Qui casse le service public, engendre la pagaille !

Communiqué

Comme lors de la tempête Xynthia ou des inondations dans le Var en 2010, les conséquences des épisodes neigeux des derniers jours sont très importantes pour les usagers du service public du fait des suppressions de moyens, d'effectifs et de crédits dans la Fonction Publique.

La suppression de centres territoriaux de Météo-France,  la désertification départementale des services de l'Etat, la baisse des crédits d'investissement, d'entretien et d'exploitation des infrastructures de transports et des subventions de l'Etat aux collectivités, l'anéantissement par délocalisation de services centraux d'expertises comme le SETRA (Service d'études sur les transports, les routes et leurs aménagements), conduisent à affaiblir et parfois détruire les services publics de proximité.

Ainsi au titre de 2011, les Directions interdépartementales des routes devront à nouveau faire face à une baisse (d'environ 30%) de crédits sur l'entretien et l'exploitation!

Ceci se traduit dés à présent, avant même l'hiver, par l'abandon du déneigement de certaines parties de la voirie (1 voie déneigée sur 2 parfois), par l'arrêt de l'éclairage des routes en zone urbaine et périurbaine, par une baisse de la fréquence des patrouilles de sécurité et de prévention, par un entretien réduit de la voirie, par une absence de coordination entre les services publics compétents de l'Etat et des conseils généraux!

Pour Force Ouvrière ces mesures, conséquences des choix budgétaires gouvernementaux et des réformes en vigueur attaquant le service public (comme les 524 décisions de la RGPP), sont inacceptables. Il n'est pas excessif que d'affirmer qu'elles conduisent à des drames en mettant en péril la sécurité des usagers ainsi que celle des agents publics.

Une réforme fiscale, juste, égalitaire, redistributive, permettant plus de progressivité en redonnant la priorité à l'impôt sur le revenu, s'impose afin de permettre le financement des services publics des trois versants de la Fonction Publique qui doivent répondre aux besoins des usagers et de la République sociale.

Aussi léger soit-il, le flocon de neige peut être lourd de conséquence lorsque les moyens, les effectifs et les crédits publics ont été gelés. Qui casse le service public, engendre drame et pagaille. 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster