CHIFFRES

Tous les chiffres utiles

Le chiffre de la semaine

228 000 en 2017

La marche nuptiale ralentit encore

Le nombre de mariages enregistrés en France en 2017 a été de 228 000, contre 232 725 en 2016, selon les chiffres de l’Insee publiés en janvier 2018.

Le mouvement à la baisse enclenché depuis les années 2000 s’expliquerait partiellement par la diminution du nombre de personnes de 20 à 59 ans, âges de près de 95% des mariés. Le phénomène n’est pas que français : Eurostat souligne très romantiquement que depuis 1965, le taux brut de nuptialité dans l’UE-28 a diminué de près de 50 % en termes relatifs (de 7,8 mariages pour 1 000 personnes en 1965 à 4,1 en 2013).

Sur le tard

Côté réussite de la marche nuptiale, l’institut de statistiques note également que sur 100 000 mariages célébrés en 2005, 20 499 ont été rompus avant 10 ans de mariage.

Quoi qu’il en soit, plus cela va et plus on se marie tard. Concernant les mariages entre sexes différents, pour 2017 et en moyenne, les femmes ont convolé à 35,6 ans et les hommes à 38,1 ans.

Ce vieillissement n’a pas cessé de s’accentuer depuis vingt ans.

En 1997, au moment du mariage, les époux étaient en moyenne d’au moins cinq ans plus jeunes : 30,3 ans pour les femmes et 32,9 ans pour les hommes.

Par  Michel Pourcelot

Ce qui change

Jeudi 3 décembre 2017

Ce qui change

- Les tarifs réglementés de vente de gaz d’Engie ont augmenté, au 1er janvier 2018, de 6,9% en moyenne. Aux +2,4 % pour le chauffage, +0,7 % pour la cuisson et +1,4 % pour les deux usages, s’est ajoutée une hausse de la taxe intérieure sur la consommation de gaz naturel (TICGN).

- La contribution sociale généralisée (CSG) a augmenté de 1,7 point au 1er janvier 2018. Cette hausse concerne tous les salaires, mais aussi les revenus du patrimoine ou encore les produits de placements.

Le chiffre de la semaine

Dimanche 10 décembre 2017

Hyperstressés 

24% des salariés français

Hyperstresses

24% des salariés Français sont dans un état d’hyperstress, c’est-à-dire à un niveau de stress trop élevé et donc à risque pour leur santé, selon les résultats, dévoilés en novembre dernier, de l’Observatoire du Stress au Travail, l’OST, établi par le cabinet en conseil en bien-être et santé au travail Stimulus, créé par l’un des deux auteurs du rapport de l’Académie nationale de médecine sur le « burn out », le Dr Patrick Légeron.

Cela alors que plus d’un salarié sur deux travaillant dans des entreprises de plus de 100 salariés disent subir un stress régulier dans leur travail, d’après l’édition 2017 du baromètre Cegos sur le climat social en entreprise, publié le 5 décembre dernier.

Ce dernier révèle également que 60% des salariés pensent que ce niveau de stress a un impact négatif sur (leur) santé.

Santé humaine, actions sociales, services...

De cette analyse de l’OST, portant sur 32137 salariés dans 39 entreprises de secteurs d’activité très variés, entre janvier 2013 et juillet 2017, il ressort que les catégories les plus affectées sont les femmes, les plus 40–50 ans et les plus de 50 ans. La santé humaine et des actions sociales est le secteur d’activité le plus touché, suivi par celui des arts, spectacles et activités récréatives et des services, avant les activités financières et d’assurance.

Ce taux de 24% est proche de celui de l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (EU-OSHA), pour qui le stress lié au travail est subi lorsque les exigences du milieu de travail dépassent la capacité des salariés à faire face à celles-ci (ou à les maîtriser).

Par  Michel Pourcelot

Le chiffre de la semaine

Dimanche 19 novembre 2017

Le chiffre de la semaine

45,4 milliards d’euros pour réduire le coût du travail...

Cout du travail

 

Les mesures d’exonérations destinés à réduire le coût du travail ont atteint 45,4 milliards d’euros en 2015 selon une étude de la Dares, la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques, publiée le 9 novembre 2017.

En augmentation de 16,4%, elles ont représenté plus de 80 % des dépenses générales en faveur de l’emploi, un hausse très forte qui s’explique largement par la mise en œuvre du pacte de responsabilité au 1er janvier 2015, selon ce service statistique rattaché à l’Insee.

Smic = 0 cotisation patronale à la Sécu

Au total, les dépenses générales, c’est à dire hors mesures ciblées, se sont élevés à 56 milliards d’euros en 2015, l’équivalent de 2,6 points de PIB. 21,7 milliards sont dus aux allègements de cotisations sociales sur les bas salaires et 18,6 milliards au crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE).

Et la Dares de constater : Au final, avec les différentes mesures du pacte de responsabilité, les entreprises ne paient plus aucune cotisation de Sécurité sociale au niveau du Smic.

Par  Michel Pourcelot

Le chiffre de la semaine

Dimanche 10 septembre 2017

Le chiffre de la semaine

Coût de la vie étudiante : près de 3 fois l’inflation

Pour la rentrée 2017, le coût de la vie étudiante a augmenté de 2,09%, soit près du triple de l’inflation générale, selon le baromètre annuel du syndicat étudiant UNEF, publié le 20 août, qui note qu’en 5 ans, il avait déjà subi une hausse de 9,7 %.

Alors que quelque 800 000 étudiants ont vu cet été leurs APL amputés de cinq euros tous les mois, cette hausse pour la rentrée universitaire 2017 s’explique principalement par l’augmentation des prix des loyers et des transports en commun dans un certain nombre de villes universitaires, le logement représentant 53% du budget estudiantin.

De l’importance du nid familial

Selon le syndicat étudiant, qui dénonce une situation est encore plus alarmante que les années précédentes, ce ne sont pas moins de 37 villes universitaires qui voient les loyers des petites surfaces augmenter, avec une hausse de 2,12% en moyenne en région parisienne, et de 1,53% en moyenne pour le reste de la France.

En tête Limoges avec 7,60% d’augmentation, suivi de Grenoble (+4,34%) et Le Havre (+2,34%). 11 villes cumulent même augmentation des loyers et des transports, notamment Paris, Lyon et Strasbourg, principales villes universitaires.

Avec un peu de chance certains propriétaires, comme le souhaite le chef de l’État, baisseront le loyer de 5 euros.

Par  Michel Pourcelot

Le chiffre de la semaine

Dimanche 27 août 2017

Le chiffre de la semaine

Situation financière personnelle future : -6 points

Après une lune de miel de deux mois, l’opinion des ménages français sur leur situation financière personnelle future s’est dégradée « nettement » en juillet avec une descente de 6 points, selon l’étude mensuelle de l’Insee sur le moral des ménages.

Avant la venue de la bise…

Quant à l’opinion des ménages sur le niveau de vie futur en France, c’est encore pire : -11 points. L’Insee note également une augmentation de 9 points du nombre des ménages pensant que les prix augmenteront au cours des douze prochains mois. La part de ménages estimant qu’il est « opportun d’épargner » est, elle, en légère hausse (+2 points). Tant qu’il est encore temps…

Par  Michel Pourcelot

Le chiffre de la semaine

Samedi 22 juillet 2017

L’Allemagne se fait 1,34 milliard d’euros sur le dos des Grecs

L’Allemagne a réalisé un profit de 1,34 milliard d’euros en prêtant à la Grèce depuis 2009, selon les propres chiffres du ministère allemand des Finances ,révélés le 11 juillet dernier par le journal allemand Süddeutsche Zeitung.

Banque centrale européenne et banque centrale allemande

Ces bénéfices proviennent de prêts sous diverses formes.

Certains sont bilatéraux, d’autres ont été accordés dans le cadre des fonds européens de stabilité ou via la Banque centrale européenne (BCE).

C’est de cette dernière que proviennent les opérations les plus lucratives : la Bundesbank, la banque centrale allemande, a pu engranger, depuis 2015, un bénéfice de 952 millions d’euros. Comme quoi l’austérité, ça paye.

Par  Michel Pourcelot

Le chiffre de la semaine

Lundi 17 juillet 2017

1,2 milliard d’utilisateurs espionnés par Google

Google

La firme Google épluche les mails du 1,2 milliard d’utilisateurs de sa messagerie Gmail pour pouvoir proposer de la publicité ciblée mais devrait bientôt cesser cette pratique, selon sa vice-présidente, chargée du « cloud computing », fin juin dernier, après avoir du faire face à une « class action » de consommateurs en Californie.

« Annonces personnalisées »

Si le géant du web entend cesser de scanner les mails avec ses robots, il continuera néanmoins à utiliser les données personnelles collectées lors des recherches sur le Net pour placer ses « annonces personnalisées ». Pour aider le consommateur.

Par Michel Pourcelot

Le chiffre de la semaine

Dimanche 2 juillet 2017

Le chiffre de la semaine

+ 700 000 allocataires, la CAF est pleine

Par rapport à 2015, il y a eu en 2016 quelque 700 000 allocataires de plus bénéficiant de prestations par les Caf, les caisses d’allocations familiales, selon les chiffres publiés le 20 juin par la Cnaf, la Caisse nationale des allocations familiales.

Une augmentation de 6,2 % qui porte le nombre d’allocataires au chiffre record de 12,5 millions, représentant environ 32 millions de personnes couvertes, soit un Français sur deux.

Un optimisme de rigueur

La Cnaf a reconnu avoir eu quelques difficultés à l’occasion de la mise en place de la prime d’activité, (2,5 millions d’allocataires), remplaçant le RSA activité et la prime pour l’emploi, mais sa direction assure que désormais tout va bien, hormis quelques détails comme la réalisation de l’objectif de répondre à 90% des appels, qui n’a abouti qu’à un taux de 78,4% d’appels traités, et le temps de résorption des pièces en souffrance.

Ces quelques menus problèmes n’ont pas l’air d’entamer l’optimisme de rigueur. Un optimisme que l’on ne retrouve pas sur le terrain, pas plus du côté des agents que des utilisateurs

Par  Michel Pourcelot

 

France : +24% de banquiers à plus d’un million l’an

Lundi 5 juin 2017

France 

+24% de banquiers à plus d’un million l’an

Le nombre de banquiers gagnant plus d’un million d’euros par an au sein des quatre grandes banques françaises (BNP Paribas, Société Générale, Crédit Agricole et Natixis) a connu une croissance de 24% en 2016 par rapport à 2015, selon le quotidien économique Les Échos du 16 mai dernier.

Soit 102 contre 82 en 2015.

Sur les 102, la seule Société Générale en abrite 42, BNP-Paribas 38, Natixis 14 et le Crédit agricole 8.

Les chiffres proviennent du rapport annuel sur la politique de rémunération utilisant les données fournies obligatoirement par toute banque œuvrant dans l’Union européenne (UE).

L’exception anglaise

Selon les chiffres de l’Autorité bancaire européenne (ABE), dévoilés en février dernier, le nombre de banquiers au revenu annuel dépassant un million d’euros dans l’UE avait progressé en 2015 de 33% par rapport à 2014 et de 61% par rapport à 2013.

Au total, l’Union en comptait 5 142, dont quelque 4 100 à la City de Londres, soit 80%, où 600 gagnaient en moyenne plus de 3 millions d’euros l’an.

Théoriquement, le plafond des bonus a limité le montant du variable au double du salaire fixe mais l’Autorité bancaire européenne a procédé à quelques exceptions et la Grande-Bretagne a bénéficié d’un bon nombre de ces dérogations.

 

Par  Michel Pourcelot

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster