FRANCE-ALLEMAGNE: DRÔLE DE GUERRE

PRESSE - COMMUNICATION

Voix de presse



FRANCE-ALLEMAGNE: DRÔLE DE GUERRE

Les attaques venues du sein de l’actuelle majorité française contre la politique  économique jugée trop rigoureuse, défendue par le gouvernement allemand, passent pour une bataille entre adversaires et partisans de l’austérité. Une représentation médiatique qui semble arranger bien des combattants, tandis que la presse évalue les forces en présence.

Le Figaro
L’art de la guerre? «Autre objectif: ressouder des troupes très déprimées. “Depuis un an, nous n’avons pas désigné d’adversaire politique. Nous avons essayé de nous mettre bien avec chacun. Résultat, on s’est mis tout le monde à dos, raconte un conseiller gouvernemental. Il était temps de désigner un adversaire pour ressouder les troupes.” La droite allemande de Merkel fait désormais figure d’ennemi commun de la gauche française. “C’est une unité de façade, décrypte un dirigeant PS. On tape sur Merkel tout en disant que ce qu’on fait en France, c’est bien. L’Europe sert de dérivatif. Ça arrange tout le monde et ça permet de gagner du temps...”.» Bref, la façade de la rigueur ne se fissure pas, c’est une craquelure de façade.

Les Échos
Et le président du Parlement européen, l’Allemand Martin Schulz, de souligner «que personne ne pouvait accuser Angela Merkel de décider seule, alors qu’il y a vingt-six autres dirigeants autour de la table du Conseil européen».

Libération
En effet, «dans l’UE, la rigueur reste d’actualité. Bruxelles relâche la pression, mais tient bon sur les réformes de fond.» Et soigne la forme.

Le Courrier Picard
Car, «au final, on n’est quand même pas en guerre. Le dialogue est musclé, mais les intérêts sont communs. La réussite économique de l’une des deux nations doit tirer celle de l’autre, pour peu que les deux pays forts sachent se mettre d’accord». Ils le sont peut-être sur le fond.

Le Parisien
En tout cas, communiqué de victoire sur le front allemand: «C’est déjà un succès, affirme le ministère allemand des Finances, chiffres à l’appui. Réponse du berger à la bergère: des économistes interrogés par l’AFP contestent le bien-fondé de ces choix. “Si l’objectif était de casser la croissance et d’augmenter de plusieurs millions le nombre de pauvres en Europe, alors c’est une réussite!”, ironise Philippe Askenazy, de l’École d’économie de Paris.»

L’Express
Certains sont même affamés: «Cinq tonnes de Nutella volées en Allemagne. Ce n’est pas la première fois qu’un vol d’une telle ampleur est commis sur ce parking. En mars 2012, c’est cinq tonnes de café, d’une valeur de 30.000 euros, qui avaient disparu. Quelques mois plus tard, en août, vingt palettes de boissons énergisantes –soit 34.000 cannettes – étaient également dérobées.» Des prises de guerre ou le prix de la guerre?

FO Hebdo - Mai 2013

 

L'express Le parisien Le Courrier Picard Libération Les Échos Le Figaro Média VOIX DE PRESSE

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster