REFORME DES RETRAIITES : LES MAUVAIISES REPONSES DE SARKOZY A LA GREVE ET AUX MANIIFESTATIIONS

 

En réponse aux manifestants, près de 3 millions, contre la réforme des retraites, le gouvernement distribue des miettes ! Pour les fonctionnaires, il a annoncé :

  1. un aménagement avant suppression du dispositif permettant aux fonctionnaires ayant trois enfants et quinze ans de service de faire valoir leurs droits à la retraite avant l'âge légal,
  2. des aménagements pour les poly-pensionnés (titulaires sans droits)

Mères de trois enfants :

Rappelons que, dans le cadre du rapprochement des règles de départ à la retraite dans le service public et le privé, le gouvernement a décidé de « fermer le dispositif qui permettait aux agents ayant 3 enfants et 15 ans de service de liquider leur pension avant l’âge de droit commun ».

Suite aux pressions syndicales le gouvernement avait déjà renoncé en juin à son projet de liquider ce droit immédiatement. Aujourd'hui selon Nicolas Sarkozy « personne ne doit voir ses projets de vie bouleversés. C’est pourquoi nous proposerons que pour tous les agents qui sont à 5 ans de l’âge de la retraite et qui entendaient demander le bénéfice de cette mesure, les conditions de celle-ci demeurent inchangées ».

Pour les fonctionnaires FO, le compte n'y est sûrement pas.

L’UIAFP-FO dénonce le caractère opportuniste et sélectif de cette proposition, car elle ne préserve pas le droit acquis par des milliers de femmes fonctionnaires mères de trois enfants et ayant quinze années de services effectifs. De plus le gouvernement trouve là un bon moyen de contenir l'hémorragie des départs en 2011 des femmes qui veulent bénéficier du droit à retraite anticipée avant son extinction.

L’UIAFP-FO revendique le maintien du droit pour les fonctionnaires qui ont 3 enfants.

 

Titulaires sans droits :

Nicolas Sarkozy a aussi annoncé des aménagements sur le cas particulier des « polypensionnés » des fonctionnaires qui n'ont pas réuni les quinze années de services nécessaires pour percevoir une pension civile. Aujourd'hui il sont reversés à l'Ircantec et paient le différentiel de cotisation entre le régime des pensions et celui des contractuels de droit public. Désormais ce « surplus de cotisation » ne serait dû que jusqu’à deux ans d’ancienneté contre 15 actuellement.

C'est la fin de la règle des quinze ans qui constitue un des piliers du principe de carrière des fonctionnaires. Avec elle, tombent les limites d'âge de recrutement et surtout les modalités de calcul du minimum de pension des fonctionnaires. C’est une mauvaise réponse à un vrai problème !

Pour l’UIAFP-FO, cela témoigne de la volonté du gouvernement de faire baisser le montant des retraites des fonctionnaires sous prétexte d'égalité public/privé !

Ne nous y trompons pas : ces miettes sont jetées pour permettre à certains d'accepter une réforme injuste, inéquitable et inefficace.

La Confédération FO a fait de véritables propositions pour consolider le financement des régimes de retraites.

L'UIAFP-FO a marqué son refus de remise en cause du code des pensions civiles et militaires élément constitutif du statut des fonctionnaires.

Les effets de manche des porte-parole du gouvernement qui prétend que la négociation a eu lieu parce que les OS ont été reçues sous l'oeil des caméras ; l'entreprise de culpabilisation de Georges Tron qui martèle dans les médias le coût des concessions aux organisations syndicales à renfort de centaines de millions d'euros dans un contexte budgétaire tendu ; ne trompent personne.

Non aux miettes ! Oui à la retraite à 60 ans et au maintien du code des pensions !

Le combat se poursuit pour le retrait de la réforme du gouvernement.

PARIS, le 10 septembre 2010

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster