ÉDITORIAL DE JEAN-CLAUDE MAILLY

L'Éditorial de Jean-Claude Mailly

DES REVENDICATIONS ET LES MOYENS DE LES RÉALISER

 

Notre XXIIe congrès confédéral, qui s’est tenu la semaine dernière à Montpellier, a été une réussite.

Réussite grâce au travail militant de toutes celles et ceux, de l’Hérault ou de Paris, qui ont préparé son organisation et assuré son bon déroulement pratique. Réussite par la présence de plus de 3 500 personnes, dont 2 700 camarades délégués mandatés par leurs syndicats.

Réussite par la richesse des interventions (plus de cent cinquante camarades de tous âges ou tous secteurs) et la qualité des travaux en commissions des résolutions puis en plénière.

Réussite enfin par l’ambiance fraternelle, la liberté, l’indépendance et la démocratie qui demeurent notre référence, notre marque de fabrique en quelque sorte. Les textes adoptés dressent la ligne de conduite de la Confédération et de ses instances pour les trois années à venir, jusqu’au prochain congrès. Ils confirment les valeurs de liberté, d’indépendance et de démocratie, et marquent notre attachement viscéral aux principes républicains et à leur respect. Ainsi, les trois piliers, pour FO, de la république sociale sont confirmés, ainsi que notre volonté de les défendre ardemment. Il s’agit des services publics, des régimes de protection sociale collective et de la hiérarchie des normes, c’est-à-dire en particulier l’existence de conventions collectives et de statuts nationaux.

Enfin, la résolution spécifique sur la syndicalisation et le développement marque à la fois la détermination des délégués et constitue une véritable boîte à outils, donc un programme de travail pour les instances confédérales. Ce à quoi nous allons nous atteler rapidement.

Dans la partie rapport d’activité, le congrès est bien entendu largement revenu sur la représentativité syndicale et le conflit relatif aux retraites. Alors que nous ne nous étions guère attardés sur les autres organisations syndicales lors de notre précédent congrès de 2007 à Lille, ce ne fut pas le cas à Montpellier vis-à-vis des organisations syndicales signataires de la position commune. Réaffirmant que nous ne confondions pas action commune et intersyndicale, FO entend bien développer le syndicalisme libre et indépendant, en disant les choses clairement, sans langue de bois. C’est aussi une de nos caractéristiques.

Il nous appartient maintenant, à toutes et à tous, de mettre en musique ce que nous avons décidé. Avoir de bonnes revendications et se donner les moyens de les réaliser par le développement et la syndicalisation. Tels sont notre ligne de conduite et notre programme.
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster