérations financières ». On se défile aussi ailleurs : « Dans la foulée, on apprend que la Hongrie n’a pas souhaité s’associer, pour l’instant, au nouveau pacte de stabilité européen proposé par Paris et Berlin. La Suède et la République tchèque ont dit leur volonté de soumettre le projet à leur Parlement respectif ». Europe à 27 ?, ou « Europe à 17 ? Europe à 23 ? », ou…. Les rangs s’éclaircissent quand les bourses se dégarnissent.

L’Alsace

A moins que ce soit « une Europe à deux, voire trois vitesses »… « Une solution qui n’impliquerait pas tous les États membres de l’UE enverrait le message que l’Europe est divisée », a confié juste avant le sommet un responsable européen, s’exprimant sous couvert de l’anonymat. « Ce ne serait pas un bon signal », selon lui.

Le Parisien

De plus, tout le monde n’est pas convaincu par ce « Meccano qui doit sauver l’euro » : « cet accord (le troisième en un peu plus de quatre mois) suffira-t-il à éteindre l’incendie qui embrase l’Europe depuis le printemps 2010 ? ». D’autant qu’il constitue « un pari risqué à l’heure où la crise frappe déjà durement les Européens et où la récession menace ».

La Dépêche

D’où ce 13 décembre en France, où la « mobilisation vise à [interpeller] le gouvernement et les élus pour leur dire que l’austérité « n’est pas la solution à la crise » et que ces nouvelles mesures risquent « d’entraîner la récession », car elles « font porter les efforts aux salariés » en creusant les inégalités ». Une analyse partagée par près d’un Français sur deux (44%) selon un sondage Ipsos Logica réalisé début décembre ».



FO Hebdomadaire – Décembre 2011

PRESSE - COMMUNICATION - LA RIGUEUR ENTRAÎNE LA RÉCESSION ET LE CHÔMAGE

PRESSE - COMMUNICATION - VENDREDI 16 DÉCEMBRE 2011

Emission sur la Chaîne Parlementaire

«LA RIGUEUR ENTRAÎNE LA RÉCESSION ET LE CHÔMAGE»

Jean-Claude Mailly invité de l’émission «Pile et Face»

 

Jean-Claude Mailly était l’invité de l’émission «Pile et Face», animée par Jean Pierre Gratien, jeudi 15 décembre 2011 à 19h30 sur la Chaîne Parlementaire.

 

Le Face à Face de la semaine. Emission hebdomadaire présentée par Jean-Pierre Gratien

Projet contre projet, idée contre idée, deux invités confrontent leur point de vue et défendent leurs analyses sur un thème au coeur de l’actualité. Equilibre et équité obligent, les temps de parole sont rigoureusement décomptés dans ce débat tout en mesure et en pertinence orchestré par Jean-Pierre Gratien.


 
Invités:
Christian Jacob, député UMP de Seine-et-Marne.
Jean-Claude Mailly, Secrétaire Général de FO

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster