ORANGE: INTERVIEW DE CHANTAL PRIOUL

Force Com n°71

ORANGE: INTERVIEW DE CHANTAL PRIOUL

Conseillère Accompagnement & Développement professionnel OA, Formatrice en développement personnel. Forme les militants à l’écoute active, l’analyse transactionnelle, la gestion des conflits, la gestion du stress, l’estime de soi.

QUELLES SONT LES RAISONS DE TON ENGAGEMENT?

Les organisations syndicales en général et FO en particulier font office de médiateur et sans elles, le mal-être et la souffrance au travail seraient insupportables pour les salariés et ingérables pour l’entreprise.

Dans ma région la DO Normandie Centre, le syndicat FO Com est très impliqué dans la gestion des risques psychosociaux. Il m’a chargée de former tous les adhérent(e)s volontaires, à la communication efficace, à la gestion de la souffrance au travail et au harcèlement. Il est essentiel pour les salariés d’avoir un regard externe sur des problématiques propres à leur entreprise. J’ai constaté une forte progression du mal-être au travail. À l’origine, ce sont les nouvelles méthodes de management qui sont en cause: plus dures et centrées sur le résultat. L’avis des salariés est sollicité mais peu écouté. Nombreux sont ceux qui, dès lors, se sentent loin de leurs valeurs et ressentent un vrai mal être au travail.

LA SITUATION CHEZ ORANGE EST-ELLE PARTICULIÈRE?

Orange s’est transformée en quelques années d’un établissement public et «protecteur», en une entreprise du CAC 40, sans accompagnement des salariés. Le constat est là. L’entreprise a été trop loin dans la négation de la personne humaine et en a payé le prix fort avec une vague de suicides médiatisée. Elle a bien mis en place un contrat social, qui permettait de repenser la vie des hommes et des femmes dans l’entreprise en intégrant la concurrence, «l’équilibre vie privée/vie professionnelle» et la «qualité de vie au travail», mais le manque de formations adaptées des managers a fait réémerger un an après les mêmes problématiques. Après les assises de la refondation, les salariés avaient retrouvé un certain apaisement. Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui n’hésitent pas, cadres et non-cadres, à faire part à nouveau de leur souffrance.

COMMENT LES ACCOMPAGNES-TU?

Je fais réfléchir les salariés sur leur situation au travail, et les angles possibles d’amélioration. Les solutions viennent surtout d’eux: rencontrer le manager, le collègue, ou le médecin du travail, parfois le DRH ou le directeur de l’unité. Mon rôle est de les accompagner dans leur démarche pour que cela soit bien vécu. En tant que représentante des IRP, je propose en plus une formation afin que le salarié soit autonome et se positionne de façon efficace et respectueuse.

C’est l’approche de FO. Le salarié reprend confiance en lui dès lors qu’il a pu extérioriser sa souffrance et la faire valider. L’écoute, l’empathie, sont incontournables dans ces situations. FO est très engagée dans la diminution des RPS avec l’organisation de formations, la mise en place d’approches qui permettent de diminuer, voire d’annuler des souffrances qui ne devraient pas être. Au niveau confédéral, Bertrand NEYRAND travaille à temps plein, il est spécialisé sur les risques psychosociaux et participe à la formation de tous les représentants des CHSCT pour FO Com.
Format PDF

http://www.force-ouvriere.fr

PRESSE - COMMUNICATION Force Com

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster