Voix De Presse

Jeudi 26 mai 2016

PRESSE - COMMUNICATION

Voixdepresse

Voix de presse

 

Loi Travail : L’exécutif bloque sur les blocages

Alors que la mobilisation contre la loi Travail se poursuit, le gouvernement a décidé de rester sur ses positions et d’afficher une fermeté ostensible face aux nombreux blocages et grèves. La tension croissante a attisé l’attention de la presse.

Presse Océan
Raffineries à l’arrêt, gouvernement crispé : « Opposés à la loi El Khomri, les syndicats, CGT et FO en tête, appellent à une huitième journée de grèves et de manifestations partout en France jeudi pour réclamer le retrait du texte. Mais les protestataires étaient déjà très actifs mercredi. Alors que le conflit s’est cristallisé autour des sites pétroliers, six raffineries sur huit au total en France étaient toujours au ralenti ou à l’arrêt ». Tout comme l’exécutif. Arc-bouté sur le frein à main.

Les Echos
Pas de phares de recul : « C’est toujours "non". A la veille d’une nouvelle journée de manifestations - la huitième -, l’exécutif a catégoriquement exclu, ce mercredi, de reculer sur la réforme du Code du travail ». Pas question, selon la formule d’un élu socialiste, « de négocier avec un pistolet sur la tempe ». Un calibre 49-3 ?

Sud-Ouest
« A ce stade donc pas question de reculer. Pour marquer sa détermination, Manuel Valls n’a pas épargné la CGT, la qualifiant d’"organisation minoritaire". Difficile cependant de croire que cette seule mise au point suffira à ramener le calme et à dissuader la CGT et FO de poursuivre leur action ». Au fait, Valls combien de divisions aux primaires PS ? (5%).

Le Journal du dimanche
Et « début mai, 74% des Français se disaient opposés à ce texte qui favorise l’entreprise pour 7 sondés sur 10. Après des semaines de manifestations - et leurs cortèges de dérapages plus au moins violents -, la situation semble plus tendue que jamais ». Comme un câble de frein à main.

France-Soir
Journaux télévisés et éditorialistes ne craignent pas de jeter de l’huile dans le conflit des raffineries : « La presse quotidienne fustige ce mardi 24 le "jusqu’au-boutisme" de la CGT, des éditorialistes pensant que le syndicat radicalise le mouvement contre la loi Travail pour maintenir son "leardership" syndical (...) Sans surprise, dans Le Figaro, Gaëtan de Capèle tire à boulets rouges contre "cette vieille centrale rouillée (...) lancée dans une inexorable fuite en avant". » (...) Pour Alain Dusart (L’Est Républicain), la CGT, "de plus en plus talonnée par la CFDT (...) joue la carte du durcissement" tandis que "Manuel Valls a poursuivi hier les moulinets en promettant de faire lever les blocages dans les ports et les raffineries". "Si la pénurie s’aggrave, Philippe Martinez aura remporté ce bras de fer". Mais "le risque de mettre l’économie en panne (...) est réel", s’inquiète Hervé Chabaud (L’Union) ». Classique, le coup de la panne...

Charente Libre
Par contre, la mobilisation pourrait accélérer : « Le patron de la CGT, Philippe Martinez, a d’ailleurs prévenu "des risques que la mobilisation s’amplifie", quand celui de FO, Jean-Claude Mailly, a assuré "ne pas être dans l’esprit d’arrêter" la mobilisation. » Avancer contre le recul des droits.

Par  Michel Pourcelot

 

VOIX DE PRESSE

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster