Vers la remise en cause de la qualité des soins !

 

Hôpitaux :

Vers la remise en cause de la qualité des soins !

Pour équilibrer les finances de l’assurance maladie le Gouvernement choisi une nouvelle fois de mettre l’hôpital à contribution ! M. Woerth entend limiter la progression des dépenses de santé par l’amélioration de « la performance de l’hôpital ». C’est ainsi que le ministre du budget justifie (reconnaît) l’insuffisance des crédits alloués aux hôpitaux dans le cadre de la loi de financement de la sécurité sociale de 2010. Pour atteindre son objectif de limiter à moins de 3% par an des dépenses de santé, il entend se saisir de l’opportunité que constituent les 220 000 départs à la retraite entre 2008 et 2015 dans la fonction publique hospitalière.

 

En d’autres termes, le Gouvernement va procéder à des suppressions de postes pour réduire les dépenses. C’est déjà le cas à l’occasion des plans de retour à l’équilibre pratiqués dans les établissements déficitaires, de véritables plans sociaux ! Du reste les suppressions de postes prévus à l’assistance publique hôpitaux de Paris (1150 en 2010 et 4350 d’ici 2015) illustrent cette volonté politique. Au plan national, pour les seuls CHU 25000 suppressions de postes sont d’ores et déjà programmés d’ici 2012 !

La Fédération Force Ouvrière des personnels des services publics et des services de santé condamne fermement cette orientation. La politique d’exonérations de charges sociales en direction des entreprises, l’absence de revalorisation des salaires, l’accroissement des licenciements constituent autant de manque de recettes pour l’assurance maladie et accroit les déficits des comptes sociaux.

Plutôt que de rompre avec cette politique, le gouvernement choisit de restreindre les moyens nécessaires au fonctionnement des hôpitaux publics, d’augmenter le forfait hospitalier, multiplier les déremboursements, etc.

Pour FO, il n’est pas possible de supprimer des postes et de laisser croire que l’on va améliorer ou préserver la qualité des soins. Déjà aujourd’hui les établissements ne disposent pas des effectifs suffisants, déjà aujourd’hui les personnels payent durement la dégradation des conditions de travail et d’exercice professionnel, déjà aujourd’hui les usagers sont victimes de ce manque de moyens. L’allongement des délais pour obtenir une consultation où une admission à l’hôpital, pour une prise en charge aux urgences en atteste. Les personnels sont au bout du rouleau et les mises en invalidité se multiplient. On pourrait ainsi allonger la liste.

FO tire la sonnette d’alarme : il faut stopper cette spirale de suppressions de postes et créer les emplois nécessaires aux établissements, il faut mettre un terme aux fermetures de lits et de services. En ne répondant pas à cette exigence, les pouvoir publics prennent la responsabilité de voir se dégrader durablement la « performance » des hôpitaux et de remettre en cause l’égalité d’accès pour tous à des soins de qualité.

Le secrétariat fédéral,

Paris, le 3 décembre 2009.

 

Télécharger le document original

www.fosps.com

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster