SERVICE PUBLIC - LA RGPP DÉTRUIT AUSSI À L’ÉTRANGER



SERVICE PUBLIC

 

Quelques exemples des ravages pour les usagers et les agents publics des réformes imposées aux services publics

 

LA RGPP DÉTRUIT AUSSI À L’ÉTRANGER

Pour les français de l’étranger et le réseau diplomatique, la RGPP supprime de nombreuses missions au ministère des affaires étrangères (suppressions du haut comité de la coopération international et de missions de communications, le service de la Valise a été externalisé dans le privé et dans le secteur consulaire, l'étude des dossiers des demandeurs de visas est confiée à des sociétés privées). Cela entraîne des coûts supplémentaires (pour les citoyens concernés et pour les finances publiques) et pose de nombreuses inquiétudes en matière de sécurité des données.

«Une revue générale des politiques publiques aveugle, qui souvent supprime d'une façon rigide ce qu'il faudrait absolument garder» Hubert Védrine et Alain Juppé, juillet 2010, Le Monde.

A travers un réseau diplomatique et consulaire composé de 161 ambassades bilatérales, de 21 représentations auprès d'organisations internationale et de 97 consulats généraux, la France dispose d'un «réseau universel» qui assure une présence française (diplomatique, économique et sociale) partout dans le monde. Ces implantations permettent à la France d'être comparable aux Etat-Unis, à la Chine, au Royaume-Uni, à l'Allemagne et de développer une diplomatie d'influence, indispensable y compris sur un plan économique.

Pourtant, ce principe d'universalité du réseau diplomatique est remis en cause par les décisions de la RGPP et le lot de suppressions d'effectifs qui l'accompagne. Depuis 2007, 1.400 emplois ont été supprimés au ministère des affaires étrangères et 450 suppressions de plus sont attendues d'ici 2013.

Avec des mesures de «recalibrage» (mesures 316, 98, 99 de la RGPP), comme la transformation de plusieurs ambassades en simples postes de présence diplomatique, sur la seule période 2009-2011 ce sont 380 emplois qui ont disparu dans les ambassades. Cela revient à réduire d'un tiers le format de plusieurs ambassades! Pourtant, les besoins d'administration courante des français à l'étranger sont important: passeports, carte d'identité, état civil, listes électorales 2012, protection consulaire, interventions secrètes lors de prises d’otages ou d’espionnage économique... Cette réduction d'effectifs s'est accompagnée de la privatisation de plusieurs missions comme l'instruction des visas, l'envoi des passeports, la biométrie... Cela entraîne des coûts supplémentaires pour les citoyens concernés et pour les finances publiques et pose de nombreuses inquiétudes en matière de sécurité des données.

En parallèle, d'autres mesures RGPP, remettent en cause la présence culturelle française à l'étranger, et le développement de la francophonie à travers l'enseignement du français à l'étranger. Par exemples, l'intégration des services de coopération et d'action culturelle (SCAC) aux ambassades s'est faite à créant des pôles régionaux en supprimant des implantations. C’est le cas en Amérique centrale où, à présent, un seul pôle au Costa Rica doit couvrir pas moins de six pays. Nous assistons également à une privatisation rampante du réseau culturel à travers la création de l'établissement industriel et commercial «institut français». En pratique, la remise en cause de l'action culturelle de la France à l'étranger se traduit par la fermeture de centres, la disparition de bibliothèques et d’institutions françaises ou francophones au détriment des ressortissants français vivant à l’étranger mais aussi des citoyens de ces pays.

 

www.force-ouvriere.fr

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster