4.103.100 CHÔMEURS AU 31 JANVIER 2010


Emploi

4.103.100 CHÔMEURS AU 31 JANVIER 2010

 

Alors qu’aucune embellie n’est en vue sur le marché du travail, le règlement de la question du million de demandeurs d’emploi en fin de droits reste en suspens. FO demande la mobilisation au plus vite de fonds de l’UNEDIC et de l’État.

Bien que le gouvernement ne cesse d’affirmer le contraire, la crise est toujours là. En tout cas au vu des derniers chiffres du chômage, qui continue de progresser à un rythme soutenu. Fin janvier 2010 en France métropolitaine, les services de Pôle emploi ont recensé 3.865.100 personnes en quête d’un (vrai) travail et consignées dans les catégories A, B et C, soit 36.400 de plus qu'en décembre (mois dont les données ont été entre temps revues à la hausse). En incluant les départements d'outre-mer, le chômage a touché au total 4.103.100 personnes.

La situation est d’autant plus préoccupante que le nombre de chômeurs de plus de cinquante ans et des chômeurs de longue durée a atteint des sommets. Au 31 janvier, il y avait ainsi 660.000 seniors sans emploi (120.000 de plus qu'un an auparavant). Le nombre d’inscrits depuis plus d'un an (y compris ceux en activité réduite) a quant à lui dépassé 1,3 million (+2,8% sur un mois, 29,4% sur un an), ce qui représente environ un tiers des demandeurs inscrits.

Alors que la durée moyenne d'inscription sur les listes s'est encore allongée en janvier pour tous les chômeurs, les syndicats jugent urgent de régler la question de l'indemnisation du million de chômeurs qui devraient arriver en fin de droits avant la fin de l’année 2010. Pour Stéphane Lardy (FO), la résolution du problème passe par une mobilisation rapide des fonds de l’UNEDIC mais aussi de financements nouveaux de l’État afin de cibler précisément et efficacement les mesures à prendre en faveur de tous ces salariés privés d’emploi. Des sommes qui restent encore à définir.

Interrogé jeudi sur le montant pour lequel l’État est prêt à s'engager, le secrétaire d’État à l'Emploi Laurent Wauquiez, s’est contenté de répondre que «l’État et l'assurance-chômage ensemble vont dégager plusieurs centaines de millions d'euros», avant de renvoyer aux résultats d’une réunion de «diagnostic» qu’il organisera la semaine prochaine avec les interlocuteurs sociaux. Et de souhaiter que des «mesures soient arrêtées» et «soient opérationnelles avant la fin du mois de mars». La question reste donc en suspens.

 

www.force-ouvriere.fr

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster