LE MIROIR AUX ALLEMANDS?

PRESSE - COMMUNICATION

Voix de presse

LE MIROIR AUX ALLEMANDS?

À l’occasion des élections outre-Rhin, le 22 septembre, la presse s’est penchée sur le fameux modèle allemand tant vanté, si ce n’est trop. Un miroir aux alouettes?

Le Point
«L’Institut de l’entreprise, un think tank financé par de grandes entreprises, apporte sa contribution au débat au travers de l’étude "Allemagne: miracle de l’emploi ou désastre social?" Pour son auteur, l’économiste Alain Fabre, les lois Hartz ont incontestablement eu un effet bénéfique sur le chômage, sans pour autant avoir provoqué les dégâts sociaux qu’on leur attribue.» Pourtant, de l’autre côté du miroir...

Les Échos
«Le "miracle de l’emploi" allemand cache une réalité plus nuancée. Sur 42 millions d’actifs − un record depuis la réunification − 7,5 millions ont un "mini-job" rémunéré parfois à peine 450 euros par mois.» Pas brillant...

La Dépêche
Mais les chiffres, eux, peuvent reluire car «les "mini-jobbers" ne sont pas pris en compte dans le calcul du taux de chômage et c’est la face cachée du miracle allemand».

Le Figaro
«Avec un taux de chômage de 6,8%, l’Allemagne connaît une situation qui semble économiquement confortable sur le papier. "Il y a un effet psychologique. Les gens ont peur de la précarité. Ils font plus de concessions, ils sont prêts à prendre des emplois moins bien payés ou qui ne correspondent pas à leur qualification", analyse Lars Andresen, de l’agence pour l’emploi.»

Le Monde
Les chiffres peuvent aussi faire l’objet de petits arrangements entre amis: «L’Allemagne, elle, n’a pas été déclarée en déséquilibre, mais elle y a échappé de justesse. Car un des critères est le solde des comptes extérieurs courants: il doit, sur une moyenne mobile de trois ans, ne pas être en déficit de plus de 4% du PIB, mais aussi ne pas être excédentaire de plus de 6% du PIB. Cette seconde valeur est en fait une concession de l’Allemagne, très exportatrice.» Par conséquent, «l’Allemagne ne serait ainsi pas accusée d’être trop compétitive au point de déstabiliser l’Union, et ce seraient les autres qui seraient désignés comme pas assez compétitifs: on retrouve là le discours central de la Commission depuis le début de la crise. Mais voilà que, patatras, l’Allemagne exporte de plus en plus! La décision est alors prise d’"arranger" les chiffres provisoires transmis à Eurostat. Miracle, la moyenne mobile calculée par la Commission à l’automne 2012 s’établit à... 5,9%!».

L’Expansion
Le pays va pourtant avoir besoin de miracles, car «l’activisme européen d’Angela Merkel n’a pas son équivalent sur le plan intérieur. En termes de réformes, le bilan de la coalition "noire et jaune" − le parti démocrate-chrétien de la chancelière et les libéraux du FDP − est proche du zéro. "L’Allemagne tombe en ruine", titrait cet été l’hebdomadaire Die Zeit. Le pays est désormais réputé pour ses grands chantiers qui tombent en panne, tel celui du nouvel aéroport de Berlin, ses bouchons autoroutiers et ses ponts vétustes fermés à la circulation». Des infrastructures qui partent à vau-l’eau mais ça, c’est de l’autre côté du miroir.
FO Hebdo - Septembre 2013

PRESSE - COMMUNICATION VOIX DE PRESSE

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster