Tout savoir sur le plan gouvernemental et pourquoi il doit être retiré

///  PRESSE - COMMUNICATION

LES FONCTIONNAIRES SERONT-ILS TOUCHÉS COMME LES SALARIÉS DU PRIVÉ?

Oui. Pour les fonctionnaires, le plan gouvernemental constitue une attaque d’autant plus injuste qu’il prévoit à leur encontre des mesures spécifiques douloureuses. Ainsi, en plus du relèvement de l’âge et de l’augmentation de la durée de cotisation, les fonctionnaires subiront une baisse directe de leur salaire, à l’image des mesures qui se mettent en place dans de nombreux pays européens via les plans de rigueur. Cette baisse de salaire est la conséquence de l’augmentation du taux de cotisation qui passera, en dix ans, de 7,85% à 10,55%. Cette nouvelle perte de pouvoir d’achat des agents publics viendra s’ajouter aux pertes accumulées depuis une décennie.

Le projet gouvernemental prévoit aussi de supprimer le dispositif de départ anticipé sans condition d’âge pour les parents de trois enfants ayant quinze ans de service, une mesure qui bénéficiait surtout aux femmes fonctionnaires.

Enfin, les 900.000 fonctionnaires qui relèvent des catégories actives -police nationale, gardiens de prison, pompiers, douaniers...- verront également leur âge légal de départ en retraite reculer de deux ans. En clair, les agents de ces secteurs, où les conditions de travail sont particulièrement difficiles (notamment en matière d’horaires), devront rester dans leur emploi jusqu’à 52 ou 57 ans selon les cas. Même les infirmières qui relèvent de la catégorie B, la moins payée, ainsi que toutes celles qui obtiendront leur diplôme à partir de 2012, devront travailler deux ans de plus. Pour la fonction publique, l’ensemble de ces mesures spécifiques représente 4 milliards d’euros d’économies réalisées sur le dos des agents. Une nouvelle illustration du fameux «travailler plus pour gagner moins».

 

www.force-ouvriere.fr

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster