Au chevet des personnels hospitaliers !

http://fo-sante.org

DES CONDITIONSCONDITIONS DE TRAVAIL AUX RISQUES PSYCHOSOCIAUX A L'HOPITAL

cropped-bandeau-blog3.jpg
Par Denis

Lundi 25 avril 2016

Au chevet des personnels hospitaliers !

Au chevet des personnels

Par Rachèle BARRION

Les brancards s’entassent dans les couloirs interminables des urgences. Les agents parlent «d’abattage», de maltraitance, d’état de guerre.

Dans le hall des urgences, 32 patients attendent un lit et certains durant 30 longues heures avec pour seul repas un petit déjeuner. Nous sommes dans un hôpital tout neuf de dernière génération!!! Avant hier, la militante que je suis, rencontre une aide soignante, les larmes aux yeux. Elle entame son cinquième jour en 12 H ; 60 heures en 5 jours ! Cinq arrêts dans le service. On lui dit qu’on ne peut pas faire autrement !! Mesures d’économies obligent. Pas de remplaçante.

Les agents disent venir travailler la peur au ventre, repartir les larmes aux yeux, ne plus dormir, tomber d’épuisement. Ce n’est pas «ce métier-là» qu’ils ont choisi, disent-ils. Par manque de capacité d’hospitalisations, certains jours on double les chambres seules, on triple les chambres doubles, on descend des lits aux urgences, on attend quelques 6 à 8 heures dans le sas des urgences, sans boire ni manger!!.

Nous militants FO Hospitaliers, nous disons « STOP », çà ne peut plus durer !

Partout, les hôpitaux souffrent du «syndrome du gardien de phare», «beaucoup d’horizon, peu d’avenir!»), Beaucoup de projets, peu de moyens. C’est partout la liquidation de l’hôpital public. Le but ? Dégager le terrain pour le livrer au secteur privé marchand.

Aujourd’hui, tout ce qui permettait un contrôle démocratique des hôpitaux (instances avec de vrais pouvoirs) a été balayé par la loi Bachelot et le sera encore davantage dans le cadre des groupements hospitalier de territoire (GHT). Aujourd’hui, les directeurs ne sont que des opérateurs disciplinés avec pour mission principale les coupes budgétaires.

La création des GHT va renforcer cette politique de réduction des dépenses au détriment du mieux soigner. Il en ressort des suppressions de postes, des regroupements d’activités avec pour conséquence de la mobilité forcée des personnels. Le directeur du GHT aura tous les pouvoirs (super dieu) et n’aura de cesse que de contraindre les établissements satellites a encore plus d’efforts. Ne parlons pas du dialogue social !!!!

 

Alors si nous voulons garder un hôpital répondant à ses vraies missions de service public, avoir des conditions de travail décentes, nous n’avons pas d’autre choix que de combattre !

 .

Je suis en grève

 

le 28 avril prochain

 

Levons nous

Site denis commentaire

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectificat ion, de modification et de suppression des données qui vous concernent (Art. 34 de la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978) sur l'ensemble du site. Pour l'exercer, Cliquez sur cette bannière pour contacter le webmaster