TPE

Élections TPE : la dernière ligne droite

Mardi 4 octobre 2016

Élections TPE

La dernière ligne droite

Ccn de fo 29 et 30 septembre 2016 paris

La campagne pour les élections dans les Très petites entreprises, qui se dérouleront dans deux mois, du 28 novembre au 12 décembre, a naturellement occupé une part importante des travaux du CCN.

En 2012, alors qu’à peine plus de 10 % des 4,5 millions de salariés concernés avaient voté, FO avait réalisé un score de 15,25 % des voix.

L’objectif est bien évidemment de faire encore mieux cette fois. « Nous sommes dans la dernière ligne droite », a souligné Jean-Claude Mailly, avant de rappeler les enjeux de ce scrutin en termes de représentativité.

Le résultat de cette élection déterminera le nombre de représentants de chaque organisation syndicale dans les commissions paritaires régionales interprofessionnelles pour les TPE (CPRI), créées par la loi Rebsamen, mais aussi le nombre de conseillers prud’homaux.

En outre, il pèsera sur le calcul de la représentativité des syndicats au niveau national pour le secteur privé.

Une campagne de proximité

À ce jour, 1,6 million de flyers ont déjà été envoyés dans les structures, a indiqué le secrétaire général qui visite régulièrement des TPE, y compris en province, dans le cadre de cette campagne. La confédération FO a également mis l’accent sur l’utilisation des réseaux sociaux et le site inFO-TPE.fr fonctionne à plein régime.

Plusieurs délégués au CCN ont également souligné l’importance de mener une campagne de proximité, sur le terrain, en utilisant au maximum le maillage des unions locales, mais aussi en multipliant des contacts directs et des discussions avec les salariés des TPE dans l’environnement immédiat et quotidien des militants.

De nombreux responsables de fédération ont assuré les unions départementales de leur soutien actif dans cette campagne.

Enfin, le combat mené contre la loi El Khomri peut être « très porteur » et permettre de progresser, a-t-il été relevé. 

Par Evelyne Salamero

Grande élection syndicale fin 2016

Vendredi 3 juillet 2015

Actualité

Grande élection syndicale fin 2016

Urne 1

 

En décembre 2016, les salariés des TPE seront appelés à voter à l’échelon régional pour le syndicat de leur choix.

Ce vote servira à déterminer le poids de chaque syndicat dans les commissions paritaires interprofessionnelles régionales dont la loi Rebsamen prévoit la mise en place en juillet 2017 et qui auront une mission de conseil, d’information et de médiation.

Les résultats de cette élection spécifique aux TPE seront agrégés à ceux des élections dans les entreprises de plus de 11 salariés pour déterminer, au niveau départemental, le nombre de conseillers prud’homaux pour chaque syndicat.

 

Banniere tpe

ÉLECTION TPE: FO TROISIÈME AVEC 15,25% DES VOIX

ÉLECTION TPE

FO TROISIÈME AVEC 15,25% DES VOIX

Lors de cette élection, marquée par des difficultés d’organisation, FO consolide sa troisième place dans le privé.

Au final, ce sont 478.866 salariés des TPE (Très petites entreprises) qui ont voté lors des élections syndicales organisées du 28 novembre au 12 décembre dernier. C’est à la fois peu et beaucoup. Peu si l’on se réfère au taux de participation qui s’élève à 10,38%, puisque ce scrutin concernait 4.614.653 salariés inscrits. Mais c’est aussi beaucoup parce que les salariés des TPE étaient appelés pour la première fois, à l’exception des élections prud’homales, à voter pour un syndicat.

UNE CAMPAGNE PEU RELAYÉE PAR LES POUVOIRS PUBLICS ET LES MÉDIAS

Ces entreprises de moins de onze salariés sont en effet dépourvues de représentation syndicale: ni délégué syndical, ni délégué du personnel, ni comité d’entreprise. Beaucoup aussi parce que ces élections n’avaient d’autre objet que d’évaluer la représentativité syndicale, sans apporter directement de représentation particulière des salariés concernés ni de droits nouveaux. Il s’agissait d’une élection sur sigle, les salariés étant invités par leur vote à indiquer quel syndicat avait, d’une manière générale, leur confiance ou leur préférence: une sorte de sondage grandeur nature. Beaucoup aussi car, à l’exception de deux courriers envoyés par l’Administration au domicile des salariés, les informant pour la première fois en septembre dernier de l’élection, puis en novembre pour leur adresser les bulletins de vote, l’information publique a été très limitée, tant de la part des pouvoirs publics que des médias, qui l’ont très peu évoquée: qui se souvient d’en avoir entendu parler autrement que par les bulletins et campagnes d’informations syndicales, dont les moyens ne sont évidemment pas comparables à ceux des campagnes électorales politiques? Beaucoup enfin au regard des difficultés d’organisation: courrier jamais arrivé ou arrivé tardivement dans certains cas, vote électronique difficile, voire impossible (le taux de vote électronique, censé faciliter la participation, a été réduit à 1,9%!).

Dans ce contexte, FO a toutes les raisons de se satisfaire du résultat: avec 15,25% des votants, «FO consolide nettement, en termes électoraux dans le privé, sa troisième place», s’est félicitée la Confédération dans un communiqué du 21 décembre. Et, en effet, si l’on se réfère aux dernières élections prud’homales (décembre 2008), qui concernaient l’ensemble du secteur privé, FO maintient son résultat (15,81%), tandis que la CGT passe de 33,98% à 29,54% et que la CFDT, qui rêvait d’arriver en tête, recule également, passant de 21,81% à 19,26%. Quant aux autres organisations syndicales, elles se trouvent nettement en dessous de 10% et même du seuil fatidique de 8% pour la représentativité interprofessionnelle, instituée par la loi d’août 2008, puisque l’UNSA obtient 7,37%, la CFTC 6,53% et l’Union syndicale solidaires (SUD) 4,75%, sans parler des candidatures souvent totalement méconnues qui ne dépassent pas les 2,4%.

Un autre motif de satisfaction pour FO, celle-ci arrive en seconde position dans plusieurs Régions: 19,23% en Région Limousin; 19,09% dans le Nord-Pas-de-Calais; 18,18% en Poitou-Charentes; 18% en Région Centre et en Région Picardie; 16,86% en Midi-Pyrénées; 16,8% en Languedoc-Roussillon; 16,64% en Région Provence-Alpes-Côte d’Azur. En Guadeloupe FO arrive également deuxième avec 25,92%.
FO Hebdo - Janvier 2013 TPE

 

Lire la suite

Perrin militant FO en campagne dans la rue

perrin-lettre.jpg

Perrin militant FO en campagne dans les magasins


perrin-militant-fo.jpg

ÉDITORIAL DE JEAN-CLAUDE MAILLY DATÉ DU MERCREDI 28 NOVEMBRE 2012

L'Éditorial de Jean-Claude Mailly

«UN VOTE IMPORTANT POUR LES SALARIÉS DES TPE»


Interview diffusée le 24 novembre sur France Inter dans le cadre d’Expression directe.

Dans quelques jours, plus de quatre millions et demi de salariés sont invités à voter pour un syndicat. Quatre millions et demi; c’est beaucoup. Qui est concerné?
J-C Mailly: Tous les salariés des très petites entreprises de moins de 11 salariés et qui ne bénéficient ni de délégués du personnel, ni de comité d’entreprise. Ce sont des salariés qu’on rencontre tous les jours: ils travaillent dans une boulangerie, une pharmacie, un cabinet d’avocats, un garage, ou sont cadres dans une société de services également. Si ce n’est déjà fait, ils vont tous recevoir dans leur boîte aux lettres le matériel pour pouvoir voter.

Et pourquoi ce scrutin est-il si important?
J-C Mailly: Parce que c’est ce qui va, d’une certaine manière, déterminer leurs droits. Nous considérons, à Force Ouvrière, qu’il y a des très petites entreprises, mais pas pour autant de très petits droits ou de très petites élections. Ceux qui sont appelés à voter entre le 28 novembre et le 12 décembre, par internet ou par correspondance, ne vont pas élire de délégués mais devoir choisir le syndicat qui les défendra le mieux. En votant pour Force Ouvrière, leurs droits seront mieux pris en considération, à la fois par les pouvoirs publics et par les employeurs.

Concrètement, qu’est-ce que le fait d’être représentés par un syndicat peut leur apporter à ces salariés?
J-C Mailly: Justement, quand on est salarié d’une TPE, on ne bénéficie pas obligatoirement d’une couverture complémentaire santé; on n’a pas toujours accès aux Chèques-Vacances ou aux titres-restaurants. Nous voudrions que ces salariés puissent, eux aussi, acquérir ces droits. Comment les acquérir? Par la négociation. Nous avons déjà sollicité les organisations d’employeurs au niveau national sur ces questions essentielles. Et c’est par la force qu’ils donnent aux syndicats en général, mais surtout à FO, qu’on sera en situation de peser dans les négociations. Je veux d’ailleurs indiquer que, d’ores et déjà, Force Ouvrière vient de signer avec une institution de prévoyance la mise en place d’une complémentaire santé pour tous les adhérents FO. En clair, tout adhérent FO ou adhérente FO qui n’a pas de complémentaire santé, ou qui a une mauvaise couverture, va avoir accès à un tarif intéressant pour lui et ses proches.

Tous les syndicats se présentent à cette élection?
J-C Mailly: Oui, car cette élection s’inscrit dans le calcul de représentativité pour permettre à ces salariés de s’exprimer. Pour FO, il s agit surtout que ces salariés puissent avoir de nouveaux droits. Il existe un deuxième point fort, c’est l’information. Quand on est salarié d’une TPE, on ne sait pas toujours où se renseigner pour connaître ses droits... Voilà pourquoi nous avons mis en place une plate-forme Internet –www.infotpe.fr– où ces salariés trouveront des informations sur leurs droits en fonction de leur branche professionnelle. Mais il est aussi possible de poser des questions, auxquelles nous répondons rapidement.

Comment êtes-vous sûr que ces propositions correspondent à l’attente de ces salariés?
J-C Mailly: Parce que, grâce à ce moyen et au réseau FO sur tout le territoire et toutes les professions, nous avons régulièrement des remontées du terrain. Au-delà, je me déplace fréquemment, au moins deux ou trois jours par semaine, à la rencontre des salariés de grandes entreprises, mais aussi de salariés de très petites entreprises. Et quand on discute avec eux, voire parfois avec des artisans, ils nous expliquent que beaucoup de salariés de TPE –dès qu’ils le peuvent– s’en vont travailler ailleurs parce qu’ils veulent avoir un meilleur salaire, une couverture santé ou un comité d’entreprise. Pour permettre à ces salariés de rester dans leur emploi s’ils le souhaitent ou dans l’entreprise en question, il est crucial qu’ils puissent avoir accès aux mêmes droits que ceux des grandes entreprises

On sait qu’il y a souvent beaucoup d’abstention lors des élections professionnelles, même lorsque le vote se déroule sur le lieu de travail, pensez-vous que ces salariés vont se déplacer?
J-C Mailly: En l’occurrence, il n’y a pas obligatoirement de déplacement puisqu’il s’agit d’un vote par Internet ou par correspondance une fois le matériel reçu dans leur boîte aux lettres, ce qui d’ailleurs n’est pas sans poser de problèmes. Je sais bien que ce n’est pas toujours facile, ne serait-ce que parce qu’il faut bien percevoir les enjeux d’un tel scrutin. Mais leur vote sera un vote important pour leur avenir. Et le fait de voter pour un syndicat qui négocie de manière permanente constitue une garantie pour eux.

http://www.force-ouvriere.fr

EMISSION DÉDIÉE AUX SALARIÉS DES TPE

Expressions directe Force Ouvrière

EMISSION DÉDIÉE AUX SALARIÉS DES TPE


Dans le cadre des émissions d’Expression directe, Jean-Claude Mailly, Secrétaire général de FO est passé sur France Inter le samedi 24 novembre 2012 à 19h55. Cette émission était dédiée aux salariés des TPE.

TPE: POUR FO IL N Y A PAS DE TRÈS PETITE ÉLECTION

Elections 2012 dans les TPE

logofgtatpe.jpg TPE: POUR FO IL N Y A PAS DE TRÈS PETITE ÉLECTION


Du 28 novembre au 12 décembre, les salariés des très petites entreprises (TPE) sont appelés pour la première fois à voter pour un syndicat.

La grande incertitude de cette élection sera bien sûr le taux de participation. 2012 et jusqu’à ces derniers jours, aura déjà été marquée par un contexte électoral chargé et très peu d’information publique sur ce dernier scrutin de l’année, qui concerne 4,6 millions de salariés, aura été faite.

Pour autant, FO, avec le slogan « il n’y a pas de très petite élection », n’a pas traité cette élection à la légère.

Une plateforme internet, dédiée aux TPE (www.info-tpe.fr), a été mise en place. Il s’agit à la fois d’un média d’informations syndicales qui couvre tous les secteurs d’activité où l’on trouve des TPE. Outre des infos au quotidien, le site est interactif et multimédia, afin de répondre efficacement aux questions que peuvent se poser les salariés sur leurs droits (code du travail, convention collective, mutuelle santé, titre restaurant, chèques vacances, …). Cette plateforme a vocation à durer au-delà de l’élection.

Les réseaux sociaux sont aussi utilisés (twitter, facebook, youtube) et des vidéos originales ont été créées.

FO a aussi décidé de créer un accès direct à une complémentaire santé pour celles ou ceux qui en sont démunis dans leur entreprise ou dans leur branche ou ne sont pas satisfaits de leur couverture actuelle (www.sante-fo.fr).

Enfin, bien sûr, depuis des semaines et particulièrement en ce moment, les syndicats, militants et adhérents ont été mobilisés sur tout le territoire pour aller à la rencontre des salariés des TPE, que l’on côtoie par ailleurs au quotidien (commerces de proximité, professions libérales, artisanat, services à la personne au domicile, garages auto, coiffure…) : plus de 2 millions de dépliants d’informations, magnets, badges consacrés aux élections TPE auront ainsi été distribués.

COMMUNIQUÉ DATÉ DU MARDI 27 NOVEMBRE 2012

Quand et comment voter ?

Du 28 novembre au 12 décembre 2012, par courrier ou par internet

INSCRIT POUR VOTER?

Du 28 novembre au 12 décembre 2012, par courrier ou par internet

tpe.jpg




Les apprentis votent aux élections TPE

LCampagne TPE FOes apprentis votent aux élections TPE

On compte aujourd’hui environ 430 000 apprentis (secteur agricole inclus) en CFA (Centres de formation des apprentis). Si les entreprises qui embauchent des apprentis ne sont pas seulement des TPE (Très petites entreprises), elles sont en proportion importante dans certains secteurs. Ainsi l’artisanat recourt à plus de 260 000 apprentis par an, le BTP à plus de 100 000, l’hôtellerie-restauration à près de 40 000, le commerce à environ 10 000.

Pour devenir apprenti, il faut avoir entre 16 et 25 ans. Mais l’apprenti ayant le statut de salarié dans l’entreprise où il travaille durant sa formation, il doit passer une visite médicale d’aptitude au métier concerné lors de son embauche.

La formation s’exerce en alternance entre le CFA, qui délivre une formation générale, technique et pratique, et l’entreprise, sous la responsabilité d’un maître d’apprentissage.

La première démarche, souvent une première difficulté selon le secteur choisi, consiste donc à trouver une entreprise d’accueil qui soit proche du lieu de domicile et du CFA, afin d’éviter des coûts prohibitifs pour l’apprenti (logement, transports).

La formation conduit à trois types de diplômes: ceux de l’enseignement secondaire tels que le CAP (certificat d’aptitude professionnelle –180 000 jeunes) ou le baccalauréat professionnel (68 000 jeunes); les diplômes de l’enseignement supérieur tels que le BTS (brevet de technicien supérieur –54 000 jeunes) ou le DUT (diplôme universitaire de technologie –13 000 jeunes), ou encore des diplômes d’ingénieur (14 000 jeunes) ou d’écoles supérieures de commerce; un titre à finalité professionnelle, enregistré au répertoire national des certifications professionnelles.

L’apprentissage est souvent considéré comme une bonne porte d’entrée des jeunes dans l’emploi. Le taux d’emploi des jeunes sortant de CAP et BEP est de près de 59%, de 75% pour les bac pro et équivalents, et de près de 80% pour les BTS, DUT et ingénieurs.

Quand et comment voter ?

Du 28 novembre au 12 décembre 2012, par courrier ou par internet

INSCRIT POUR VOTER?

Du 28 novembre au 12 décembre 2012, par courrier ou par internet

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster