CARCAN BUDGÉTAIRE DU SEMESTRE EUROPÉEN ET EXAMEN DES BUDGETS NATIONAUX

La lettre électronique @ ctualités Europe – International n°15

CARCAN BUDGÉTAIRE DU SEMESTRE EUROPÉEN ET EXAMEN DES BUDGETS NATIONAUX

La Commission européenne a publié le 13 novembre son Examen annuel de la croissance 2014 lançant le nouveau cycle de coordination européenne des politiques économiques (semestre européen). Si elle s’estime plutôt optimiste sur la « sortie de crise », les syndicats ne peuvent que déplorer une vision purement chiffrée qui fait l’impasse sur la sortie des politiques d’austérité, la relance de la croissance et la création d’emplois de qualité. La Confédération européenne des syndicats a dénoncé les « stratégies économiques qui ont prolongé la crise et contribué au déclin de l’emploi et de la situation sociale dans de nombreux pays ». Elle a appelé au lancement d’un plan d’investissement massif de l’ordre de 2% du PIB européen pour la croissance et des emplois de qualité en Europe.

Suite à la mise en place des « indicateurs sociaux » récemment présentés par la Commission européenne (voir lettre électronique n°14), les avis des partenaires sociaux européens sur l’examen annuel de la croissance avaient été recueillis. Formellement, car sur le fond, le désaccord est important. « Les citoyens européens ont déjà exprimé leur mécontentement face à l’austérité et leurs doutes croissants quant à l’avenir de l’Europe. Maintenir le statu quo n’est pas une option. La compétitivité européenne ne peut être basée sur une course vers le bas » a rappelé Józef Niemiec, Secrétaire général adjoint de la CES.

Le 13 novembre, la Commission a ensuite présenté les rapports aux Etats membres. Sans surprise, fidèle à son idéologie ultralibérale, elle critique la France pour l’insuffisance de ses réformes (retraites, services publics, flexibilité, professions réglementées), qui constituerait un frein à sa compétitivité. Le Ministre des Finances français s’est engagé à s’atteler rapidement à la tâche, ce qui n’augure rien de bon sur le flanc social. L’avis de la Commission sur le projet de budget national a la même teneur. Elle a estimé que le projet de loi de finances 2014 était « en ligne avec les exigences du pacte de stabilité », mais qu’il n’existait « aucune marge de manœuvre en cas de dérapage ». Elle appelle la France à ne pas augmenter ses dépenses, et à affecter toute recette nouvelle à la réduction des déficits. Bref à poursuivre l’austérité.

Le projet européen s’enlise, et avec lui l’Europe sociale dans cette logique d’austérité sans fin. Force Ouvrière a toujours revendiqué une nouvelle orientation de la construction européenne et rejeté le Pacte budgétaire. Il est impératif de maintenir la pression sur les Etats membres.

http://www.force-ouvriere.fr

international La lettre électronique @ctualités Europe

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster