RSA -JEUNES-

 

/// JOUR APRÈS JOUR

RSA «jeune»

FO DÉNONCE UN DISPOSITIF

«DISCRIMINATOIRE»

Seule une petite partie des moins de 25 ans pourrait toucher la nouvelle prestation en raison de ses conditions d’accès restrictives et des crédits réellement débloqués pour son financement.

Le Revenu de solidarité active (RSA) sera accessible à partir de mercredi aux jeunes de moins de 25 ans mais sous de strictes conditions. Seuls ceux ayant travaillé au moins deux ans à temps plein sur trois ans pourront y prétendre, soit quelques milliers de personnes.

On est loin du chiffre avancé un temps par l'Elysée, comme par Matignon, et selon lequel le dispositif devait toucher à terme 160.000 jeunes pour un coût en année pleine de 250 millions d'euros. Pour le ministre de la Jeunesse et des Solidarités, Marc-Philippe Daubresse, il n’est d’ailleurs plus question maintenant d'évoquer ce chiffre qui correspond à un «objectif inatteignable (sic)». Désormais, il refuse même de donner une quelconque estimation sur le nombre de bénéficiaires potentiels. Seule indication, le gouvernement n’a budgété que 20 millions d'euros pour financer la prestation sur les trois derniers mois de cette année (les premiers versements devant avoir lieu le 5 octobre 2010). Dès lors, le RSA «jeune» ne devrait concerner au mieux que 15.000 personnes en année pleine.

Avant l’été, au moment de la finalisation du dispositif, les syndicats avaient tous dénoncé des conditions d’accès aussi restrictives. FO n’y voyait notamment qu’«une mesure de pur affichage qui n'apportera pas satisfaction aux moins de 25 ans pour s'insérer dans la vie professionnelle». «La complexité du dispositif basé sur la réalisation de 3.214 heures de travail sur une période de référence de trois ans aura surtout pour conséquence de diminuer le nombre de bénéficiaires (10.000 à 12.000 attendus !)», soulignait alors la confédération syndicale, avant de dénoncer «une nouvelle discrimination à l'égard des jeunes».

Mercredi dernier, déplorant que beaucoup de jeunes ne puissent toujours pas bénéficier d'un revenu de remplacement ou de solidarité précisément en raison des conditions drastiques d'accès au RSA «jeune», FO a plaidé pour «la mise en place d'une allocation jeune salarié», dans un courrier envoyé au secrétaire d'Etat à l'Emploi, Laurent Wauquiez. Pour la centrale syndicale, cette allocation viserait «par exemple à compenser les frais liés à la prise d'un premier emploi». A la veille de l’entrée en vigueur du dispositif «discriminatoire» du gouvernement, «notre revendication est plus que jamais d’actualité», explique le secrétaire confédéral FO chargé des questions d’Emploi, «alors que près du quart des jeunes actifs sont au chômage, dont près d'un sur cinq depuis plus d'un an».

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster