CHÔMAGE: DES CHIFFRES COURBES

PRESSE - COMMUNICATION

Voix de presse

CHÔMAGE: DES CHIFFRES COURBES

La fin de l’année approchant, les médias, devant les chiffres de l’emploi, n’ont pas manqué de rappeler la promesse du chef de l’État d’inverser la courbe du chômage en 2013.

Vosges-Matin
«On connaît les derniers chiffres, publiés jeudi (24 octobre): le chômage a fortement augmenté en septembre, de 60.000, pour atteindre un nouveau record à près de 3,3 millions de personnes en métropole. Ces données sont cependant biaisées par le couac statistique des résultats du moins d’août. Mieux vaut alors retenir une référence plus longue: la hausse a été de 99.000 au premier trimestre, de près de 55.000 au deuxième et de 10.000 au troisième, de juillet à septembre. Le gouvernement est donc fondé à parler de "ralentissement". Ou, pour citer François Hollande s’exprimant depuis Bruxelles: d’une "évidente décélération". Reste qu’on est encore loin de tenir la fameuse promesse.» À appuyer sur toutes les pédales, on risque la sortie de route.

Le Journal du Dimanche
Surtout avec des manifestants sur la route. Comme en Bretagne où leur nombre croît avec le chômage: «En cinq ans, sa progression est de 68% (contre 58% pour la moyenne nationale). Cette tendance n’est pas seulement due à la crise industrielle.»

La Dépêche
Lui aussi très tendance, le ministre du Travail affirme: «Il y a des tendances. Les tendances aujourd’hui, elles sont au ralentissement du chômage; elles seront demain à la baisse du chômage.» L’important, c’est sans doute de voir le tendanciel dans le différentiel.

L’Express
Et d’afficher une certaine stabilité, car «selon des experts, les entreprises, en sureffectifs, vont reconstituer marges et productivité, et seuls les emplois aidés et autres mesures publiques parviendront au mieux à stabiliser le chômage en fin d’année».

Le Monde
Sans doute pour mieux aborder la courbe en sous-virant: «L’inversion de la courbe du chômage, nous n’y sommes pas encore, a reconnu le chef de l’État qui l’a promise à maintes reprises pour la fin de l’année. Le "bilan", a-t-il relevé, ne pourra être fait qu’en janvier 2014, quand les chiffres de décembre seront connus.» À condition qu’il n’y ait pas de verglas.

L’Expansion
Statistiquement parlant, «ce sont les salaires des ouvriers qui ont apparemment connu l’évolution la plus favorable (+2,1% en 2011). Mais cette hausse est en trompe l’oeil, prévient l’INSEE. Car les pertes d’emplois enregistrées dans l’industrie et la construction ont affecté principalement des salariés peu qualifiés et peu rémunérés et conduit "mécaniquement à une hausse du salaire moyen" des salariés ayant conservé leurs postes». Un chiffre peut en cacher un autre.

FO Hebdo - Novembre 2013

PRESSE - COMMUNICATION VOIX DE PRESSE

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster