vêtements

«REPENSER LES MODES D'HABILLEMENT ET INTERDIRE LES PRODUITS TOXIQUES»

Vincent Blanchez de l'Association FO des Consommateurs (AFOC)

«REPENSER LES MODES D'HABILLEMENT ET INTERDIRE LES PRODUITS TOXIQUES»

FO Hebdo: L’AFOC est engagée dans la lutte contre les dégâts sanitaires et environnementaux que provoque l’utilisation de substances chimiques toxiques dans les vêtements et le cuir. Que préconise l’association au niveau des pouvoirs publics?

Vincent Blanchez: Nous demandons un accroissement des contrôles aux frontières pour les produits en provenance de pays extérieurs à l’Union européenne, en donnant aux autorités de contrôle les moyens humains et matériels nécessaires à l’exercice de leurs missions. Nous souhaitons aussi une révision de la législation européenne REACH, afin d’abaisser les seuils de tolérance à la présence de substances chimiques nocives, voire les interdire, notamment les perturbateurs endocriniens qui sont les plus problématiques.

FO Hebdo: Est-il possible d’agir au niveau des entreprises?

Vincent Blanchez: Certaines marques, comme Benetton, Esprit, ou Levis, se sont engagées sur des échéanciers précis pour éliminer les produits incriminés ou pour interdire ou améliorer des pratiques toxiques comme le sablage de jeans, mais ces efforts sont insuffisants et limités au volontariat. Aussi faut-il inscrire ces initiatives dans des dispositifs de certification par une tierce partie indépendante. Il conviendrait aussi de rendre responsables les importateurs et les distributeurs du manquement des productions extra-européennes.

FO Hebdo: Quelles sont les recommandations de l’AFOC en direction des consommateurs?

Vincent Blanchez: Nous leur recommandons de laver systématiquement les vêtements neufs avant usage pour éviter les risques d’irritation liés aux résidus chimiques présents dans les textiles. En cas d’irritation ou de réaction allergique, il convient de se rapprocher de la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) et éventuellement du centre antipoison le plus proche du domicile. Il faut aussi adresser un courrier recommandé au magasin ou à la marque responsable de vos ennuis. Plus largement, il convient de repenser les modes d’habillement. Il s’agit de valoriser les filières textiles éthiques et sans produits chimiques, via des labels de qualité –tels que l’Ecolabel européen, Oeko-Tex ou Demeter– et de privilégier les circuits d’échange court. L’AFOC milite pour une relocalisation de la fabrication en France.

                                      FO Hebdo - Juin 2013

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster