La liquidation de GAD, un immense gâchis selon FO

Mardi 12 août 2014

Agroalimentaire

La liquidation de GAD, un immense gâchis selon FO

Fogad lampaulL’entreprise bretonne d’abattage et de découpe de porcs GAD SAS risque bien de disparaître.

Le 6 août, la direction a annoncé en comité central d’entreprise son intention de demander au tribunal de commerce l’arrêt du plan de redressement en cours et l’ouverture d’une procédure de liquidation judiciaire.

Le dossier pourrait être déposé dès la fin du mois d’août. Il entraînera la fermeture de l’abattoir de Josselin (Morbihan) et la suppression d’un millier d’emplois.
En grandes difficultés financières, la société avait été placée en redressement judiciaire en février 2013. En octobre, le tribunal de commerce de Rennes avait validé le plan de continuation présenté par la direction, malgré la forte mobilisation des salariés et de FO. Il entérinait la fermeture de l’abattoir de Lampaul-Guimiliau (Finistère), supprimant près de 800 emplois, pour sauver celui de Josselin.

Depuis, la situation financière de l’entreprise a encore empiré. La direction a annoncé une perte brute d’exploitation (ebitda) de 18 millions d’euros au cours des six premiers mois de l’année. Elle évoque des difficultés de trésorerie, une crise de la filière porcine qui ne cesse de s’aggraver et l’impossibilité de rembourser l’échéance d’une dette s’élevant à 4,5 millions d’euros le 10 octobre prochain. L’abattoir de Josselin ne tourne plus à plein régime depuis plusieurs mois.

1000 emplois menacés

« Je suis écoeuré, je savais que le plan de continuation de GAD n’était pas viable, le site de Josselin n’a jamais fait de bénéfices, mais je pensais qu’il tiendrait au moins un an ou deux, réagit Olivier Le Bras, ancien délégué central FO chez GAD employé sur le site de Lampaul-Guimiliau. C’est un immense gâchis car si le tribunal avait liquidé GAD en octobre dernier, le groupe Bigard était prêt à reprendre le site de Lampaul. Aujourd’hui tout ferme et tout le monde est perdant. »

Début juillet, le groupe SVA Jean Rozé, filiale d’Intermarché spécialisée dans la viande, a confirmé son intérêt pour l’abattoir de Josselin. Des négociations sont en cours, mais le repreneur potentiel refuse de s’inscrire dans le plan de continuation de GAD.

« La mise en liquidation de GAD découle peut-être d’un accord avec SVA pour un rachat sans qu’il y ait de dettes, explique Olivier Le Bras. Mais cette reprise n’est pas encore actée et on ne sait pas combien de salariés seraient éventuellement repris. En tout cas, s’ils sont licenciés de GAD, ils risquent de perdre leurs acquis et leur ancienneté. »

S’il y a reprise, l’activité pourrait se poursuivre jusqu’à fin octobre, sinon la liquidation pourrait être immédiate. Un nouveau comité central d’entreprise doit avoir lieu le 22 août.
L’entreprise GAD, composée à l’époque de cinq sites, avait été rachetée par la coopérative Cecab en 2008. La chute a été vertigineuse. Et dix mois après la fermeture de l’abattoir de Lampaul-Guimiliau, seuls 61 des 900 salariés licenciés ont retrouvé un emploi en CDI.

http://www.force-ouvriere.fr

PRESSE - COMMUNICATION

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster