JOUR APRÈS JOUR

Rythmes scolaires, le dossier n’est pas clos

Rythmes scolaires, le dossier n’est pas clos

Rithmes scolairesPour les organisations syndicales FNEC FP-FO, SPS-FO, CGT-Educ’action, CGT services publics, SUD-éducation, SUD Collectivités Territoriales et FAEN réunies le 26 mai 2014, le décret « d’assouplissement » de la réforme des rythmes scolaires loin de répondre à la demande des personnels aggrave les inégalités territoriales en laissant chaque commune organiser le temps scolaire sans cadrage national.

Pour les temps périscolaires, à la charge des communes, l’assouplissement des taux d’accueil se fera au détriment de la sécurité des enfants et des conditions de travail des agents.

De plus, la mise en concurrence de l’école publique avec l’école privée, qui n’est pas tenue de mettre en oeuvre la réforme, sera accentuée.

Le décret du 8 mai 2014 ne règle aucun des problèmes soulevés tant par les enseignants que par les agents territoriaux depuis 18 mois. C’est pourquoi la FSU, FO, la CGT et SUD ont voté contre au Comité Technique Ministériel et au CSE du 5 mai (SE-UNSA et CFDT se sont abstenus).

Les raisons de la mobilisation massive des personnels de l’Éducation nationale et des collectivités territoriales depuis le début de l’année 2013, contre la réforme des rythmes scolaires demeurent. Les initiatives pour demander la suspension, l’abrogation ou le retrait du décret du 24 janvier 2013 se poursuivent.

Personne n’est satisfait des aménagements proposés par le décret Hamon.

Le nouveau ministre de l’Éducation doit entendre l’ensemble des personnels concernés par cette réforme (Enseignants, Atsem, Animateurs, éducateurs sportifs et culturels…) et retirer le décret de 2013. Les organisations syndicales FNEC FP-FO, SPS-FO, CGT-Educ’action, CGT services publics, SUD éducation, SUD Collectivités Territoriales et FAEN demandent au ministre de prendre en compte le vote au CTM et au CSE et de rouvrir les discussions pour une autre réforme. Il s’agit de prendre en compte les revendications exprimées majoritairement par les personnels et leurs organisations syndicales.

Le retrait du décret de janvier 2013 est le seul assouplissement possible. Il n’est pas envisageable que cette réforme puisse s’appliquer à la prochaine rentrée. En s’obstinant à vouloir faire passer sa réforme à la rentrée prochaine, le ministre prend la responsabilité d’une rentrée chaotique.

Les organisations signataires soutiennent toutes les initiatives en cours ou à venir pour faire valoir les revendications des personnels.

Elles proposent à leurs instances départementales de réunir les personnels enseignants et des collectivités territoriales et d’envisager dans chaque département des rassemblements et des délégations devant les Inspections Académiques en juin pour porter la revendication d’abrogation, de suspension de réécriture du décret de janvier 2013.

Les problèmes non réglés maintenant se reposeront avec acuité en septembre.

Le 30 mai 2014

Fnec fp fo

CENTRES D'APPEL ARMATIS-NORD: MOBILISATION LE 12 DÉCEMBRE À CALAIS ET BOULOGNE-SUR-MER

CENTRES D'APPEL ARMATIS-NORD

MOBILISATION LE 12 DÉCEMBRE À CALAIS ET BOULOGNE-SUR-MER

Calais, le 12 décembre. Les salariés des centres d'appel Armatis-Nord, en grève illimitée depuis le 27 novembre, se sont à nouveau mobilisés le 12 décembre à Calais et Boulogne-sur-Mer à l'appel d'une intersyndicale dont FO. Ils revendiquent une revalorisation de leurs salaires de 2%, une augmentation des œuvres sociales du CE et une augmentation de la participation aux bénéfices pour tous les salariés. Ils dénoncent un gel de salaires depuis trois ans et le refus de la direction de rouvrir les négociations. Ils dénoncent également la politique d'entreprise basée sur la culture du chiffre et le chantage exercé sur les salariés par la menace d'une délocalisation.

http://www.force-ouvriere.fr

Dumping social

Dumping social

LA DIRECTIVE SUR LE DÉTACHEMENT AU MENU DES DISCUSSIONS EUROPÉENNES

Un rapport parlementaire préconise la mise en place de contrôles drastiques européens dans l’application de la directive détachement. Il envisage, en cas d’échec des négociations, la mise en œuvre par la France de mesures unilatérales.


Le transport routier est particulièrement concerné par les négociations en cours concernant l’application de la directive détachement. Le rapport parlementaire du député du Finistère, Richard Ferrand, note que ce secteur est massivement victime d’un dumping social en raison de la forte mobilité qui le caractérise.

Le ministre du Travail, Michel Sapin, a présenté, lors du dernier Conseil des ministres, un plan visant à limiter les dérives du détachement des travailleurs en Europe. Ce plan prévoit un renforcement des opérations de contrôle de l’inspection du travail. Le plan vise aussi à responsabiliser les donneurs d’ordre, afin qu’ils assument le choix et les pratiques de leurs sous-traitants.

Une directive d’application qui divise l’europe

Mais au-delà de ces dispositions, c’est sur l’application au niveau européen de la directive que se focalisera le débat le 9 décembre prochain, lors du Conseil des ministres du Travail européens. Le Conseil devra statuer sur un texte d’application de la directive détachement. Les questions du contrôle et celle du principe de responsabilité conjointe et solidaire du donneur d’ordre seront alors au centre des discussions. La possibilité laissée aux organisations syndicales d’agir en justice en leur nom pour défendre les salariés détachés sera également posée.

Constatant les blocages des négociations sur ces points lors des précédents échanges européens, les députés vont jusqu’à préconiser des «mesures unilatérales» si l’Union européenne échoue à renforcer les droits sociaux des salariés envoyés dans un autre pays.

Mathieu Lapprand
 


ALLEMAGNE, SLOVAQUIE: UNE TAXE QUI RAPPORTE GROS

Europe

ALLEMAGNE, SLOVAQUIE: UNE TAXE QUI RAPPORTE GROS

L’Allemagne collecte près de 4,4 milliards d’euros par an grâce à sa taxe poids lourds, qui ne concerne que ses autoroutes. Deutsche Telekom, Daimler et Cofiroute, filiale de Vinci, contrôlent Toll Collect, son consortium gestionnaire. Celui-ci perçoit 600 millions d’euros par an pour la mise en place des installations et le recouvrement de la taxe avec un bénéfice net de 80 millions d’euros en 2012. Réjouissant pour lui sauf que l’État allemand lui réclame, depuis huit ans, 5 milliards d’euros de dommages et intérêts du fait de nombreux retards et pour non-respect du contrat initial.

78% DE COÛT DE RECOUVREMENT

En Slovaquie le consortium s’appelle SkyToll et il est détenu à 10% par la Sanef (autoroutes françaises). SkyToll avait fait la proposition la plus chère lors de l’appel d’of-fres... et avait pourtant été retenu. Après une douzaine de recours et deux enquêtes de la Commission européenne, quelques problèmes subsistent: si la taxe a rapporté 141 millions d’euros en 2010, Sky Toll a prélevé 110 millions d’euros sur ce montant! Soit 78% de coût de recouvrement, qui dit mieux? «Les coûts de fonctionnement par rapport au rendement de la taxe seront nettement inférieurs en France à ce qu’ils sont en Slovaquie», nous rassure le député UMP Hervé Mariton dans son rapport parlementaire en 2011.

«L’écotaxe ne peut pas être seulement franco-française, faute de quoi elle coûtera de nombreux emplois en France», rappelle la Fédération Transport et Logistique de FO, qui plaide pour une «écotaxe européenne: la fiscalité verte oui, mais au niveau européen».

 

Le gouvernement s’entête et il annonce que sa "réforme" des retraites sera connue le 20 septembre dans sa forme définitive.

Informations de Gérald Fromager, secrétaire général de l'UD 02

gerald-fromager.jpgLe gouvernement s’entête et il annonce que sa "réforme" des retraites sera connue le 20 septembre dans sa forme définitive.

Il fait donc semblant de consulter les organisations syndicales mais d’ores et déjà des décisions sont annoncées:

  • Allongement de la durée de cotisation (43, 44?) - le MEDEF exige 44 ans de cotisations.   

  • Baisse de pouvoir d’achat des retraités ;

  • Mise en cause du Code des Pensions pour - une fois de plus - chercher à diviser les salariés du privés des agents publics.    

 Au niveau national, les confédérations CGT, CGT-FO, ainsi que SUD -Solidaires et FSU ont annoncé leur refus de ces décisions et appellent à l’action le 10 septembre.

 Au plan départemental, dans l'Aisne, les UD FO et CGT se sont rencontrées dans cette perspective du 10 septembre 2013. 

fo-sante-chauny-metro-boulot-caveau.jpgCette première journée sera marquée par des grèves et manifestations, mais si le gouvernement s’entête il faudra bien recourir au blocage du pays pour bloquer la réforme gouvernementale.

Il n’est pas question - comme en 2010, ou en 2003 -  de s’enfermer dans les journées dites "saute mouton".

Des journées d’action sans appel national à la grève : c’est la stratégie de l'échec

ud-fo-02-banniere.jpgVisiter le site de l'UD FO AISNE, Cliquer sur la bannière ci-dessus!


Heures d'ouverture

08H45 12H00-13H45 17H30

UNION DEPARTEMENTALE FORCE OUVRIERE
19 rue du Pdt J Fitzgerald Kennedy

02100 St Quentin


Téléphone : 03 23 65 66 66

Fax :            03 23 65 66 61

Attention !

du 15/07/2013 au 29/07/2013
une permanence téléphonique

sera assurée  par  des membres

du Bureau de l'UD le matin.

FERMETURE le 16 août

Informations de Gérald Fromager, secrétaire général de l'UD 02

Informations de Gérald Fromager, secrétaire général de l'UD 02

gerald-fromager.jpg

fo-service-presse.jpg


«Communiqué»


DNTE


Beaucoup d’énergie pour brasser du vent


Comme le document officiel de ce jour le spécifie, FORCE OUVRIERE n’est pas associée aux recommandations du Conseil national de débat sur la transition énergétique.

Durant les 8 mois de cette « concertation », FORCE OUVRIERE a donné ses positions et ses revendications sans jamais contribuer à bâtir ou co-rédiger ces préconisations. Cette position, spécifique et unique, a été annoncée dés le début du débat en novembre 2012.

Les 15 recommandations que le gouvernement valide et reprend, posent de nombreux problèmes : FORCE OUVRIERE refuse notamment la réduction de consommation d’énergie par 2 pour l’atteinte de « facteur 4 » ; nous dénonçons la logique de décroissance et de « sobriété » qui détermine ces positions et qui conduit à entériner la rigueur budgétaire et à détruire de nombreux emplois privés et publics ; FORCE OUVRIERE est opposée à la décentralisation énergétique.

Plus globalement, comme FORCE OUVRIERE l’a dénoncé lors de la conférence environnementale de septembre 2012, ce débat national a été organisé par le gouvernement selon des conclusions pré-écrites, notamment en matière de réduction dogmatique de la production de l’énergie nucléaire.

En complément de ses revendications, FORCE OUVRIERE constate que le Conseil national de l’industrie, instance interministérielle présidée par le Premier ministre, a produit un avis spécifique dans le cadre de ce débat national. Cet avis va dans un sens acceptable selon FORCE OUVRIERE et il s’inscrit en opposition des recommandations du débat.

Pour FORCE OUVRIERE, le gouvernement doit donc faire un choix entre ses différentes positions.

FORCE OUVRIERE réagira sur le projet de loi lorsque le gouvernement exprimera clairement la trajectoire qu’il retient.

Paris, le 18 juillet 2013

Contact : Pascal PAVAGEAU, Secrétaire confédéral

ud-fo-02-banniere.jpgVisiter le site de l'UD FO AISNE, Cliquer sur la bannière ci-dessus!


Heures d'ouverture

08H45 12H00-13H45 17H30

UNION DEPARTEMENTALE FORCE OUVRIERE
19 rue du Pdt J Fitzgerald Kennedy

02100 St Quentin


Téléphone : 03 23 65 66 66

Fax :            03 23 65 66 61

Attention !

du 15/07/2013 au 29/07/2013
une permanence téléphonique

sera assurée  par  des membres

du Bureau de l'UD le matin.

FERMETURE le 16 août




Informations de Gérald Fromager, secrétaire général de l'UD 02

Informations de Gérald Fromager, secrétaire général de l'UD 02

gerald-fromager.jpgDe pire en pire ! 
 

 Le licenciement par mail ou SMS est désormais autorisé en France !
  
Un arrêt de la Cour de cassation française rend juridiquement conforme le licenciement d’employés par texto ou courrier électronique. 
 

En France, plusieurs cas ont déjà été signalés, relève Le Figaro. En novembre 2012, 17 salariés d’une société d’aide à la personne à Evreux se sont vus notifier leur renvoi par SMS. Une dizaine avaient déjà été licenciée de cette façon deux ans plus tôt. Le dernier en date a eu lieu le 4 juillet. Des employés d’un restaurant ont appris leur licenciement en le lisant sur leur téléphone portable.
 
L’article L. 1232-6 du Code du travail dit que « lorsque l’employeur décide de licencier un salarié, il lui notifie sa décision par lettre recommandée avec avis de réception ». La jurisprudence fait que l’envoi d’un mail ou d’un SMS est désormais acceptable, dans la mesure où l’employeur peut prouver que le message a bien été envoyé et réceptionné par l’employé prié de remballer ses affaires.


Gérald Fromager

Secrétaire Générale de l'UD 02

ud-fo-02-banniere.jpgVisiter le site de l'UD FO AISNE, Cliquer sur la bannière ci-dessus!


Heures d'ouverture

08H45 12H00-13H45 17H30

UNION DEPARTEMENTALE FORCE OUVRIERE
19 rue du Pdt J Fitzgerald Kennedy

02100 St Quentin


Téléphone : 03 23 65 66 66

Fax :            03 23 65 66 61

Attention !

du 15/07/2013 au 29/07/2013
une permanence téléphonique

sera assurée  par  des membres

du Bureau de l'UD le matin.

FERMETURE le 16 août



Informations de Gérald Fromager, secrétaire général de l'UD 02

Informations de Gérald Fromager, secrétaire général de l'UD 02

gerald-fromager.jpgLe groupe MAPEI-FRANCE (chimie) dispose d'une petite unité de production dans l'Aisne, à Montgru-St-Hilaire. 23 personnes y travaillent.

FO y a implanté un syndicat, à l'occasion des élections des Délégués du Personnel.

18 votants/2 blancs/16 exprimés = 16 voix FO dont le candidat est - forcément- élu.

Gérald Fromager

RESULTATS FO AUX ELECTIONS URSSAF DE PICARDIE

Suite à la régionalisation des URSSAF, les IRP étaient à élire en Picardie.

  • COLLEGE I : FO arrive en tête avec un peu plus de 36% des voix, devant la CFTC avec 32% et une liste "commune" CGT/CFDT (où la CGT fait la courte échelle à la CFDT, selon le vieux principe :"faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais!") qui arrive à 24,16%.

Au vu du "partage" avec la CGT et du fait qu'elle n'a pas présenté de liste dans le second collège, au regard de la loi du 20 août 2008 -qu'elle a pourtant appelé de ses voeux-, la CFDT n'est plus représentative à l'URSSAF Picardie (selon un non moins vieux principe, celui de l'arroseur arrosé).

  

  • COLLEGE II : FO arrive encore en tête avec 42% des voix, toujours devant la CFTC avec 32% et une autre liste commune CGC/CGT (là, c'est la CGC qui fait la courte échelle à la CGT ... comprenne qui pourra !) qui atteint 26%.  

  

 Nos camarades de l'Aisne ont pris une part très importante dans ce succès électoral.

  

BRAVO à nos camarades, UNITAIRES   ... avec le personnel ! 



Gérald Fromager

Secrétaire Générale de l'UD 02

ud-fo-02-banniere.jpgVisiter le site de l'UD FO AISNE, Cliquer sur la bannière ci-dessus!


Heures d'ouverture

08H45 12H00-13H45 17H30

UNION DEPARTEMENTALE FORCE OUVRIERE
19 rue du Pdt J Fitzgerald Kennedy

02100 St Quentin


Téléphone : 03 23 65 66 66

Fax :            03 23 65 66 61

Attention !

du 15/07/2013 au 29/07/2013
une permanence téléphonique

sera assurée  par  des membres

du Bureau de l'UD le matin.

FERMETURE le 16 août


«LE TOUR DE FRANCE, C’EST UN CORRIDOR DE 3.500 KM DE SOURIRES»

Interview de Christian Prudhomme, directeur d’ASO

«LE TOUR DE FRANCE, C’EST UN CORRIDOR DE 3.500 KM DE SOURIRES»


Le directeur d’Amaury Sport Organisation (ASO) a dessiné un Tour 2013 qui fait la part belle aux beautés de la France, appelées à entrer dans l’histoire du Tour, avec la Corse comme mise en bouche. Ce dernier territoire métropolitain n’a jamais reçu la Grande Boucle. Entretien.

FO Hebdo: Que représente pour vous la cuvée 2013?
Christian Prudhomme: Ce ne sera pas une cuvée comme les autres: elle est similaire à The Boat Race, la célèbre course d’aviron qui se court tous les ans, depuis 1829, au printemps, entre les universités de Cambridge et d’Oxford, mais aussi à l’incontournable tournoi de tennis de Wimbledon et bien sûr à Roland-Garros. Ce Tour, qui n’avait pas été 100% français depuis 2003, devrait en surprendre plus d’un.

FO Hebdo: Qu’avez-vous exigé en dessinant cette centième édition?
Christian Prudhomme: Il y avait la volonté de trouver un écrin formidable à la compétition, de se rendre dans des lieux mythiques, splendides, inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO: au Mont-Saint-Michel, à Versailles, le départ depuis l’île de Beauté... Le parcours sera très marqué par l’eau. En effet, sept arrivées maritimes font leur apparition cette année. Cela n’était pas arrivé depuis cinquante ans. La Méditerranée puis la Manche, le lac de Serre-Ponçon pour un contre-la-montre, le lac d’Annecy avec une dernière arrivée en altitude à 24 heures de Paris pour la deuxième fois seulement dans l’histoire du Tour.

FO Hebdo: Et une surprise pour le dernier jour?
Christian Prudhomme: Le dernier jour, les coureurs auront la chance de faire les premiers kilomètres dans le parc du château de Versailles, avant une arrivée parisienne qui sera encore plus forte qu’à l’ordinaire. Nous arriverons un peu plus tard, vers 21h, au soleil couchant, juste avant la nuit, et nous ferons pour la première fois le tour de l’Arc de Triomphe sur le circuit.

FO Hebdo: Qu’attendez-vous du départ de Corse?
Christian Prudhomme: Nous voulions incontestablement un départ inédit, esthétique, spectaculaire. Avec la Corse, on aura cet ensemble. Depuis 1967, les coureurs s’élancent pour un prologue court; cette année, ce sera le contraire. Dès la première étape, un sprinteur endossera en principe la tunique jaune à l’issue d’une longue étape très nerveuse! Et dès la seconde étape, ce sera réservé aux grimpeurs et puncheurs. Si les coureurs n’ont pas envie de s’échapper, c’est à désespérer de tout: le Tour de Corse automobile est surnommé la course aux 10.000 virages. Ça promet.

FO Hebdo: La Corse est-elle prête?
Christian Prudhomme: D’un point de vue logistique, tout est devenu possible dès lors qu’on a eu l’assurance de pouvoir avoir un bateau, qui servira de salle de presse, de bureau d’organisation pour nous et de parking pour tous les véhicules. L’insularité n’était pas un problème lorsqu’on a fait ce choix. Le Tour de France sur une île, c’est rare pour un grand départ. Il y a eu l’Irlande (1998) et Londres (2007). En Angleterre ce n’était pas pareil avec le tunnel sous la Manche. En Corse, il y a un vrai défi technique et logistique à relever. On n’a pas fait le Critérium International en Corse depuis trois ans pour avoir le Tour derrière. Ce qui est fort, c’est que la Collectivité territoriale de la Corse (CTC) s’est mobilisée pour ce grand départ.

FO Hebdo: Sur le bord des routes, les amoureux de la petite reine s’accordent à dire que le Tour de France reste une institution, d’autres détracteurs comparent la manifestation à une caravane publicitaire, qu’en pensez-vous?
Christian Prudhomme: Le Tour de France, dont les images sont retransmises par près d’une centaine de chaînes de télévision dans 190 pays, représente avant tout un corridor de 3.500 km de sourires! C’est aussi une compétition cycliste qui se retrouve tout au long de son histoire dans les villes et les territoires avec une vie et une mixité sociale. La preuve? Les syndicats, à l’image de FO, y ont clairement leur place. C’est un événement qui fédère tout le monde. Et je le répète, le Tour de France facilite la rencontre avec les Français. Il s’agit du plus grand spectacle populaire gratuit de la planète. J’ai pu encore m’en rendre compte début mai, lors d’un déplacement en Australie: les Australiens sont fascinés par le Tour.

FO Hebdo: Enfin, quelques mots sur le parcours du Tour 2014?
Christian Prudhomme: Une chose est sûre, nous prendrons la roue de l’énorme développement du cyclisme en Angleterre pour s’élancer de Leeds, le 5 juillet, et rester trois jours durant au Royaume-Uni. Leeds, Harrogate, York et Sheffield, dans le Yorkshire, puis Cambridge et Londres seront les villes-étapes de ce séjour anglais. Pour la suite, il faudra attendre le mercredi 23 octobre, jour où le parcours sera intégralement rendu public.
FO Hebdo - Juin 2013

LE GOUVERNEMENT PRÉSENTE L’ORDRE DU JOUR DE LA CONFÉRENCE SOCIALE

Dialogue social

LE GOUVERNEMENT PRÉSENTE L’ORDRE DU JOUR DE LA CONFÉRENCE SOCIALE


Devant les organisations syndicales et le patronat, le Premier ministre vient de rendre public le déroulé de la conférence sociale qui se tiendra les 20 et 21 juin.

Les thèmes des six tables rondes de la conférence sociale qui se tiendra les 20 et 21 juin au Palais d’Iéna sont connus. Priorité sera donnée à l’emploi, à la formation professionnelle et à l’épineux dossier des retraites. En revanche, l’absence d’une négociation autour du pouvoir d’achat, «moteur de l’activité économique ainsi que de la consommation» et «l’une des préoccupations premières des salariés», selon Jean-Claude Mailly, est difficilement compréhensible.

Le 22 mai, l’ensemble des syndicats et du patronat étaient reçus à Matignon en présence de six ministres pour une «conférence de méthode», afin de préparer ce rendez-vous devenu annuel qui détermine le calendrier social de l’année à venir et les réformes à mener.

Les débats seront ouverts par François Hollande dans la matinée du 20 juin. Son intervention portera sur le bilan de la précédente conférence et de la feuille de route qui a suivi, sur la politique économique et sociale nationale et européenne et sur la démocratie dite sociale. FO se réjouit d’une rencontre plus longue avec le président. Jean-Claude Mailly en attend un temps de débat contradictoire sur les questions de politique économique et sociale, mais compte aussi aborder la question de l’introduction du dialogue social dans la Constitution.
Les tables rondes, détaillées ci-dessous, auront lieu dans l’après-midi du 20 et la matinée du 21. La conférence sera conclue par un discours du Premier ministre et donnera lieu, comme l’an dernier, à une feuille de route.

Emploi et formation professionnelle: c’est le thème majeur de ce rendez-vous, rebaptisé «Grande conférence sociale pour l’emploi». Le gouvernement entend lancer une négociation sur la formation professionnelle. François Hollande souhaite une loi avant la fin de l’année pour compléter celle sur la sécurisation de l’emploi.

FO insiste sur la distinction à apporter entre ce qui relève de la concertation, notamment avec l’État et les Régions, et de la négociation entre partenaires sociaux.

L’avenir des retraites: ce sera l’un des «débats tendus et anxiogènes», selon FO. Les modalités d’approche et les analyses divergent fortement. Le gouvernement veut aller vite pour résorber un besoin de financement estimé à près de 21 milliards d’euros à l’horizon 2020. Le rapport Moreau, qui liste les pistes de réforme possibles, sera rendu public avant la table ronde et lancera la concertation. Le débat sera mené jusqu’au 21 septembre, puis le gouvernement présentera son projet. FO est foncièrement opposée à un allongement de la durée de cotisation comme de l’âge légal de départ. FO refuse aussi une réforme systémique, qui supprimerait le régime par répartition au profit d’un régime par points. FO est contre une désindexation vis-à-vis de l’inflation qui frapperait les petites retraites. Le meilleur levier serait une augmentation des cotisations.

Travail et santé au travail: ce vaste intitulé ne doit pas recouper la négociation interprofessionnelle en cours, ni faire doublon avec les travaux du comité d’orientation des conditions de travail (COCT) qui s’est réuni le 14 mai. En revanche, FO souhaite aborder la prévention de la pénibilité voire la mise en place de dispositifs de retraite anticipée. La question pourrait aussi être abordée sous l’angle de l’organisation du travail.

Rôle des filières industrielles et emploi de demain: FO veillera à ce que cette table ronde ne refasse pas les travaux de la Conférence nationale de l’industrie (CNI). En revanche, deux points sont essentiels: les relations entre les donneurs d’ordre et les sous-traitants, ainsi que les relations entre la recherche, l’innovation et le développement.

L’Europe sociale: FO tient à rester sur des actions concrètes, avec par exemple deux thèmes à aborder. Le premier serait la mise en place d’un protocole social de droit primaire qui conduirait à réviser les traités. Le second serait comment mettre fin au dumping social inhérent à la directive
détachement.

Avenir des services publics républicains: FO se félicite que ce débat, qu’elle réclame depuis 2007, puisse enfin s’ouvrir. Il doit porter sur le rôle et les missions du service public dans la République et permettre d’aborder les réformes d’austérité que sont la RGPP, la MAP, la Réate et l’acte 3 de décentralisation.

http://www.force-ouvriere.fr

Ambiance


Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster