RILANCE – RELANCE = RIGUEUR



/// COMMUNIQUÉ

RILANCE – RELANCE = RIGUEUR

 

Dans son rapport du 14 septembre dernier, la Cour des comptes constate que les mesures du plan de relance décidé par le gouvernement en décembre 2008 ont «essentiellement bénéficié aux entreprises» sans avoir eu d’impact significatif sur l’emploi (contrairement aux annonces du gouvernement).

Alors que ce plan de relance s’affirme donc aujourd’hui insuffisant pour l’activité économique et pour soutenir l’emploi et les salariés, comme Force Ouvrière le dénonce depuis son origine, et alors que l’emprunt national de 35 milliards d'euros ne comporte aucune mesure sociale, le gouvernement décide en plus de ne pas reconduire les dispositifs de relance en 2011 afin d’économiser 16 milliards d'euros.

La suppression abrupte du plan de relance s’ajoute aux autres mesures d’austérité en vigueur comme les 524 mesures de la révision générale des politiques publiques, la préparation des budgets 2011/2013 des ministères et leurs lots de réductions de 5 à 10% des dépenses de fonctionnement et d’investissement de l’Etat, le projet de réforme des collectivités territoriales, la suppression d’aides publiques sociales ou pour l’emploi, le gel des rémunérations des fonctionnaires et bien entendu la réforme des retraites.

La CGT-FO condamne ces orientations. Menées conjointement par les pays européens, elles créent les conditions d’une prochaine phase prolongée de récession dans la zone euro et singulièrement en France.

En sacrifiant en même temps, ses mesures de relance, ses services publics et ses systèmes de protection sociale collective, la perspective d’une reprise économique pérenne et sa souveraineté aux pressions contradictoires des marchés financiers et à l’appréciation des agences de notation, les pouvoirs publics jettent sciemment l’économie française, les salariés et les citoyens dans le puits de l’austérité.

Quand la «rilance» se prive de toute capacité de relance, il ne reste plus que la rigueur. Pour la CGT-FO, cette rigueur est non seulement inacceptable socialement mais économiquement suicidaire et contreproductive.

 

 

 

www.force-ouvriere.fr

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster