A PROPOS D'UNE GREVE DURE (qui dure) ET DONT PERSONNE NE PARLE !

fo-ud-02-saint-quentin.jpg

Gerald-Fromager1.jpgDe quoi, ont-ILS peur ?



Notre société est ultra informée des moindres faits et gestes de n’importe qui, à n’importe quel propos. C’est – en ce moment - la coupe d’Europe de foot, on y parle donc beaucoup de l’Espagne. Bizarrement, bien peu de « commentateurs » évoquent la grève des mineurs des ASTURIES (et de la Castille et Leon), en Espagne du Nord. Il y a 8000 mineurs en grève totale avec le soutien de la population, des affrontements violents avec la police espagnole (très « héritière » des méthodes franquistes).

Les mineurs des Asturies ont une longue tradition de combat. Ils ont lutté pour la République, ils ont affronté le dictateur Franco, ils ont organisé des grèves difficiles sous le régime franquiste (à tel point que le gouvernement fasciste espagnol fit appel à des livraisons de charbon de Pologne, à l’époque sous le bloc des Pays de l’Est, pour briser leur grève...).

Ne serait-ce que pour l’ensemble de leur histoire, les mineurs des Asturies méritent notre respect.

Pour maintenir leur outil de travail, il leur faut – aujourd’hui – faire débloquer 300 millions d’euros. Une somme ridicule en comparaison des 100 milliards alloués aux banques. Mais, cela leur est refusé. Ils ont combattu la dictature franquiste, ils combattent la dictature de la « Troïka » (nom donné par les travailleurs grecs, à leurs « saigneurs » : le FMI, la BCE et la Commission de Bruxelles).

Personne ne parle des mineurs du nord de l’Espagne en grève. Parce que nous sommes syndicalistes, comme eux, il nous paraissait juste et légitime d’évoquer leur combat contre les effets désastreux de ces politiques qui conduisent au chômage et à la misère.

Malgré les ripostes des populations, la « Troïka » veut maintenir sa pression sur les gouvernements pour faire adopter les traités de rigueur budgétaire jusqu’à les faire entrer dans les constitutions nationales, dont la nôtre.

A ce propos, l’UD FO 02 se félicite de la déclaration unanime de la Commission Exécutive Confédérale qui précise (extraits) :

« La Commission exécutive confirme, en particulier, la ferme opposition de FORCE OUVRIERE au MES (Mécanisme européen de stabilité) et au TSCG (Traité de stabilité de coopération et de gouvernance)…
…Dans cette logique la Commission exécutive confirme la détermination de FORCE OUVRIERE à combattre toute politique d’austérité, socialement, économiquement et démocratiquement suicidaire. ».

Saint-Quentin, le 29 juin 2012

UD 02 Secretaire générale de l'aisne Gérald Fromager mineurs des ASTURIES Grève

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster