FORCE OUVRIÈRE SERA DANS L’ACTION COMMUNE POUR LE RETRAIT

  FORCE OUVRIÈRE SERA DANS L’ACTION COMMUNE POUR LE RETRAIT

 

Tout le monde reconnaît que la manifestation nationale Force Ouvrière du 15 juin à Paris était réussie.Les manifestant(e)s ont marqué leur unité et leur détermination pour obtenir le retrait du projet gouvernemental en matière de retraites.


Dans la foulée, la journée du 24 juin a montré une mobilisation en hausse, elle était elle aussi réussie. Pour autant, le gouvernement n’entend pas retirer son projet. La seule ouverture qu’il fait c’est à la marge. Or quand un vêtement ne convient pas du tout, changer un ou deux boutons ne règle rien. À partir du moment où c’est la logique et le fond de la «réforme» qui sont inacceptables, c’est son retrait qu’il faut obtenir avant d’exiger de construire autre chose.


Ce n’est pas une question de vocabulaire (on peut mettre abandon à la place de retrait), c’est une question de fond et d’efficacité.


- De fond, car ce que nous demandons pour les retraites ce sont des ressources nouvelles de financement, ce qui conduit à une réforme fiscale et à un changement d’orientation économique. Et c’est là aussi un point de divergence fort avec le gouvernement. Loin de modifier sa politique économique et sociale, le gouvernement s’inscrit dans l’austérité économique et sociale. On n’est pas dans une «crisette», mais dans une crise. On ne soigne pas une crise en l’accentuant, on ne guérit pas le mal par le mal. On est loin de l’homéopathie, c’est la chirurgie qui est nécessaire.


- D’efficacité, car une action syndicale commune exigeant le retrait conduit les syndicats à tenir ensemble et à ne pas se contenter d’aménagements à la marge. Ce
qui est vrai pour les régimes sociaux l’est tout autant pour l’emploi, le pouvoir d’achat et les services publics. À l’heure où ces lignes sont écrites, la réunion des syndicats du 29 juin n’a pas encore eu lieu. Force Ouvrière y défendra ses positions. La rentrée sera la clé. Force Ouvrière sera présente dans l’action commune ou convergente.


Et pendant l’été nous informerons très largement. La retraite, c’est aussi la solidarité et la liberté. Et cela nous ne l’oublions pas. C’est pourquoi la question de la production et de la répartition des richesses produites est essentielle. Comme nous l’avons affirmé le 15 juin à Paris, elle est au coeur de la république sociale.

 

L’éditorial de Jean-Claude Mailly

FO Hebdomadaire - juin 2010

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster